Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
nanterre_dee_bost.jpg
Actualités J23 Jeep ÉLITE 2017/18_SIG Strasbourg - Nanterre Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

La régalade

Auteur d’une performance remarquable, constante sur 40 minutes, la SIG Strasbourg a régalé les 6 100 spectateurs du Rhenus pour remporter un succès convaincant contre Nanterre (93-78). Le top 3 se profile…

La donne

En accueillant Nanterre, son suivant immédiat au classement, la SIG Strasbourg pouvait faire le break et prendre une option sur le top3. Mais gare aux snipers nanterriens…

Premier quart temps : la SIG régale
Les Strasbourgeois démarraient pied au plancher (9-3, 5e’) mais le deuxième primé des Franciliens, signé Konaté après celui de Shuler, envoyait déjà un signal : les pistoleros de Donnadieu n’étaient pas fatigués… Schaffartzik ajoutait le sien mais la SIG s’appuyait sur un basket léché et collectif pour se jouer de la défense de Nanterre : 21-13 sur une interception suivie d’un dunk d’Inglis, la meilleure réponse à un rapproché adverse à 12-11. Dee Bost (6 passes en 10 minutes) régalait ses partenaires, Bilan, Labeyrie ou Atkins, à tour de rôle, qui scorait près du cercle. De quoi expliquer en partie le joli 81% de la première période (13 paniers pour 16 tirs) ! Nanterre avait encaissé 32 points et « subi » un énorme 45 d’évaluation des Strasbourgeois, mais restait en vie grâce aux cinq réussites derrière l’arc : 32-21. Évaluation : 45 à 15.
Deuxième quart temps : 53% à trois points !
Konaté (13 points déjà, 16 au repos pour autant d’évaluation) maintenait son équipe à flot (34-26, 12e’), mais Inglis poursuivait sur sa lancée européenne : 39-26. Pourtant, dès que la SIG faisait un petit écart (46-36, 17e’), Nanterre trouvait à 6,75m les ressources pour rester dans son sillage. Kevin Jones s’y mettait à son tour, avant de gober quelques rebonds offensifs (9 à la mi-temps pour les visiteurs !) et de venir sur la ligne des lancers. Mais c’est ce diable de Schaffartzik, insaisissable et adroit en diable, qui remettait tout en cause avec deux primés consécutifs : 50-47. A la pause, Nanterre avait déjà marqué presque autant de paniers à trois points (10) que sa moyenne de la saison (10,9). Largement en avance à l’évaluation, la SIG sentait pourtant le souffle de son adversaire dans sa nuque… Évaluation : 19 à 30 (total : 64 à 45).
Troisième quart temps : la défense se durcit

Schaffartzik, toujours, venait scorer sous le cercle (50-49) avant une belle période strasbourgeoise. Le 11-2 donnait de l’air (61-51, 25e’), Bilan avait appuyé à l’intérieur mais surtout, la défense était montée d’un cran, plus présente sur les lignes de passe pour dérégler le collectif nanterrien. Pour preuve, les hommes de Donnadieu ne marqueront pas un seul « triple » dans toute la deuxième mi-temps ! Et comme Randolph, discret mais efficace, mais aussi Atkins, Bost ou Wright, se montraient sous leur meilleur jour, les trois fautes de Labeyrie, ciblé par les hommes en gris, ne pesaient pas trop lourd : 72-62. Évaluation : 30 à 10 (total : 94 à 55).

Quatrième quart temps : de l’utilité d’un banc conséquent
Petit à petit, avec des rotations moins nombreuses et surtout moins conséquentes, Nanterre allait plier. Le rouleau-compresseur faisait son effet et le banc, très complet, de la SIG, se révélait comme une panacée. Après 30 minutes, les « remplaçants » alsaciens avaient marqué 28 points, ceux de Nanterre 5. Au final 47 (46 pour le cinq) à 9… L’écart frôlera les 20 points après le « primé » de Randolph (87-78). Et peu importe qu’Aminu fasse des stats dans les ultimes minutes, Goulmy fixait le score final à 93-78. Largement suffisant pour s’assurer le panier average et prendre une belle option sur l’une des trois premières places. Cela suffit largement au bonheur des Strasbourgeois. Surtout s’ils confirment dès mardi à Gravelines… Évaluation : 29 à 13 (total : 123 à 68).
Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG STRASBOURG – NANTERRE 93-78. Rhenus Sport. 6 089 spectateurs. Arbitres : MM. Rosso, Roux et Bayot.
Les périodes : 32-21, 18-26 (mi-temps : 50-47), 22-15 (72-62), 21-16.