Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
nanterre_dee_bost2.jpg
Actualités playoffs2018 quart#1_SIG Strasbourg-Nanterre92 Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Et soudain, la déferlante…

Après une mi-temps en apnée au cours de laquelle ils avaient bien résisté (31-31), les Nanterriens ont été cuits à l’étouffée (83-56) par la SIG Strasbourg dans un 3equart temps exceptionnel (24-2 en 7’30). Les Strasbourgeois ont validé la première manche mais il faudra aller dans les Hauts-de-Seine avec les mêmes intentions et le même état d’esprit, vendredi pour tenter de ficeler le quart de finale.

La donne

Face à l’équipe qui lui réussit le moins bien dans l’Hexagone depuis 2013 (8 victoires, 10 défaites), la SIG Strasbourg entame des playoffs à hauts risques pour lesquels elle est, une fois encore, dans la course pour le titre. Mais avec un effectif XXL et les bonnes attitudes des dernières semaines, il faut entrer avec une faim de loup dans le sprint final…
Premier quart temps : grosse défense, petit relâchement
Vincent Collet aime décidément bien surprendre ces derniers temps. Il alignait pour débuter un cinq inédit avec Wright à la mène, Bilan au pivot, mais aussi Randolph, Atkins et Sy. En face, Donnadieu avait fait dans le classique. Les intentions étaient parfaites avec une défense tout terrain agressive mais les deux équipes ne cédaient pas un pouce de terrain : 6-7 (4e’). Atkins (4 rebonds) était très actif, et on pensait les premiers changements bénéfiques avec l’arrivée de Bost, Pietrus, Labeyrie puis Inglis. De quoi donner encore un peu plus de volume physique… Mais après un panier de Bost, en dragster (15-10, 8e’), la SIG calait. Nanterre trouvait de la fluidité, des ouvertures et passait un 1-10 qui laissait le Rhenus médusé : 16-20. Le dernier panier de Logan faisait du bien : 18-20. Évaluation : 19 à 18.
Deuxième quart temps : serré, de plus en plus serré
Nanterre accélérait encore, par Konate et Edwards (18-24, 11e’), obligeant Collet à prendre un temps mort. Efficace, car après deux grosses séquences défensives, deux flèches de Logan effaçaient l’ardoise : 24-24 (14e’). Cette fois, c’est Nanterre qui stoppait le match. La SIG ne s’arrêtait pas là et filait à 28-24 pour conclure un joli 10-0. Pendant près de six minutes, les Franciliens étaient restés muets, étouffés par la défense alsacienne. Une fois encore, Invernizzi, puis Schaffartzik, sortaient du bois et avec la complicité de Konate, excellent, Nanterre repassait devant : 30-31. Bost égalisait in-extremis sur la ligne de réparation : 31-31. Évaluation : 14 à 9 (total : 33 à 27).
Troisième quart temps : cuits à l’étouffée
Vexés d’avoir de l’avance à l’évaluation mais d’avoir encore leurs adversaires collés aux basques, les SIGmen entamèrent le troisième quart de la meilleure des façons. Une défense hyper agressive, des ballons volés, du jeu rapide. Une recette simple et efficace. Logan avait conclu une interception et sur l’action suivante, il donnait une offrande à Leloup, si frustré par son manque de réussite. Le symbole d’une équipe solidaire, qui veut partager… Nanterre était K.-O. debout malgré les temps morts de Donnadieu et l’addition devenait salée après le 24-2 des Strasbourgeois : 55-33 (27e’). L’affaire était pliée et les Franciliens n’eurent plus que des réactions sporadiques : 61-41. Évaluation : 40 à 2 (total : 73 à 29).
Quatrième quart temps : festival d’adresse pour finir
On se doutait que Nanterre ne reviendrait plus. Les Strasbourgeois sont toutefois restés sérieux (presque) jusqu’au bout. Un festival à trois points de Labeyrie (ses premiers points après la 35e’, mais qu’importe !), Logan, Randolph et Atkins, fit gonfler l’écart jusqu’à 28 points (79-51, 38e’) mais l’essentiel était d’avoir assuré cette première manche de la série. Évaluation : 27 à 15 (100 à 44).

Le match en vitesse

SIG STRASBOURG – NANTERRE 83-56. La SIG mène la série 1-0. Rhenus Sport. 5 349 spectateurs. Arbitres : MM. Rosso, Hosselet, Boubert.
Les périodes : 18-20, 13-11 (mi-temps : 31-31), 30-10 (61-41), 22-15.
tableau_playoffs.jpg