Basket
pub-sig_sofitex.jpg
pub-sig_sofitex.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
vincent_collet.jpg
Actualités LNB 18/19 -J#29- Châlon Reims- SIG Strasbourg Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos

​V. Collet «Se battre pour être en Playoffs»

Retrouvez les réactions des deux entraîneurs et de Jérémy Nzeulie après la défaite de la SIG Strasbourg face à Châlons-Reims.

Vincent Collet : « A la mi-temps on avait 62% de réussite aux tirs donc normalement si tu ne faisais pas autant de bêtises tu ne peux pas être mené. Les 51pts encaissés c’est l’effort défensif mais pas seulement. Même quand on faisait des efforts on a été capable de redonner des deuxièmes chances. Les balles perdues en 1ère mi-temps ont occasionné au moins 12 ou 14 points faciles pour Châlons-Reims. Au début de la 2ème mi-temps on était un peu plus solide, mais eux aussi. On savait qu’ils pouvaient souffrir dans le dernier quart-temps comme ça leur est arrivé contre Villeurbanne, donc si on avait eu la bonne idée de rester à une distance raisonnable on se serait rendu possible le come-back. Alors que là, le fait qu’ils prennent 14pts d’avance a rendu cela compliqué…même si on a failli réussir parce que Jérémy avait de l’adresse, qu’on a mis du rythme, qu’on a fait quelques stops et surtout, qu’enfin, on s’est arraché pour prendre quelques rebonds. Il aurait fallu faire ça dès le début.

Il faut qu’il y ait une prise de conscience pour que, les matches que l’on doit gagner pour aller en Playoffs, on les gagne ! On n’y est pas encore. Tant que tu n’as pas 19 victoires minimum tu n’y es pas. Il faut en gagner encore, à minima, deux mais se serait de bon ton d’en remporter un 3ème pour s’assurer toute mauvaise surprise. Gagner samedi est impératif. Ça l’aurait été de toute façon, mais maintenant encore plus. Cette contre-performance nous met vraiment en difficulté. On est dans une situation complexe au classement. Il faut qu’on se batte pour être en Playoffs. Notre problématique est générale, on manque d’engagement et d’énergie pour stopper les adversaires, et en plus, depuis trois matches, le fait de perdre autant de balles est récurent. On est à 12 de moyenne en saison et ça fait trois matches qu’on en perd une vingtaine. C’est un problème qui vient au plus mauvais moment de la saison

 ».

Jérémy Nzeulie : « La révolte à la fin n’a clairement pas été suffisante. En plus, ce n’est pas comme si on n’était pas prévenu. C’est la même chose que ce qui s’est passé chez nous ! On sait que c’est une équipe d’attaque et on leur a laissé faire tout ce qu’ils voulaient. Ils se sont amusés ! On les a mis en confiance et, quand c’est comme ça, ça donne encore plus de 90 points encaissés. On n’a pas mis l’intensité qu’on voulait mettre en 1ère mi-temps. En attaque on n’était pas mauvais car on marque 45 points, mais, en défense, on refait exactement la même erreur qu’au match aller. On savait que c’était un match très important pour nous et pour eux aussi, mais ils sont mieux rentrés dedans. Mes 15 points à la fin ? Ça ne sert strictement à rien ! Au final, qu’on perde de 2 ou de 15, c’est une défaite. On voulait aller chercher ce match, mais on ne peut pas réagir à 3’ de la fin ! Espérer gagner dans ces conditions aurait été un exploit. On vient trop relax à l’extérieur. L’autre équipe joue avec les crocs et a envie de montrer de belles choses à son public ; nous on vient en se disant qu’on va faire notre match et que ça va aller : malheureusement ça ne passe pas ça. La Jeep Elite a un bon niveau, c’est très homogène, on ne peut prendre aucune équipe à la légère et penser qu’on va gagner de 10/15 points en marchant. Malheureusement ça fait un moment qu’on ne comprend pas ça. Il va falloir finir par corriger les erreurs si on veut accrocher les Playoffs. C’est loin d’être le cas, derrière ça pousse et là on se met dans une position difficile même si c’est très loin d’être fini ».

Cédric Heitz : « Dans le 4ème quart-temps, Strasbourg a le vent dans le dos. C’était difficile de maintenir l’écart, surtout avec un Jérémy Nzeulie en feu et des trois points qui tombent du ciel d’une manière hallucinante ! Défensivement, on a réussi à faire perdre la balle à l’adversaire. On savait qu’une des faiblesses de Strasbourg est le rebond défensif, et les joueurs sont parvenus à prendre un vrai ascendant à ce niveau-là. C’est un bel exploit ! Il y a peu d’équipe qui ont gagné deux fois contre Strasbourg. Je suis vraiment heureux pour les joueurs, car les derniers temps étaient très durs. Ce soir, on a été très combatif.  J’aurais voulu gérer les temps de jeu différemment, mais il y avait cette victoire à prendre et on la prend avec beaucoup de bonheur ».