Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
jeremy_nzeulie_asvel.jpg
Actualités LNB 18/19 -J#11- SIG Strasbourg-Nanterre Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Enrayer l’artillerie verte

Avec SIG Strasbourg – Nanterre 92, le Rhenus vivra ce vendredi soir (20.00) un rendez-vous majeur dans la saison. Malheur au vaincu !

Séchée par Ostende (61-64) après deux quarts temps très indigents au plan offensif (8 points inscrits dans le premier puis le troisième quart temps !), la SIG Strasbourg a commis un péché d’orgueil, dilapidant au passage une partie de son capital en BCL. Ainsi vont les aléas d’une saison qui boucle ce vendredi son premier tiers avec la visite d’un hôte redoutable et qui a tout lieu d’être redouté : Nanterre 92.

A vrai dire, les adversaires du jour sont dans une situation comparable : une performance majeure (magistral succès contre LCDC Villeurbanne pour Strasbourg, premier revers infligé à Venise pour les verts) suivi d’un couac inattendu (Ostende donc pour les Alsaciens, et double revers pour Nanterre 92, à Limoges (80-62, malgré un 7/11 initial à 3 points), puis à domicile (70-82) contre le Hapoel Holon d’un fringant Darion Atkins (22 points, 9 rebonds).

Autant dire qu’il y aura de la réaction dans l’air ce soir. Les deux coaches, à l’unisson, ont éprouvé le même sentiment d’incrédulité et ont décidé de resserrer les boulons en prévision de ce match. « On ne se voile pas la face, nous n’avons pas été bons du tout mardi, concède Vincent Collet. Et pour ceux des joueurs qui n’en auraient pas eu conscience, la séance vidéo les a éclairés ».

Ce vendredi, place à Nanterre 92. On connaît la chanson : dans leur ADN (et surtout celle de leur coach), les verts aiment le tir de loin. Rapide et précis de préférence. Au cumul, ls ont ainsi tenté 42 tirs de plus que la SIG Strasbourg pour en inscrire …40 de plus (91/204, soit 44,6% de réussite contre 51/162 avec 31,5%) de réussite. Et encore, Nanterre 92 a disputé un match de moins que les Strasbourgeois ! En figure de proue Adas Juskevicius, formé à la bonne école de Kaunas, auteur d’un 46,8% aux trois points. « C’est une sorte de Schaffartzik lituanien, il envoie des missiles sol-sol à grande vitesse ». Avec lui, le meneur Jérémy Senglin, que le coach compare à Michael Dixon, le meneur strasbourgeois du début de saison 2017 (« imprévisible ») et surtout Lahaou Konaté qui a franchi un cap : « il réalise une saison exceptionnelle, poursuit Collet. C’est le meilleur rebondeur de Nanterre (6,5). Pour un poste 3, ce n’est pas courant ». Sans aucun doute, le meilleur français actuel avec Youssoupha Fall qui, pour sa part, regrette : « le manque de concentration général de mardi nous a porté préjudice. Pour ma part, j’étais énervé pendant le match, c’est mon regret ».

Touché à une épaule, Ali Traoré sera mis au repos. L’arrivée aux affaires plus tôt que prévu de Jacques Alingue n’en est que plus opportune. « Le travail de rééducation en binôme réalisé avec Louis Feuillas a été de grande qualité » souligne le coach qui se méfie de la troupe de Pascal Donnadieu. « C’est un match ouvert. Rien n’est écrit. Ils peuvent avoir des passages où ils sont totalement incontrôlables. A nous d’avoir la bonne attitude pour limiter ces moments. Comme nous, ils voudront réagir. Nanterre reste Nanterre, avec cette capacité à se sublimer. Il serait présomptueux pour nous de dire que nous avons une obligation de résultat. Par contre, nous avons clairement une obligation de moyen ».

C’est-à-dire retrouver le niveau constant de concentration, d’engagement, de repli défensif et de cohésion en attaque vu contre Villeurbanne. La clé pour signer une cinquième victoire de rang en championnat avant de souffler jusqu’au 8 décembre, et la reprise à Boulazac.
 
Notre photo : Jérémy Nzeulie sera face à son club formateur. A gauche, le Villeurbannais Mantas Kalnietis.