Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
flag_dallo.jpg
Actualités B. Dallo : « me montrer et convaincre »

B. Dallo : « me montrer et convaincre »

Alors que l’entraînement reprendra ce mardi 13 août, les SIGmen étaient à pied d’œuvre aujourd’hui pour les différents tests médicaux. Et durant cette journée marathon, entre deux rendez-vous, Boris Dallo a accepté de répondre à quelques questions afin de le connaître un peu mieux.

F.T : Comment vas-tu et comment as-tu occupé ton été ?
B.D : Ça va très bien, physiquement et mentalement. Vu que j’étais une grande partie de la saison à l’étranger, j’ai passé du temps cet été avec ma famille à Nantes et profité de mes potes. Je me suis aussi entraîné avec un préparateur physique personnel, Laurent Norbal, avec qui je bosse tous les étés.

F.T : Tu as hâte de reprendre ?
B.D : Oui et c’est normal. Après une coupure, on ressent toujours ce manque d’adrénaline. On a besoin de cette excitation du terrain. Et en plus là, c’est avec une nouvelle équipe. J’ai vraiment hâte de commencer. Mais de ce que je vois, je ne suis pas le seul dans l’équipe. On va se mettre au travail !

F.T : Parles nous un peu de ton évolution depuis Poitiers. Qu’est ce que chaque club t’a apporté dans ta carrière ?
B.D : De l’expérience ! Je commence à avoir quelques kilomètres au compteur. Chaque championnat a sa spécificité. La Serbie c’est un championnat que je qualifierai de très cérébral, où tu n’as pas forcément besoin d’aller vite, mais il faut penser, réfléchir et il y a de très forts coaches. Le QI basket est très important. Après en D-League, j’ai beaucoup progressé individuellement. Ça m‘a fait du bien d’aller y jouer. Cinquante matches en quatre mois, ça t’oblige à progresser vite. Le championnat grec est très physique. C’est roublard on va dire (sourire). Vous avez joué contre l’AEK Athènes, l’ARIS, Patras, vous voyez le style de jeu, c’est un championnat particulier, très physique mais très cérébral là-aussi. Finalement, mes expériences m’ont permis d’apprendre du point de vue du QI basket et du souci du détail.

F.T : Et justement, avec tout ce cocktail de culture basket, comment est-ce que tu peux te décrire aujourd’hui ?
B.D : Je suis une sorte de couteau Suisse on va dire. Je fais un peu de tout, là où le coach a besoin de moi. J’essaye de m’adapter au match, aux situations et à ce que le coach veut. Je suis un touche-à-tout, même si j’avoue bien aimer en particulier être sur le poste de meneur et aider les gars. Mais, une nouvelle fois, je sais qu’on va me demander de faire des choses différentes, mais cela ne me dérange pas.

F.T : Tu as accepté un contrat de pigiste, ce qui n’est pas un choix évident en début de saison. Pourquoi celui-ci ?
B.D : Tout le monde sait que Strasbourg est une belle organisation. Cela a forcément pesé. Mais le fait de jouer pour Vincent, a beaucoup compté aussi. J’avais d’autres propositions en France et en Grèce, mais je pense que la SIG Strasbourg était la proposition la plus cohérente vis-à-vis de ce que je voulais vraiment. Après, concernant la durée de six mois, ça correspond quasiment à toute la 1ère phase de BCL et aux matches allers de Jeep ELITE, ça me laisse du temps pour me montrer et convaincre.

F.T : Que penses-tu de l’équipe que le coach a constituée ?
B.D : Elle est différente des précédentes saisons. Je pense que cela se rapproche de ce qu’il faisait au Mans avec les jeunes. Forcément, comme tous les joueurs encore présents cette saison, il a un esprit revanchard. Donc il a construit son équipe autour de ça. Il a pris des gars qui sont dans cet état d’esprit et qui ont la niaque et envie de jouer.

F.T : Tu connais déjà quelques un des joueurs…
B.D : Damien, forcément, vu qu’on a joué ensemble à l’INSEP. Il y a des gars que j’ai croisé en D-League : Travis Trice et Gabe York. Je connais Ali aussi… Tout ça facilite les choses pour l’alchimie et la cohésion.

F.T : Quelles sont tes ambitions à court et long terme ?
B.D : J’ai des ambitions mais pour le moment je suis ici, à Strasbourg. J’ai vraiment envie que ça se passe bien. A moi de bien travailler avec le groupe pour me fondre dans le collectif. Après, au fur et à mesure, on verra. A court terme forcément j’aimerais faire toute la saison avec Strasbourg mais cela ne dépendra pas que de moi, donc je n’y pense pas pour le moment. Je veux me concentrer sur ce que je peux contrôler. A long terme, j’ai des objectifs aussi, c’est certain, mais ceux-ci passeront aussi par mes résultats ici.

F.T : Pour finir, quel genre d’homme es-tu en dehors du terrain ?
B.D : J’aime bien rigoler, passer du temps avec ma famille et mes potes. Sinon, cette saison, je me suis inscrit à une formation à distance de management du sport. Je vais commencer en septembre. Je suis un passionné du basket en général. J’ai vu pas mal de choses à l’étranger et ça n’a donné envie de prévoir dès maintenant pour la suite. Mais, au quotidien, j’aime bien jouer à la console et j’adore le foot. Je suis allé voir le racing hier soir et je vais y aller aussi souvent que possible. J’aime le sport, tous les sports.

 

Articles liés: 
Toutes les actualités