Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
youssoupha_fall_ljubljana.jpg
Actualités BCL18/19 - #8: SIG Strasbourg-Ljubljana Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Non sans mal mais précieuse

Privé de plusieurs joueurs cadres Ljubljana se présentait au Rhenus avec malgré tout la ferme intention de faire un coup. Mais même si cela n’a pas été simple, les SIGmen ont réussi à s’extirper du piège pour imposer leur loi sur leur parquet et s’imposer 81 à 73.

Avant le coup d’envoi, les Strasbourgeois avaient été informés de la victoire d’Ostende sur le parquet de Patras. Une aubaine pour les SIGmen qui devaient alors faire le job face à Ljubljana. Mais les deux équipes se tenaient en début de rencontre. Et même si Youssoupha Fall et Mardy Collins se démenaient, le score tardait à réellement décoller après 5’ de jeu : 7-6. Les rotations se mettaient en place et le jeu se débridait alors un peu. Et ce sont Nicolas Lang et Jarell Eddie en sortie de banc qui allumaient la mèche à trois points pour offrir 6pts d’avance à Strasbourg (15-9, 7’). Et ce même Nico qui souffla sur les braises en plantant un très joli 3/3 à 3pts pour faire exploser de joie la #SIGArmy et en offrant 10pts d’avance aux siens : 21-11, 9’. Ljubljana laissait passer l’orage mais à la fin du 1er quart Strasbourg menait sans discussion possible : 23-16, 10’ (éval : 31-14).

Les SIGmen ne levaient pas le pied et repartaient tambour battant, profitant de l’énergie de Jérémy Nzeulie et Ludo Beyhurst entre autres. Les Slovènes étaient dans le dur et les actions strasbourgeoises s’enchainaient sans trop de peine pour faire gonfler l’avance (30-18, 13’30). Mais soudain le jeu des SIGmen commençait à plus subir l’impact des visiteurs et, porté par sa jeune garde, Ljubljana passait un 9 à 3 aux Alsaciens en 2’20 qui obligeait coach Collet à prendre un temps mort pour remettre tout le monde à sa place : 35-27, 17’. Mardy Collins sortait alors ses habits de lumière (6pts en 2’) mais ce sont bien les joueurs du Petrol Olympija qui finissaient très forts pour recoller à 6 petits points à la pause : 43-37, 20’ (éval : 54-39).

Ljubljana ne levait pas le pied et le souffle des noir et verts commençait à se faire sentir dans la nuque des SIGmen peu de temps après le retour sur le parquet : 43-42, 22’. Débutait alors un mano a mano et à ce petit jeu les débats s’équilibraient mais surtout les visiteurs en profitaient pour grappiller petit à petit jusqu’à prendre les commandes à 4’38 de la fin de la période : 49-50. Tout était clairement à refaire mais il allait falloir se remettre la tête à l’endroit. Le grand Youss essayait d’apporter son énergie et son envie. Et même si son implication faisait du bien dans la raquette et que la SIG Strasbourg reprenait la tête, tout était plus difficile : 54-52, 28’. Si bien qu’à la fin de la période, bien malin celui qui pouvait deviner le futur vainqueur : 56-55, 30’ (éval : 62-65).

Jérémy Nzeulie portait son équipe en début du dernier quart. Actif en défense, présent en attaque et ne s’économisant pas pour motiver ses coéquipiers, il permettait aux blancs de garder le cap grâce notamment à un joli triple : 61-58, 32’. Mais la jeunesse de Ljubljana était pleine de fougue et ne se laissait pas intimider à l’image de Roko Badzim par exemple qui prenait feu et faisait repasser les siens devant : 63-64, 33’. Heureusement pour les SIGmen, les Slovènes se montraient dispendieux sur la ligne des lancers et comme dans le même temps l’attaque strasbourgeoise redorait son blason, l’issue commençait alors à s’éclaircir : 70-65, 36’. Youssoupha Fall jouait des coudes pour s’imposer et dominait la peinture comme il se doit pour verrouiller les rebonds et porter l’équipe. Et comme peu de temps après Jarell Eddie plantait un triple à 1’ du buzzer, il semblait établi que la victoire allait dans la musette strasbourgeoise : 79-71, 39’. Et ce fut effectivement le cas quelques secondes plus tard car au final la SIG Strasbourg s’imposait 81-73 (éval : 95-78). Rien de simple mais l’essentiel était ailleurs…

F.T.