Basket
pub-sig_sofitex.jpg
pub-sig_sofitex.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
ali_traore_antibes.jpg
Actualités LNB 18/19 -J#29- Châlon Reims- SIG Strasbourg Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos

​Assumer son ambition

Les démonstrations de Nanterre à Villeurbanne (+22) et Bourg à Pau (+11) le démontrent avec force : la Jeep®ELITE vient de changer de dimension. La cadence s’accélère, l’intensité grimpe, les outsiders montrent les dents. A son tour, et dès ce mardi (20.00) à Châlons en Champagne face au CCRB, la SIG Strasbourg va devoir grimper d’un cran.
On en était resté sur une drôle de fin vendredi contre Boulazac, avec les 31 points encaissés dans le dernier quart, frisant la correctionnelle, mais passant tout juste.
31 points, c’était au demeurant le même tarif du dernier quart, le 26 décembre dernier (22-31), quand Châlons-Reims avait entraîné des Strasbourgeois grisés dans un avant-goût d’All Star Game. Mais ce jour-là, les Champenois furent les plus malins et le Rhenus en resta médusé (90-97). « Le début de nos ennuis. C’était pourtant un match important trois jours après avoir failli gagner à Monaco » regrette Vincent Collet. « J’ai dit à mes joueurs dans le rond central à la fin de l’entraînement de ce matin, qu’on se retrouve un peu dans la même situation aujourd’hui. A nous de ne pas rater la bascule. Notre place en playoffs n’est pas acquise. Il faut la sécuriser. Gagner les deux matches de cette semaine (Levallois vient au Rhenus ce samedi), est presque obligatoire ! »
31 points, c’était aussi le score personnel de Blake Schilb, euphorique ce soir-là, se souvenant de son dernier passage à Strasbourg, c’était fin avril 2016 avec Galatarasray en finale aller de l’Eurocup. Ce mardi, il retrouvera en forme de remake son adversaire de la finale, Mardy Collins, lequel apparaît à ce jour assez loin de sa forme d’alors. « Il va falloir du temps, poursuit son coach. Son dernier vrai match était précisément à Monaco le 23 décembre. Depuis il est revenu de façon ponctuelle avant de se reblesser. Il n’a repris réellement que le 28 mars ». Oui mais encore ? « Il a besoin encore d’une quinzaine de jours. On sent qu’aux entraînements il retrouve l’énergie. Le fait d’avoir du mal agit aussi sur sa confiance. J’ai bon espoir qu’il puisse revenir. On a besoin qu’il retrouve son vrai niveau. Lui a besoin d’être rassuré. On pense qu’un joueur d’expérience sait forcément se gérer. Mais la confiance est essentielle. Regardez l’évolution de Mike Green cette saison dès lors qu’il s’est senti réellement en confiance ».
A Châlons, où le CCRB vient de prolonger le coach mulhousien Cédric Heitz, le derby du Grand Est se disputera sans Quentin Serron.  Victime d’une douloureuse « fourchette » dans les deux yeux, le vaillant Belge verra un spécialiste ce mardi  pour un diagnostic plus précis.
Face à une équipe portée sur l’offensive (86,6 points en moyenne et Devin Ebanks meilleure gâchette du championnat avec 19,3 points en moyenne), mais dont la situation au classement s’est dégradée, l’équipe restera consistante avec 11 joueurs. Au sujet de la gestion d’un roster de 12 éléments et des 200 minutes d’un match à répartir, Collet est clair : « On n’en a pas l’habitude dans le basket français. De toute façon il faudra s’adapter. L’acceptation des uns et des autres est fondamentale. Il ne faut pas que la frustration soit affectée par le temps de jeu. D’autant que les choses peuvent tourner en fonction des matches et des oppositions. J’ai confiance dans la valeur de mes joueurs. La cohésion est essentielle ».
Reste ainsi à concrétiser dès ce mardi en resserrant de manière drastique la défense. « La défense, c’est une organisation et une mise en place. Mais c’est aussi du cœur et des tripes ».
Au moment d’aborder la dernière ligne droite et au moment où les points sont chers, le temps est venu pour les Strasbourgeois d’assumer et d’afficher leur ambition. Avec organisation, mise en place, cœur et tripes !