Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
david_andersen_antibes.jpg
Actualités LNB 18/19 -J#23- SIG Strasbourg-Antibes Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

​En mode reprise

Le match pouvait sembler piégeux face au dernier du classement et les SIGmen ont mis du temps à entrer dans leur match. Mais finalement, grâce à un 3ème quart dominé de A à Z, la SIG Strasbourg a très bien remis le pied à l’étriller après 15 jours de break en s’imposant 75-55 face à Antibes.

patch_film_du_match.jpg
Les SIGmen débutaient le match timidement. Heureusement, Youss Fall tenait la barraque dans la peinture, avec rapidement trois rebonds. Pour autant le score tardait à décoller, avec un petit 4-4 après 3’30. Quentin Serron se démenait et montrait un bel engagement en défense, et ce sont tous les SIGmen qui lui emboîtaient le pas pour laisser au pain sec l’attaque antiboise : 7-4, 6’. Le travail de sappe de Youss était payant et ses 7pts et 5rbs en moins de 8’ permettaient à Strabourg de prendre les commandes. Et même quand celui-ci était remplacé, la qualité du jeu strasbourgeois n’en pâtissait pas. David Andersen faisait d’ailleurs une belle entrée mais Taurean Green trouvait une faille en toute fin de période pour rapprocher les siens, mais après 10’ les locaux menaient malgré tout de 3pts : 16-13, 10’ (éval : 17-14).

Le début du 2ème acte était plus difficile. Les Sharks étaient mordants et Strasbourg avait du mal à les contenir. Raposo faisait un beau chantier dans la raquette et c’est lui qui ramenait même les siens à un petit point à la 12’ minute : 20-19. Vincent Collet décidait alors de remettre Youss Fall pour essayer de répondre au pivot antibois. Le jeu de la SIG Strasbourg retrouvait un peu d’équilibre et l’alternance de jeu intérieur/extérieur avait un impact pour le moins positif. En pénétration avec Ludo Beyhurst, à 3pts avec Jérémy Nzeulie ou dans la raquette, les salves strasbourgeoises faisaient mal. Ainsi à 3’ de la pause, après un 9-0, le plus grand écart du match se dessinait avec 10 pions : 31-21, 17’. Les joueurs de Vincent Collet venaient de faire le break, et c’est grâce à ce coup d’accélérateur qu’ils rejoignaient les vestiaires en tête. Mi-temps : 35-27 (éval : 40-28). Avec déjà 10 joueurs ayant contribué au scoring durant ces 20 premières minutes, le collectif strasbourgeois et sa profondeur de banc (aucun joueur à deux fautes à la pause) faisaient la différence.

Bien décidés à enfoncer le clou, les SIGmen revenaient déterminés sur le parquet. Pris à la gorge, les visiteurs subissaient et voyaient l’écart rapidement enfler : 43-29, 23’. Coach Antic prenait un temps mort pour tenter de stopper le début d’hémorragie mais il fallait attendre 3’ de mutisme de leur part pour revoir les filets trembler. Mais qu’importe, Strasbourg ne levait pas le pied. Et même si le feu follet Blassingame tentait de maintenir l’espoir, les SIGmen géraient leur avance et s’appliquaient pour mener de 17pts : 50-33, 27’. Et, au terme d’un quart-temps dominé de la tête et des épaules dans les grandes largeurs, la SIG Strasbourg venait de faire le break en laissant leur adversaire à 11 petits points pendant qu’ils en enquillaient 22 en 10’ : 57-38, 30’ (éval : 74-38).

Antibes laissait entrevoir un léger mieux au début du dernier quart en plantant un sept points de rang mais Jérémy Nzeulie calmait tout ça d’un triple pour le moins bien venu qui permettait de remettre tout d’aplomb : 62-45, 33’. Rien de bien dramatique soyons honnêtes car même si Antibes retrouvait un peu d’adresse, cette équipe strasbourgeoise gérait sans paniquer, si bien qu’à 5’ du buzzer, difficile d’imaginer comment ce match aurait pu échapper à Youss Fall et sa bande : 66-50, 35’. Personne ne lâchait la bride et tout le monde participait à la fête pour permettre d’assommer définitivement Antibes à 2’12 de la fin après une no-look passe de toute beauté de Nathan Sobey : 70-52. La messe était dite et finalement, portée par un collectif quasi sans faille, la SIG Strasbourg s’imposait sur le score final de 75-55 (éval : 99-57).

Avoir un effectif aussi large a bien des avantages et le coach de la SIG Strasbourg en a fait l’expérience ce soir, en pouvant pianoter à sa guise pour trouver la solution. Et, comme en prime aucun de ses joueurs n’a joué plus de 24’, autant dire que le chant des possibles qui s’ouvre à lui, quand toute cette belle machine sera bien huilée, semble vraiment prometteur. Affaire à suivre…

LES STATISTIQUES DU MATCH : ICI
F.T.
 

 

 
Articles liés: 
Toutes les actualités