Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
youssoupha_fall_le_mans.jpg
Actualités LNB 18/19 -J#21- SIG Strasbourg-Le Mans Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

​Retour gagnant

Dans le cadre de la 21ème journée de Jeep® ÉLITE la SIG Strasbourg accueillait le Champion de France en titre : Le Mans. Un match qui était l’occasion de fêter le titre obtenu lors de la Leaders Cup 15 jours plus tôt. Mais rapidement le basket a repris le dessus et au terme d’un match à suspense les SIGmen ont réussi à résister au retour des Manceaux en fin de partie pour s’imposer finalement 77-75.

Les deux équipes semblaient un peu crispées en début de rencontre et avec des déchets de part et autre le score tardait à décoller : 4-4, 3’30. Mais cette équipe mancelle était bien en place et posait clairement des problèmes à la SIG Strasbourg. Il fallait un exploit individuel de Quentin Serron et un beau primé de Mike Green pour rester à hauteur après 5’ de jeu : 9-9. Le niveau du match montait d’un cran et les protagonistes affichaient un jeu intense et plaisant. Les SIGmen venaient de monter le curseur en défense et cela se ressentait directement au score en passant un 7 à 3 à leur adversaire pour prendre l’avantage : 16-12, 8’. De son côté Le Mans dominait la bataille du rebond en ce début de partie (15 à 9 après 10’ pour eux) et cela leur permettait de rester au contact dans ce quart, qui se ponctuait par les 1ers points de Nathan Sobey sous le maillot de la SIG Strasbourg : 20-17, 10’ (éval : 28-18).

David Andersen faisait à son tour sa 1ère apparition sur le parquet du Rhenus au début du 2ème quart. Petr Cornelie et lui s’offraient une belle partie de manivelle dans la peinture. Un petit frotti frotta qui ne déstabilisait pas l’Australien, ni le groupe, qui continuait à maintenir l’intensité nécessaire (27-23, 14’). Ludo Beyhurst sortait une défense dont il a le secret sur Thompson, et son association avec Nathan était très intéressante. Combiné à la vista de David Andersen et l’impact de Youss Fall, ce quatuor inédit permettait de passer un coquet 9-2 en 2’ qui donnait 8pts d’avance à Strasbourg : 31-23, 15’. Les SIGmen passaient même en mode rouleau compresseur et après un 2+1 de Jarell MVP Eddie, l’avantage des hommes de Vincent Collet montait même à 11pts à 3’ de la pause : 36-25, 17’. Mais le nouveau venu au Mans sortait de sa boîte ! Kendrick Ray montrait à la France son talent en prenant les clés du camion en plantant 9pts de rang remettant son équipe dans la course. Mais c’est bien Strasbourg qui virait en tête à la pause : 41-36, 20’ (éval : 54-38). Tout était encore ouvert à mi-parcours mais il est clair que si les SIGmen voulaient espérer une issue heureuse elle ne pouvait pas laisser en 2ème période 16 rebonds offensifs comme ils venaient de le faire en 20’.

Le retour sur le parquet voyait la tour de contrôle de la SIG Strasbourg, Youss Fall, prendre les choses en main. Sur tous les fronts, il marchait littéralement sur les Manceaux qui ne parvenaient pas à le contenir. Auteur de 8pts et 3rbs en un rien de temps, il permettait aux siens de reprendre le large, 4’ après le début du quart : 55-44, 24’. Mais Le Mans laissait passer l’orage et à l’expérience les visiteurs grapillaient leur retard sans trop faire de bruit en passant un petit run, 0-6 en 1’10. Si bien que, lorsque les deux équipes étaient à 55-50 à la 27’, bien malin celui qui pouvait dire qui l’emporterait. Les secondes suivantes voyaient les retours sur le terrain de Nathan et Jérémy qui apportaient une énergie non négligeable et qui calmaient l’ardeur mancelle en remontant l’avance à 11pts (61-50, 28’15). Un écart que les SIGmen allaient conserver jusqu’à la fin du 3ème quart-temps : 63-52, 30’ (éval : 84-54).

Et quand ce n’était pas Youss qui se mettait en lumière (15pts à 100%), c’était son compère Ali Traoré. En effet, Big Ali (12pts en 14') faisait un début de dernier quart très productif et permettait aux SIGmen de rester en avance (67-54, 33’). Et même quand les Manceaux revenaient à moins de 10pts (67-59, 35’30), c’est lui qui ramenait de la sérénité en attaque, mais il ne pouvait pas tout faire. Et discrètement Cameron Clark et sa bande revenaient patiemment, commençant à laisser passer un souffle de doute dans les tribunes du Rhenus. A 69-63 à 3’13 du buzzer il allait falloir serrer les boulons pour éviter toute fuite d’une victoire qui jusqu’à ce moment tendait les bras à Strasbourg ! Vincent Collet prenait un temps mort pour remobiliser tout le monde mais tout était difficile, si bien qu’à l’entrée du Money Time les cinq petits points d’avance semblaient bien maigres : 71-66, 37’30. Jarell Eddie redonnait un peu d’air à Strasbourg mais ce diable de Cameron Clark se donnait sans compter (22pts en final) et c’est lui et lui seul qui rapprochait son équipe à une possession à 1’30 de la fin : 74-71, 38’30. Le public était debout pour pousser son équipe. Jérémy Nzeulie perdait la balle dans le trafic en pénétration à 30sec du terme et derrière ce diable de Kendrick Ray marquait un improbable lay-up. 74-73, à 16 secondes du buzzer : irrespirable ! Les derniers instants se terminaient au jeu des lancers-francs et cette partie de ping-pong tournait en la faveur des SIGmen qui remportaient au bout du suspense ce match 77-75 (éval : 92-81). Un grand ouf de soulagement comme le disaient Quentin Serron et Youssoupha Fall lors d’un tour d’honneur bouclant à merveille une fête réussie.

F.T.