Basket
pub-sig_sofitex.jpg
pub-sig_sofitex.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
nebojsa_bogavac.jpg
Actualités ​Pleins feux sur Nebojsa Bogavac

​Pleins feux sur Nebojsa Bogavac

En tant qu’assistant de Vincent Collet, Nebojsa Bogavac a un rôle que l’on peut qualifier de l’ombre. Mais un club professionnel digne de ce nom se doit d’avoir plusieurs assistants au service du coach principal afin de l’épauler et faire progresser les joueurs. Le Monténégrin Trumo est l’un d’eux. Pleins feux aujourd’hui sur cet assistant dont les côtes de certains joueurs passés et présents gardent un souvenir impérissable…

F.T : Peux-tu nous présenter un peu plus en détail ton travail au sein du staff ?

N.B : En tant qu’assistant de Vincent je suis là pour l’aider, l’épauler en cas de besoin. Je connais sa façon de travailler et sa vision du basket et j’essaye de la transmettre aux joueurs. Je suis là aussi pour les échauffements, les shootings et bien sûr le travail spécifique avec les joueurs quand ils en ont besoin.

F.T : Ça nécessite aussi un travail physique te concernant non ?
N.B : C’est obligatoire. Tu ne peux pas juste expliquer. Tu es obligé de t’impliquer, de travailler avec le joueur. Tu dois montrer, faire opposition, t’investir en attaque et en défense. En tant qu’ancien joueur, je sais aussi jusqu’ou aller pour ne pas blesser le joueur mais il faut être dur parfois, résister… C’est comme lors des matches, tu prends des coups, il ne faut pas croire non plus que l’entraînement c’est facile. Je ne suis jamais gentil (rires).

F.T : Tu fais notamment un gros travail avec Youss depuis le début de la saison …
N.B : Quand Youss est arrivé, on a discuté tous ensemble avec les coaches pour savoir ce qu’il fallait travailler et comment le faire. Il fallait déjà changer son tir. Il y avait aussi le problème des lancers-francs. On travaille aussi son tir, son jeu dos au panier. Mais il progresse vraiment vite, c’est impressionnant.

F.T : Tu le soulignes mais son pourcentage aux lancers-francs est en nette augmentation. Sa technique a changé notamment…
N.B :  Il a son tir, son style aux lancers-francs cette année. C’est un pivot, il doit pouvoir bien shooter les lancers car souvent en fin de matches, surtout si le match est équilibré et se joue sur des détails, que ça se durcit dans la raquette, il doit pouvoir assurer sur la ligne. On a changé son tir et je pense que c’est positif jusque maintenant mais on peut faire mieux.

F.T : Est-ce que tu es plus à l’aise pour faire travailler un intérieur ou un arrière ?
N.B : Le travail est forcément différent entre un intérieur et un extérieur. Ce qui est difficile quand je travaille avec un extérieur c’est que je travaille sur un poste que je connais avant tout comme ancien basketteur. Il ne faut pas faire l’erreur de vouloir transformer un joueur en fonction de ce que moi je faisais avant. Il faut savoir quels sont les points forts et points faibles des gars. Mais les règles sont les mêmes pour tous (rires). A tous les postes il y en a. La première c’est de savoir bien jouer le "un contre un", attaquer le panier côté gauche et droit. La seconde, savoir passer au bon endroit au bon moment. Enfin bien sûr le shoot. Après il est clair que Jarell et Nico utilisent beaucoup plus leur shoot. C’est normal c’est leur point fort. Mais il faut travailler le reste. C’est la base, que tu sois un intérieur ou un extérieur. Il faut tout travailler pour s’adapter à la situation, à ton adversaire. C’est facile à dire, mais c’est clair que c’est du travail pour le joueur. Et pour la défense c’est pareil, il faut travailler la défense collective et individuelle.

F.T : La relation de travail avec les autres coaches ?
N.B : Lassi et Lauriane font un gros travail en vidéo. Vincent découpe encore plus en précision. A partir de ça, Vincent peut demander des choses spécifiques. Il y aussi Lassi et Lauriane qui nous donnent des informations, lui fait tant de pick and roll, celui-là part beaucoup plus à droite qu’à gauche, etc… On est un collectif nous aussi. Je donne mon avis aussi quand on regarde les matches des adversaires. On prépare tous ensemble à des niveaux différents. On a des boulots différents mais on est tous complémentaire en tant qu’assistant de Vincent.
 

Vincent Collet à propos de Nebojsa Bogavac :
« Dans toutes les franchises NBA, depuis longtemps, ils ont un ou plusieurs assistants qui, en plus d’être assistants du coach, sont des entraîneurs de work-out. Ce qui signifie qu’ils font travailler individuellement les joueurs. Cette tendance s’est développée ces dernières années en Europe et maintenant en France. C’est devenu indispensable pour faire progresser les joueurs et de ce fait l’équipe. Trumo a été international serbe, il a été un joueur référencé sur la scène européenne et il maîtrise parfaitement les fondamentaux individuels. Ceci, ajouté à sa passion et à son sens de l’exigence, lui permettent d’enseigner à nos joueurs ces mêmes fondamentaux. Tout ceci ne l’empêche pas parallèlement de m’assister dans les autres fonctions du staff et, au même titre que Lassi, il me donne en direct ses ressentis sur le jeu. Son expérience en tant que joueur me fournit une autre vision qui m’est précieuse ».

Youssoupha Fall à propos de Nebojsa Bogavac :
« Trumo est quelqu’un de rigoureux et d’atypique. Il aime travailler et veux te faire travailler. Même quand j’essaye de me faufiler pour esquiver il me rappelle (rires). C’est un bosseur qui va te pousser à bout. C’est un bon gars. Il me prend en travail individuel pendant minimum 30 minutes après chaque entraînement. On travaille le jeu dos au panier, le shoot, le hook shot et bien sûr les lancers francs. On travaille beaucoup le jeu dos au panier, car j’en ai vraiment besoin, et on développe mon shoot. Et les lancers-francs…Oulala beaucoup de lancers francs ! On a beaucoup bossé ça en présaison. Je venais avant et je restais après chaque entraînement. Vincent et lui ont changé mon geste. Avant je n’avais pas de confiance en mon tir. Trumo m’a avant tout redonné ça. Il a trouvé un geste qui me va, un bon geste qui va vraiment dedans. A ce niveau il m’a beaucoup aidé mais je pense que tout le monde l’a vu ».