Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
le_mans_scottie_reynolds.jpg
Actualités [19/20] JeepELITE#10 : Le Mans-SIG Strasbourg Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

​Un road trip qui commence bien

Premier déplacement d’une série de quatre consécutifs pour les SIGmen, qui défiaient Le Mans sur son parquet. L’arrivée de Scottie Reynolds a été pour le moins remarquée et, notamment grâce à lui, la SIG Strasbourg s’est imposée 82-90, retrouvant ainsi le top 8 de Jeep® ÉLITE.

Ce sont deux équipes en recherche de confiance et de victoires qui s’affrontaient. Et, dès le coup d’envoi la surprise était double. Du côté de Strasbourg, Vincent Collet décidait de mettre dans le cinq majeur le dernier venu : Scottie Reynolds. Chez les Manceaux, le retour d’Antoine Eito s’opérait à la surprise quasi générale. D’entrée les deux se mettaient en valeur : Reynolds pour un caviar à Gabe York, auquel répondait Eito d’un triple. Le jeu était équilibré en début de rencontre et, le temps passant, le score l’était aussi : 10-9, 5’30. Le nouveau meneur strasbourgeois apportait de la stabilité dans le jeu alsacien et son premier panier, sous ses nouvelles couleurs, à 2’48 de la fin, faisait suite à 4 passes décisives (14-15, 7’12). Hélas, sa sortie juste après, coïncidait aussi avec un petit trou d’air des Alsaciens qui encaissaient un 8-3 pour boucler les 10 premières minutes à 4pts. Fin du 1er quart-temps : 22-18 (éval : 26-20).

Hélas ce run prenait encore de l’ampleur au retour sur le parquet. Cliff Alexander et Valentin Bigote (27pts à eux deux à la pause) se jouaient de la défense strasbourgeoise et les SIGmen essuyaient un 13-3, à cheval sur les deux quarts, qui les repoussait à 9pts : 27-18, 11’. Coach Collet prenait alors un temps mort. Celui-ci se révélait prolifique, puisque les Alsaciens revenaient fort et infligeaient un 0-10, qui faisait du bien et permettait de reprendre les commandes : 27-28, 14’. De 10 on passait même à 15 pour prendre 6pts d’avance. Le réveil strasbourgeois était violent et faisait plaisir car les SIGmen étaient assez peu dispendieux (4bps après 20’). Travis Trice était lui aussi dans un bon jour et ses 11pts dans le quart permettaient de garder le cap (31-39, 17’). Le Mans n’y arrivait plus et déjouait, si bien que les hommes de Vincent Collet déroulaient en profitant des erreurs des locaux (+11 à 18ème). Dounia Issa prenait un temps-mort pour remettre quelques esprits en place, et cela se révélait payant puisque ses joueurs finissaient sur un 5-0 et n’affichaient que 6pts de retard à la pause. Mi-temps : 36-42, (éval : 38-51).

La pause faisait du bien et le collectif strasbourgeois revenait avec beaucoup de sérieux. Scottie Reynolds faisait du bien dans l’organisation du jeu strasbourgeois et la sanction était cinglante. Un 2-13 en 2’, peu après la reprise, faisait gonfler le gap à 16 pions sous l’impulsion d’un Thomas Scrubb saignant et d’une association Trice/Reynolds plus que payante : 41-57, 23’30. Les instants suivant, le jeu devenait un peu plus haché, mais malgré cela Scottie Reynolds continuait à enfiler les passes déc’ comme des perles pour permettre à Strasbourg de faire la course en tête : 44-61, 27’30. Il régalait même en faisant étalage de sa vista en attaque pour marquer avec classe, mais le problème venait surtout du réveil Taylor (10pts dans le quart) qui rapprochait son équipe, même si c’était Strasbourg qui remportait cette période 25 à 19. Fin du 3ème quart-temps : 55-67 (éval : 57-84).

Il allait falloir faire attention lors de l’ultime quart, car Le Mans commençait à monter en régime et les triples pleuvaient sur les têtes strasbourgeoises. Taylor et Bigote artillaient à tout va et l’adresse était de retour, aux grands dam des SIGmen qui encaissaient 4 primés en 3’: 69-75, 34’30. Les Strasbourgeois laissaient passer l’orage. C’est sur la ligne qu’ils se rassuraient et surtout se redonnaient de l’air à moins de quatre minutes du buzzer (69-79, 37’15). Mais il ne fallait pas croire que tout allait devenir simple. Le Mans ne lâchait rien et Valentin Bigotte (24pts) portait son équipe. A lui tout seul il faisait parcourir un frisson dans le dos des Strasbourgeois (78-83, 38’30). Mais la débauche d’énergie des locaux n’était pas suffisante car Strasbourg maîtrisait sa fin de match. La paternité avait du bon pour Travis Trice qui finissait le match avec 22pts, l’apport de Damien Inglis (16pts) aura eu son importance, mais tout ceci a pu se concrétiser grâce au dernier arrivé Scottie Reynolds (6pts-9ds-1int). Le nouveau numéro 1 de la SIG Strasbourg a apporté de la création et surtout de l’ordre dans le jeu des SIGmen qui s’imposaient après 40’ sur le score final de 82 à 90 (éval : 89-110).

Un road trip qui débute donc par une première victoire globalement maîtrisée. Tout n’était pas parfait, notamment défensivement mais l’équipe monte en régime et change de statut avec l’ajout de Scottie Reynolds, dont le profil semble dessiner celui du meneur espéré depuis le début de saison. Place maintenant à un déplacement plus compliqué à Boulazac dans 48h, pour un résultat espéré à l’identique, car ce soir la SIG Strasbourg est de retour dans le top 8 et compte bien ne pas s’arrêter là…

F.T.
le_mans_gabe_york.jpg