Basket
header_sigarmy.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
BOUTIQUE EN LIGNE OFFICIELLE
Habillez vous aux couleurs de la SIG STRASBOURG
jarell_eddie_asvel.jpg
Actualités Coupe de France 18/19: 1/8 - SIG Strasbourg-LDLC ASVEL Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

​Un nouveau chapitre

Ce lundi à 20h45 la SIG Strasbourg fait son entrée en Coupe de France. Tenant du titre le club alsacien aura fort à faire face à la meilleure équipe de l’hexagone : LDLC SAVEL (en direct sur RMC Sport 2).

Cette formule de la Coupe de France qui protège le tenant du titre et les clubs européens a ses avantages. Exit les matches pièges contre des clubs trop souvent jugés (à tort ou à raison) plus faibles. En entrant directement en 1/8ème de finale, la probabilité de jouer un « petit » club est plus faible. Mais le corolaire de tout ça n’est pas sans conséquence. En effet, cela signifie que l’entrée en lice a de plus fortes (mal)chances de se faire face à un club de l’Elite. Et cet opus 2018/19 de la Coupe de France en est une réalité criante puisque les SIGmen se préparent à accueillir la meilleure équipe actuellement en France. Mais même si se présente ce lundi, au Rhenus, le leader du Championnat, LDLC ASVEL, coach Collet ne se cache pas : « C’est un trophée à défendre. La Coupe de France est toujours une compétition qui compte. Bien entendu que ce soit la coupe de France ou la Leaders Cup, ce n’est pas l’équivalent du Championnat. Mais il n’y a aucune raison de les négliger ».

Quant à la formule actuelle de la compétition il commente : « La coupe de France, surtout qui nous protège jusqu’au 1/8ème, permet de gagner très vite un trophée. Ça reste la Coupe, tout le monde est engagé, c’est un trophée qui a une valeur. On n’a jamais négligé aucune compétition. Parfois on a été victime, tributaire, d’un tirage défavorable comme c’est le cas là où on joue contre la meilleure équipe, mais on a toujours essayé de jouer à fond ». Tirage défavorable bien qu’à domicile, mais pas pour autant un match à galvauder, même si comme le conçoit coach Collet, le problème est aussi ailleurs : « Ce qui est dommage c’est surtout notre situation avec notre effectif réduit en plus de l’arrivée de la fatigue ; C’est difficile… » Il est clair que le roster strasbourgeois est actuellement dépouillé. Mardy Collins sur le flanc et la situation de Florent Pietrus qui n’est pas fixée pour la rencontre de demain, et autres contrariétés égrainent les journées du staff strasbourgeois.

capture2.png

Mais LDLC ASVEL compte aussi des absents, mais à cela Vincent Collet note : « c’est tellement moins sensible chez eux, tant leur effectif est pléthorique à la base. Ils arrivent quand même avec Bilan, Ajinça, Noua et Livio à l’intérieur ». Leur seul petit point faible (si tant est que l’on puisse dire ça) se situe peut-être à l’extérieur où ils n’ont ni Nelson et Maledon et encore : « ils ont quand même Kalnietis, Lighty, Slaughter, Charles Kahudi, le jeune Briki, … » que du beau linge quand même. La SIG Strasbourg sera donc une nouvelle fois en infériorité mais le coach l’assure « on va se battre, on va essayer ». Les SIGmen avaient fait plutôt une bonne entame face à Limoges avant de mal gérer la fin du 1er quart et du deuxième. Il est clair que ce type de passages à vide est totalement interdit contre de bonnes équipes et demain, face à l’armada lyonnaise, il est certain qu’il ne faudra même pas y penser si les Alsaciens veulent espérer une issue heureuse : « contre une équipe moyenne tu peux parfois t’en remettre mais pas contre des équipes qui ont ce standing. Aujourd’hui Limoges n’est pas loin d’être la meilleure équipe derrière l’ASVEL ».

Ce 1/8ème de finale s’annonce donc sans surprise comme un challenge important. Insurmontable ? Peut être pas, mais il est clair qu’il faudra ne pas commettre « des défauts d’attitudes » comme on a pu le voir face à Limoges. « Des joueurs qui manquent des tirs et qui ne reviennent pas en défense ce n’est pas possible », ajoute-t-il. Le coach l’a vu dès la fin du match en se refaisant la rencontre en vidéo : « il faut éradiquer ça une bonne fois pour toute ! ». L’équipe n’a pas fait que des mauvaises choses, mais les quelques périodes comme celles encore vues hier suffisent à se mettre en difficulté de façon rédhibitoire, anéantissant toute chance de faire finalement une bonne prestation. Et comme ce match à venir est le premier de quatre qui peuvent offrir un trophée, autant dire qu’il faudra être investi à 150% pour ne pas dès son entame rendre une Coupe dont, pour l’heure, Strasbourg a encore la possession.