Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
gabe_york_nanterre.jpg
Actualités [19/20] JeepELITE#12 : SIG Strasbourg-Nanterre Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos

Retour manqué

Les SIGmen étaient de retour au Rhenus après quatre déplacements victorieux. Les Strasbourgeois restaient même sur six victoires consécutives en Jeep® ÉLITE. Le plus dur était à tous les coups de mutualiser sur celles-ci. Hélas, trop amorphe et inconstante l’équipe a laissé passer sa chance de faire la fête avec son public en s’inclinant 90-93.

Jerai Grant débloquait en premier les compteurs mais c’est Nanterre qui prenait le meilleur départ. Sous l’impulsion de Devin Oliver, les visiteurs démarraient pied au plancher : 4-9, 3’. La défense Strasbourgeoise était amorphe et les joueurs de Pascal Donnadieu ne s’en laissaient pas compter. Voguant sur un coquet 86% après 4’30, les coéquipiers de Devin Oliver déroulaient, ce qui n’était pas du goût de Vincent Collet qui prenait alors un temps-mort musclé (6-14, 4’30). Thomas Scrubb puis Scottie Ryenolds scoraient enfin mais Nanterre venait de faire un petit break mais surtout ne levait pas le pied. Les SIGmen tombaient sur un os face à cette équipe de Nanterre qui jouait un beau basket en imposant sa loi à des SIGmen qui avaient laissé leur agressivité aux vestiaires : 13-24, 8’30. Le duo Cordinier/Oliver était inarrêtable (20pts à eux deux) et, en toute logique au regard de la physionomie des 10 premières minutes, Strasbourg était mené de 12pts. Fin du 1er quart-temps :15-27 (éval : 15-33).

Travis Trice tentait de dynamiter un peu le jeu strasbourgeois mais en face Taylor Smith faisait la musique. Et quand bien même Boris Dallo pétait un gros Tomar, le numéro #00 de Nanterre enfilait 8pts en 2’ et maintenait l’écart : 24-35, 13’30. Mais Travis Trice sortait ses habits de gala et enflammait le public en enquillant 11pts en 4’30 avant que Boris Dallo ne fasse exploser un Rhenus qui n’attendait que ça, en ponctuant un 11-00 en 1’20 pour égaliser à 5’ de la pause : 35-35, 15’. Alors, ne nous mentons pas, ce n’était clairement pas le match le plus défensif de l’année, mais quand cette équipe de la SIG Strasbourg passe la seconde en attaque, la claque était sévère. En infligeant un 21-7 en 4’ aux Nanterriens les SIGmen prenaient enfin les rênes du match : 45-42, 18’. Une avance que les Alsaciens allaient conserver jusqu’à la pause après avoir scoré la bagatelle surréaliste de 32pts en 10’. Mi-temps : 49-47 (éval : 59-50).

Une chose était certaine face à Nanterre, un match avec cette physionomie ne laissait que peu de chance à l’adversaire. Si Strasbourg ne serrait pas quelques vis en défense, on ne donnait pas cher de sa peau. Le retour sur le parquet ne laissait d’ailleurs rien envisager de bon. En encaissant un piquant 3-9 en un claquement de doigts la SIG Strasbourg ne se donnait pas toutes les chances pour remporter la timbale. Mais Gabe York nous sortait un jump de malade sur un alley oop qui a déjà sa place dans le top 10 du mois de décembre quoiqu’il arrive. Il réveillait la salle et surtout ses coéquipiers. Thomas Scrubb égalisait dans la foulée (58-58, 26’), mais que ce match était tendu ! Butterfield marquait son premier panier du match et on se mettait à craindre le réveil de l’assassin silencieux à 13’ du terme de la rencontre. Travis Trice tentait tout pour son équipe mais Nanterre ne lâchait rien et repassait devant à la fin du 3ème quart-temps : 64-66 (éval : 72-69).

Le réveil de Butterfield était glaçant ! A zéro point à la 27’, il affichait 11pts au début de l’ultime quart, grâce notamment à trois triples qui redonnaient 6pts d’avance aux siens : 66-72, 31’30. Mais les Strasbourgeois ne lâchaient rien. Patiemment et sans paniquer, ils grapillaient leur retard. Un 7-0 en 2’45 permettait même de revenir à un tout petit point à 4’20 de la sirène : 73-74, 35’40. Les deux équipes se rendaient alors coup pour coup durant 2’30 (80-82, 38’30), mais ce que certains verraient finalement comme l’un des tournants du match arriva. A 1’ de la fin, un contact entre Cordinier et Dallo, qui partait seul en contre-attaque, n’était pas sifflé et était lourd de conséquence. Car, 20 secondes plus tard, ce même Isaia Cordinier crucifiait la SIG Strasbourg d’un 3+1 aux conséquences dramatiques : 80-86, 39’20. En effet, au petit jeu des lancers francs dans les dernières secondes les SIGmen ne parvenaient pas à combler le retard et finalement Nanterre remportait ce match sur le score final de 90 à 93 (éval : 100-98).

Après quatre déplacements victorieux la SIG Strasbourg n’a pas réussi son retour en Alsace. La série de victoires en championnat s’arrête donc à six. Un début de match trop en mollesse de SIGmen aux ralentis aura permis à Nanterre 92 de se mettre en confiance. L’équipe de Pascal Donnadieu n’avait pas forcément besoin de cela mais en tout cas elle en a bien profité. Le réveil du 2ème quart-temps était beau mais insuffisant car le 3ème quart-temps était à son tour en faveur des Nanterriens. Les efforts dans le 4ème quart n’auront pas suffi et cette défaite ne doit être qu’un simple coup d’arrêt. Un rebond sera attendu cette semaine avec deux déplacements avant un retour dans 10 jours au Rhenus qui devra ce coup-ci être gagnant.