Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
ASVEL SIG VINCENT COLLET2
Actualités Collet : « Je suis vraiment triste pour Alain »

Collet : « Je suis vraiment triste pour Alain »

L’entraîneur de la SIG Strasbourg avait bien du mal à exulter après le net succès de son équipe contre le SLUC Nancy (106-75). Il coïncidait avec l’éviction d’Alain Weisz, celui qui l’avait lancé dans le coaching au Mans, il y a près de 15 ans. Et l’essentiel de la conférence de presse d’après-match a tourné autour de la situation des Lorrains…

Venu face aux journalistes avec son président, Marc Barbé, Alain Weisz savait que son sort était scellé. Le président a pris la parole en premier : « Nous avons trouvé un accord avec Alain qui a coaché ce soir son dernier match pour Nancy. C’est désormais officiel. C’est un moment d’émotion parce que j’aime le personnage et ce sont des décisions difficiles à prendre. Maintenant, il faut sauver le club et nous avons décidé d’arrêter notre collaboration après ce match à Strasbourg ». A propos de son remplacement, le président nancéien a indiqué qu’ « une solution externe, avec un nouveau coach, sera probablement annoncée lundi soir afin qu’il soit à Nancy mercredi ».

Alain Weisz, ému, a pris ensuite la parole « J’ai l’âge que j’ai et je ne pense pas me retrouver au bord d’un terrain. J’ai eu beaucoup de plaisir à Nancy. Je suis arrivé dans un contexte difficile après Jean-Luc Monschau qui avait marqué le club pendant 9 ou 10 ans. L’an passé a fragilisé le club et moi. Cette année, s’est ajoutée la baisse de 35% de la masse salariale du club. Mais je voudrais dire qu’une équipe qui est capable de gagner à Chalon et de battre Monaco ne peut pas être totalement mauvaise. Je souhaite que le nouveau coach redonne du tonus à cette équipe et lui permette de remonter la pente et de se maintenir. Je pars sans aucune acidité ».

Interrogé à propos du déroulement de la rencontre, pour savoir si ses joueurs l’avaient lâché, il a simplement répondu : « Je crois que c’est le basket qui a lâché certains joueurs… Dans le deuxième quart temps, Strasbourg a été trop fort par rapport à nos moyens actuels. La réaction de la deuxième mi-temps nous a permis de la remporter même si c’est anecdotique, parce que Strasbourg a relâché sa pression. Mais cette équipe est très forte… Je ne vois pas aujourd’hui, à part peut-être Monaco, une équipe plus performante que la SIG ».

Côté joueur, Benjamin Sene a reconnu que « il faut vite oublier ce match. On ne peut pas rester sur ce qui vient de se passer. On a eu une semaine compliquée avec une atmosphère particulière au club. Il a fallu faire abstraction de cela pour préparer le match et cela n’a forcément pas été facile. On peut dire ce qu’on veut sur les à-côtés, mais c’est nous, les joueurs, qui avons perdu les ballons, qui n’avons pas marqué, pas défendu. On ne peut se le reprocher qu’à nous-mêmes… On a essayé de faire ce qu’on a pu, avec les armes qu’on avait mais c’était compliqué. Strasbourg était très bien en place… »

Erik Murphy : « L’équipe va de mieux en mieux mais on doit encore s’améliorer »

Vincent Collet, à propos de l’éviction de son ami : « Je suis forcément triste même si je le savais avant le match. J’étais surpris que ce ne soit pas annoncé vendredi après l’entretien qu’il a eu avec son président. C’est toujours triste quand un coach se fait couper, mais là, ça a quelque chose de particulier parce que c’était peut-être le dernier match d’Alain et j’aurais aimé que ce soit contre quelqu’un d’autre que moi. Je n’étais pas plus content que ça quand on a eu 32 points d’avance à la mi-temps. C’est un paradoxe parce que je voyais mes joueurs déchaînés, mais j’étais presque gêné de cette situation. Que la deuxième mi-temps ait été plus équilibrée, ça m’allait bien. Je sais ce que je lui dois, je ne suis pas près de l’oublier. Il m’a beaucoup appris et il m’apprend encore car on échange encore beaucoup ».

Pour en revenir à la partie du jour, l’entraîneur de la SIG a estimé qu’ « on a été à la fois très sérieux, inspiré et adroit. Le 17 sur 18 aux lancers-francs à la mi-temps n’est pas de la SIG 2016/2017 ! Matt Howard a été touché par la grâce. A Zagreb, il en a eu autant à tirer et il n’en mettait qu’un sur deux. Sans quoi on aurait gagné… Ensuite, on est forcément retombé dans l’intensité et Nancy a réagi. J’ai beaucoup fait tourner parce qu’on rejoue dans deux jours et j’aimerais qu’on fasse un bon match contre Bar, qu’on le gagne. On aura ensuite du temps pour préparer le match de Nanterre qui sera un tournant pour la SIG. Je voudrais qu’on soit positif à la fin décembre : gagner Hyères-Toulon et Dijon à domicile et remporter un match à l’extérieur chez l’un des trois gros. La logique serait qu’on soit battu à Nanterre qui est très fort nette année, en particulier à domicile, mais il faut quand même y aller avec de l’ambition. Ce match pourra être un petit tournant pour nous. C’est maintenant qu’on va voir si on progresse vraiment, y compris en BCL avec les venues d’Utena et d’Avellino. On est déjà dans la bonne direction mais il faut plus ».

Erik Murphy, MVP de la rencontre, était évidemment lui aussi content de la performance de l’équipe : « On a bien débuté, en étant très présent en défense. Le coach nous avait prévenu que dans la ligue toutes les équipes pouvaient battre tout le monde et qu’il fallait se méfier. La nature humaine veut qu’on se relâche avec 30 points d’avance mais le coach a fait en sorte que cela n’arrive pas et on a essayé de continuer à travailler pour que le match soit facile. L’équipe va de mieux en mieux, c’est bien d’être cinquième mais il faut encore s’améliorer car le championnat est très serré. L’équipe est très homogène avec dix joueurs qui peuvent tous apporter quelque chose, chacun à son tour ».