Basket
header_dijon_playoffs.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
jarell_eddie_besiktas.jpg
Actualités BCL18/19 - #10: SIG Strasbourg-Besiktas Istanbul Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Quand la machine s'enraye...

Ce match avait tout du piège et était très clairement un choc difficile à appréhender. Les SIGmen se sont donnés, ont mené de sept points même, mais trop d’erreurs en attaque notamment et surtout en fin de match ont eu raison de la SIG Strasbourg qui s’incline sur son parquet 64-69. Il faudra tirer les leçons et aller de l’avant car des échéances importantes arrivent très vite…

Le match débutait dans une ambiance absolument incroyable. Un bruit assourdissant descendait des tribunes du Rhenus qui voyait les 500 supporters du Besiktas répondre à la #SIGArmy. Aucune animosité entre fans, mais un match qui sentait la poudre. Vincent Collet faisait le choix d’aligner Nicolas Lang dans son cinq de départ. Un choix payant d’entrée, puisque le shooteur de la SIG Strasbourg se mettait rapidement en route pour mettre les siens sur de bons rails (5-2, 2’). Mais les Stambouliotes ne tardaient pas à mettre la machine en route sous l’impulsion de Jason Rich pour prendre les commandes : 7-9, 4’. Un avantage qu’ils allaient même faire fructifier grâce à leur hyper agressivité en défense et un beau collectif en attaque : 11-15, 6’. Mais les SIGmen ne s’en laissaient pas compter. Nicolas Lang sonnait la révolte (8pts dans le quart) et faisait exploser la foule en remettant les siens devant : 16-15, 7’. La fin du quart voyait la SIG Strasbourg passer un 10 à 3 au Besiktas et il fallait un buzzer beater de Jason Rich pour voir les visiteurs rester sur les talons des Alsaciens : 21-10, 10’ (éval : 27-22).

Ce même Rich, intenable en attaque, dégainait à tout va pour montrer à quel point rien ne serait simple. Les protagonistes se démenaient et l’intensité était forte et les deux équipes se rendaient coup pour coup. Un match physique et dont le score ne bougeait guère. Mais au fil du temps c’est bien les Turcs qui reprenaient l’avantage grâce à leur capitaine Veyseloglu (25-27, 14’30). Synonyme de la difficulté pour percer la défense de coach Ivanovic, les 3’50 de mutisme total des SIGmen en attaque, heureusement stoppées par Mardy Collins et très rapidement suivies par Jarell Eddie à 3pts : 30-27, 16’. Un Mardy Collins qui sortait de sa boîte. Effacé jusque-là, il marquait 6pts de rang pour mettre l’équipe devant à 1’50 de la pause (34-30, 18’20). Un avantage qu’ils conservaient à la mi-temps d’un match intense et plaisant : 36-32, 20’ (éval : 44-34).

Les deux équipes ne s’économisaient pas au retour des vestiaires et même si des petites erreurs étaient perceptibles dans la défense strasbourgeoise, ce sont malgré tout les protégés de la #SIGArmy qui gardaient le cap, et d’autant plus après le primé de Nicolas Lang qui donnait 5pts d’avance aux SIGmen et faisait exploser la salle (42-37, 23’) ! Youss puis Ali géraient cet avantage le temps passant… Gérer, mais grâce à des efforts considérables du à une envie et une implication sans faille jusque-là. Symbole de cet engagement, l’inusable et inévitable Flo Pietrus, qui jouait des coudes pour ne pas se laisser marcher dessus. Et cela fonctionnait puisque le score restait en faveur des siens : 47-42, 27’. De retour sur le parquet Quentin Serron donnait même 7pts d’avance à Strasbourg (49-42) mais Besiktas finissait bien la période avec un 7-0 qui piquait et surtout leur permettait de mener après 30’ : 51-52 (éval : 61-55).

Une série qui devenait carrément dangereuse quand elle se transformait en 11 à 0 au retour sur le parquet grâce à un Jason Rich de gala (28pts). Un run qui permettait au Besiktas de prendre 5pts d’avance (51-56, 31’), ce qui n’était pas du goût de coach Collet qui sonnait l’alarme ! Jarell Eddie calmait un temps tout ça et les SIGmen retrouvaient du sérieux en défense. Youss d’un 2+1 égalisait peu de temps après : 56-56, 34’. Ce même Youss qui renvoyait Yildizli à ses pénates d’un contre rageur, et offrait sur un plateau une contre-attaque à Quentin Serron qui redonnait l’avantage aux SIGmen : 58-56, 35’. S’engageait alors un mano a mano où tout le monde se donnait corps et âme. Et même si les visiteurs reprenaient la tête, tout était encore possible à 3’30 de la fin : 62-63, 36’30. Mais le collectif strasbourgeois se délitait à l’image de Mike Green qui signait un triste -3 d’évaluation dans le dernier quart en finissant le match sur un terrible 0/9 aux tirs. Bien évidemment il n’en fallait pas plus pour voir Besiktas s’envoler de façon irrémédiable et remporter cette rencontre sur le score final de 64 à 69 (éval : 73-77).

Le panier average est sauvé, heureusement, mais que cette défaite était évitable pour les SIGmen. Avec un duo Collins/Green (0 et 6 d’éval et 3/18 aux tirs à eux deux) à un autre niveau l’histoire aurait pu être tout autre mais inutile de ressasser, il faut maintenant tirer les leçons de cette défaite pour aller de l’avant avant un déplacement difficile ce dimanche à Dijon et la réception de Klaipeda mardi prochain.

F.T.