Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
vincent_-_pau.jpg
Actualités LNB 18/19 -J#3- SIG Strasbourg-Pau Lacq Orthez Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Collet : « On s’est arrêté »

Rien ne prédestinait un emballage final aussi médiocre (9-24 dans le dernier quart). La SIG Strasbourg avait pourtant le match en mains : 13 points d’avance dans le deuxième quart, encore 10 à la 30’. Sans être royaux, les Strasbourgeois semblaient se diriger vers un succès, quand soudain…
« Ce n’est pas facile à expliquer, estimait Vincent Collet en conférence de presse. On avait el contrôle, puis plusieurs facteurs se sont enchaînés : Pau a marqué ses premiers tirs à l’extérieur, plusieurs joueurs ont piqué du nez, on a abusé des actions individuelles, sans leadership en fin de match : ceux sur qui on pensait pouvoir s’appuyer ont disparu. J’ajouterai l’indigence inquiétante aux lancers-francs (8 manqués dans le dernier quart temps). On s’est arrêté, rien n’y a fait. Et pourtant c’était correct jusque-là. On savait que ça n’allait pas être simple. L’absence de Youssoupha (Fall) a pesé, mais il n’est pas normal que ce soit à ce point-là ».
Pointe une semaine pour se reprendre avant le match à Antibes, vendredi. « On avait une obligation de résultat ce soir. On l’aura un peu plus à Antibes. On doit être meilleurs. On est dans le dur. Il faut qu’on bosse ».
Quelques minutes plus tôt, Ali Traoré, une des rares satisfactions strasbourgeoises avait estimé : « Comment expliquer notre effondrement ? A +13, notre jeu collectif s’est délité. On a perdu notre solidarité défensive et en attaque, c’était la sècheresse. Et ça a basculé. Il ne nous était pas permis de nous relâcher. C’est une déception, mais pas une désillusion, car c’est tôt dans la saison. Donc pas de catastrophisme ! Mais il reste beaucoup de travail ! En face, le coach a été malin, il s’est appuyé sur Chikoko car, en l’absence de Youss (Fall), nous ne comptions qu’un pivot de métier. Ce n’est pas une excuse, car on avait réussi à tenir jusque-là. Nous aurons l’obligation de gagner à Antibes pour équilibrer notre bilan ».
En face, Laurent Vila, le coach, savourait à juste titre le joli pied de nez de son équipe : « C’est une victoire importante pour l’état d’esprit. Le scénario a montré que l’équipe avait du caractère. On a su rester ensemble, malgré la difficulté et fonder notre premier succès. J’ai senti une baisse d’énergie à Strasbourg. On a tenté le coup au moment où c’était important ».
Leo Cavaliere jubilait : « Que ça fait du bien ! On avait un calendrier compliqué et, après deux défaites, prendre le match ici à Strasbourg, c’est quelque chose ! A – 13, à Strasbourg, cela semblait très difficile, mais on est resté ensemble, respectant les consignes. Chacun a apporté sa part. Moi c’était la dureté et l’énergie ».