Basket
header_site_matchjoueurs.jpg
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
travis_trice_metropolitans.jpg
Actualités [19/20] JeepELITE#4 : SIG Strasbourg-Metropolitans92 Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos

Dépassés

Les SIGmen savaient que ce ne serait pas simple de confirmer après la victoire au Portel face à une forte équipe de Boulogne-Levallois. Et ce fût le cas car les Metropolitans 92 ont remporté ce match en imposant leur jeu s’offrant ainsi une 4ème victoire en quatre matches 81-97. Pour la SIG Strasbourg c’est un brutal coup d’arrêt qu’il faudra vite oublier avec les grands débuts de la BCL dans 72h au Rhenus.

Boulogne-Levallois entrait dans ce match avec beaucoup d’envie, de vitesse et d’engagement. Bien que prévenus, les SIGmen étaient piqués sur le vif et voyaient leur début de partie légèrement galvaudée. Autant dire que le 2-9 après 3’, avec une adresse famélique pour les SIGmen, faisait un peu mal à voir. Les joueurs de Vincent Collet s’en remettaient aux lancers-francs pour rester dans la partie, juste avant que Travis Trice se réveille en plantant une jolie banderille à 3pts : 9-12, 5’10. Il ne lui en fallait pas plus pour prendre confiance ! Derrière il scorait un autre primé et la SIG Strasbourg semblait être enfin partie (12-14, 6’). Mais de petites approximations dans le jeu avaient de grandes conséquences. Deux pertes de balles consécutives offraient ce que les Metro-boys appréciaient tellement : du jeu rapide ! La sanction était immédiate, Boulogne-Levallois se redonnait de l’air : 14-20, 8’. Ali Traoré faisait une entrée remarquée en inscrivant 6pts, et Thomas Scrubb et lui passaient un 8-2 aux visiteurs, juste avant un dernier 3pts de Rob Gray. Fin 1er quart-temps : 20-23 (éval : 24-28).

La défense strasbourgeoise avait bien du mal face à l’attaque des Metropolitans. De leurs côtés Jamel Artis et sa bande ne se faisaient pas prier et enquillaient les paniers pour refaire un écart. En effet, à la faveur d’un 8 à 2 les visiteurs reprenaient le large : 22-31, 13’. Rien n’était simple et Boulogne-Levallois faisait valoir ses atouts. Rob Gray trouvait ses marques comme dans son jardin et ses 13pts à la pause aidaient fortement le collectif des Bleus. Ludo Beyhurst trouvait le chemin à 3pts mais la réponse ne tardait pas. Un 0-4 en un rien de temps redonnait de l’air aux joueurs de Fred Fauthoux. Et si Gabe York retrouvait un peu d’adresse également à 3pts ? Qu’importe, Briante Weber lui répondait très vite suivi par Artis. A +11 à 3’ de la pause (33-44, 17’), Vincent Collet n’en pouvait plus. Il rappelait tout le monde sur le banc lors d’un temps mort musclé ! Mais rien n’y faisait, Weber et son équipe imposaient leur loi, à tel point que l’écart devenait vraiment inquiétant (37-50, 19’). Mais ‘‘heureusement’’ Thomas Scrubb finissait le quart sur un 2+1 pour sauver les meubles ! Mi-temps : 40-50 (éval : 43-61).

Le retour des vestiaires pouvait se résumer en un mot : catastrophique ! Deux balles perdues et surtout des paniers faciles permettait à Boulogne-Levallois de s’envoler sans contestation. Et quand en prime, Artis signait un 2+1 en jouant dans la raquette strasbourgeoise, l’écart montait à +17 ! Comme à son habitude Weber jouait les trash talkers sans modération, mais les SIGmen ne tombaient pas dans son petit jeu de provocations : 43-60, 23’. Gabe York maintenait l’espoir à lui tout seul du côté strasbourgeois. Auteur de 7pts en 1’10 il réussissait, difficilement, à maintenir le navire à flot : 53-64, 26’. Les visiteurs captaient les rebonds offensifs sans peine et l’attitude parfois très limite de Weber faisait monter la température…dont celle de coach Collet qui écopait d’une faut technique pour contestation. Le chrono s’écoulait et il semblait difficile de trouver une issue positive à cette histoire : 60-75, 28’. Avec le trio Artis/Weber/Gray à 53pts après 30’, Boulogne-Levallois faisait la course en tête. Fin du 3ème quart-temps : 64-76 (éval : 66-91).

Il allait ne pas falloir prendre l’eau de toute part dans l’ultime quart sous peine de vraiment transformer ce match en fausse note totale ! Mais rapidement Boulogne-Levallois prenait 15pts d’avance et, même si Thomas Scrubb faisait illusion (70-81, 35’), l’issue du match ne faisait elle illusion à personne ! Les secondes passaient et les visiteurs se dirigeaient en mode rouleau compresseur vers leur 4ème victoire en 4 matches. Rob Gray marquait 21 points dans un Rhenus médusé, Briante Weber et Jamal Artis 22, et sans contestation l’équipe de Fred Fauthoux filait tout droit vers la victoire. Briante Weber parachevait sa soirée de trash-talking en se défoulant sur le programme de match tenant bien à souligner que, peu importe les chiffres de la LNB qui donnait Strasbourg gagnant à 55%, c’est bien son équipe qui repartait d’Alsace avec la victoire. Score final : 81-97 (éval : 88-115).

Dominés aux rebonds (25-32), trop dispendieux avec 19 balles perdues et mal inspirés en défense les SIGmen essuient un revers indiscutable. Thomas Scrubb (17pts-21 d’éval) ou encore Ali Traoré (19pts) et Gabe York (18pts) ont bien tenté de sauver les apparences mais le mal était fait. Ce qui ne tue rend plus fort dit-on ! Personne ne doute de la capacité de réaction de cette équipe qu’on espère tous voir dans 72h face à Ostende, ici même, pour les grands débuts de la Basketball Champions League.

F.T.