Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
SIG Mornar Romeo Travis

Romeo Travis : « Heureux d’être là »

La SIG Strasbourg n’a pas fait dans le détail contre Mornar Bar (93-62) vite dépassé par l’intensité des Strasbourgeois. Les visages des vainqueurs et des vaincus sont apparus bien contrastés en conférence de presse…

Vincent Collet s’est montré très satisfait de la prestation de ses joueurs : « C’est une bonne victoire particulièrement une belle première mi-temps et un excellent deuxième quart. Notre entame n’a pas été mauvaise mais Bar a mis quelques gros tirs. Lorsque nous avons proposé une grosse défense, ce qui ne marche pas toujours au début lorsque l’adversaire est encore frais, on a fait la différence. Ça a bien fonctionné ce soir, ils ont perdu des balles sous la pression (NDLR : 22 au total) et on a très bien attaqué la zone en faisant bien bouger le ballon. On a travaillé pour préparer les grosses échéances à venir même s’il faudra travailler pour corriger ce qui n’a pas trop bien fonctionné ce soir ». En plaisantant pour réagir aux 31 points d’écart des deux rencontres disputées en 48 heures, face à Nancy puis Bar, le coach lança : « Si c’est 1 lundi prochain, ça me suffira… »

Puis, revenant à la partie qui venait de s’achevait, il commentait : « On a affiché du sérieux et ça a permis à tout le monde de se montrer, de se mettre en confiance et c’est important pour ce mois de décembre terrible qui nous attend où nous allons jouer 8 matches en 21 jours ! Il faudra faire très attention à la récupération ».

La SIG peut désormais compter aussi sur dix joueurs d’un niveau intéressant ce qui n’est pas pour déplaire à l’entraîneur : « Mam, Pape, Frank ont franchi un cap sur ces deux derniers matches et ils apportent davantage. Il faut que ça continue si on veut jouer sur les deux tableaux. En ce sens, ce match est intéressant. Quant à Romeo, il a fait une excellente entame, il a fait six passes et il a réussi l’action du match, avec Frank, sur sa claquette-dunk qui a conclu un magnifique passing game. C’était très aérien et j’ai été surpris de cette envolée, je ne le cache pas. Tout comme celle de Frank qui m’a fait très plaisir car cela fait longtemps que je lui réclame cette agressivité ».

Romeo Travis, meilleure évaluation du match (18 avec aussi 13 points à 5 sur 8 et 6 passes) avait un large sourire : « Il n’y a jamais de victoire facile… Bar était en tête pendant presque tout le premier quart avec une belle adresse et les trois équipes de la Ligue Adriatique dans notre poule sont solides. Ensuite, on a mieux joué en défense et en attaque et ils n’ont pas suivi notre rythme. L’équipe progresse encore, c’est vrai, on se connaît de mieux en mieux et on pourra être une équipe dangereuse si on continue à grandir comme on le fait en ce moment. Des matches très difficiles comme celui de Nanterre se présentent et comme chaque année, les équipes de tête changent en ProA, se battent, pas seulement pour les playoffs. Mais on va avoir six jours pour le préparer, c’est très bien. A titre personnel, je suis très heureux d’être là, j’apprécie vraiment, l’organisation, l’équipe avec des jeunes dont j’apprends, qui apprennent de moi. On a fait 28 passes ce soir alors qu’on était parfois en dedans dans ce domaine, chacun se préoccupe de l’autre. Les joueurs commencent à bien comprendre ce que veut le coach et on joue de plus en plus à l’entraînement. C’est bien mieux que de l’écouter parler ! »

Interrogé sur son statut de « vétéran » de l’équipe qui lui confère un rôle de leader de vestiaire, il sourit encore plus largement : « C’est nouveau pour moi, c’est la première fois et je ne sais pas trop comment faire : venir en costume au match ou être le grand frère ? Cela fait peser pas mal de choses sur mes épaules mais je parle beaucoup avec le coach, j’aime bien, c’est cool. Je respecte tout le monde, les Américains et les Français sont sur un pied d’égalité et c’est facile pour moi. Je peux faire le lien entre le coach et les joueurs, entre les US et les Frenchies et nous sommes ainsi très unis ». Et pour finir, il a lâché quelques commentaires sympathiques sur le benjamin de la formation, Frank Ntilikina : « Il travaille dur tous les jours, arrive avant les autres, part après, rajoute des séances de tirs supplémentaires. Il est talentueux et est scouté en permanence mais il écoute, il reste humble et il a un très bel avenir devant lui ».

 Pavicevic : « Certains ne continueront pas avec nous »

Du côté monténégrin, c’était plutôt la soupe à la grimace. Chez Balsa Radunovic d’abord : « Nous savions que nous affrontions une équipe très forte. Strasbourg a fait preuve d’une intensité et d’un collectif supérieurs. Nous n’avons tenu qu’un quart temps avant de sombrer face à leur défense. Nous avons essayé de trouver quelques solutions face à leur agressivité et pendant quelques minutes, on a cru pouvoir réduire l’écart de la mi-temps mais on a raté deux ou trois paniers faciles de suite alors que Strasbourg ne marquait pas. Mais c’est vraiment la défense de la SIG qui a fait la différence ». Finalement surpris par l’écart et la différence de niveau, il avouait que « [nous] savions que Strasbourg était costaud, nous sommes venus pour lutter mais nous n’avons pas trouvé notre rythme habituel et on a fait trop d’erreurs. On ne s’attendait pas à une telle différence mais Strasbourg a été vraiment plus fort ».

Le coach, Djordjije Pavicevic était très en colère et notamment contre certains de ses joueurs américains : « Strasbourg a largement mérité sa victoire et on ne pensait pas disputer un match de ce type. Nous n’avons été dans la partie que pendant dix minutes ! Ensuite, nous n’avons jamais trouvé de réponse à la pression défensive de la SIG. Et pendant le même temps on leur a donné beaucoup de paniers faciles… Et rapidement, ce fut fini. On savait que nous n’étions pas à ce niveau, mais il fallait se battre davantage ce soir et plusieurs de nos joueurs n’y étaient pas prêts. Et ce n’est pas la première fois cette saison. En revanche, ce sera la dernière pour certains qui ne continueront pas avec nous… » Interrogé sur les joueurs auxquels il pensait, il a laconiquement lâché : « Cela va rester en interne pour le moment… mais nous devons clairement changé quelque chose. Ce sera difficile pour nous désormais de nous qualifier mais on se battra jusqu’à la fin. Clairement, Avellino, Ténérife et Strasbourg sont un cran au-dessus des autres ».