Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
scottie_reynolds_nanterre.jpg
Actualités ​S. Reynolds : «On bosse, on se prépare et on avance !»

​S. Reynolds : «On bosse, on se prépare et on avance !»

Trois semaines et cinq matches après son arrivée à Strasbourg il est temps de faire un point avec Scottie Reynolds…

F.T : Après cinq matchs joués, comment te sens-tu dans l’équipe ?

Scottie Reynolds : Je me sens bien… Avant le dernier match tout allait bien ! Mais ça fait partie du sport. On en a déjà parlé quand je suis arrivé et qu’on avait échangé sur le passage difficile de l’équipe. Ce qu’il faut garder en mémoire c’est de venir tous les jours travailler dur et tout faire pour être le meilleur, mais pas pour soi, pour l’équipe avant tout ! Il faut toujours avoir à l’esprit que ce que tu fais doit servir le collectif.

F.T : Les quatre déplacements étaient victorieux mais l’une des conséquences peut expliquer en partie la défaite de samedi...
S.R : C’est très rare de jouer quatre matches à l’extérieur consécutivement. J’y ai réfléchi, je ne me rappelle pas avoir vécu ça en 10 ans de carrière. Trois, oui mais quatre, avec des voyages tous les jours, je pense que les gens peuvent comprendre que ça peut être difficile. Mais ce n’est pas une excuse par rapport à ce qui est arrivé.

F.T : Ton intégration se passe bien ?
S.R : Tout le monde est cool, je me sens bien dans ce groupe. J’apprends encore beaucoup de choses sur chacun, pas simplement sur les styles de jeu mais aussi comment est chacun en dehors. Mais je n’ai pas eu beaucoup de temps pour faire de vrais gros entraînements. L’enchaînement des matches et des déplacements n’a pas été propice à cela. En revanche cela a permis de bien consolider l’alchimie en dehors du terrain. Je parle beaucoup avec tous les gars.

F.T : Peux-tu nous parler plus spécifiquement de ta collaboration et tes échanges avec Travis Trice ?
S.R : J’en ai déjà parlé et je le dis à Travis depuis le premier jour, je ne suis pas ici pour « aider Travis », je suis là pour faire mon possible pour aider l’équipe. J’ai de l’expérience au regard de ma carrière. Je le suivais quand il était à l’Université et je sais tout ce qu’il peut apporter durant les matches. S’il a besoin de moi, de parler ou quoi que ce soit il sait que je suis là. S’il me demande un avis, un conseil j’y réponds mais s’il n’avait pas envie de le faire ça ne m’aurait pas frustré. Travis m’impressionne dans le jeu et je le respecte. Je suis là pour tous les gars s’ils veulent mon avis. Je suis prêt et j’essaye de partager avec eux. Ce n’est pas que Travis, je parle avec Gabe, Boris énormément et les autres. Mais en aucun cas j’arrive pour leur dire que je sais tout et que je suis le meilleur. Je suis juste le gars qui arrive ici, qui a de l’expérience et qui a envie d’aider.

F.T : Comme un vrai floor general…
S.C : (rire gêné) oui quelque chose comme ça…

F.T : Certains te comparent d’ailleurs un peu à un ancien du club, Louis Campbell…
S.C : (il coupe) Je le connais et on m’a parlé de lui depuis que je suis ici. J’ai énormément de respect pour lui. Il ne faut pas faire de comparaison entre les gens. Je dis juste que je suis reconnaissant du rôle que le coach me donne dans cette équipe. Je pense que c’est comme cela qu’il faut voir les choses pour engranger les succès et grandir en tant qu’équipe. Si tu acceptes le rôle que tu dois avoir et que tu ne t’inventes pas autre chose, tu avanceras. Si tu n’acceptes pas et que tu veux faire à ta façon ça n’ira pas. Je suis heureux d’être ici mais si j’ai ce rôle je dois travailler encore plus. C’est pour cela que je viens tous les jours plus tôt et reste plus tard. Je dois m’acclimater à tout.

F.T : Vous partez pour Ostende, la victoire est quasi obligatoire pour continuer à croire en la qualification…
S.R : C’est l’objectif de tous les matches ! Alors oui, dans le cas de la Basketball Champions League, ça l‘est encore plus aujourd’hui. Avec une ou deux défaites de plus ce serait très TRES (il insiste) difficile de se qualifier. Mais il ne faut surtout pas penser aux prochains matches. Il faut les prendre un par un. C’est comme ça qu’il faut réfléchir. Si on commence à regarder le calendrier et à se dire quel scénario est possible, c’est mort ! Il faut être concentré sur le prochain match. Si tu commences à dire « celui-là ce sera peut-être une victoire, celui-là aussi », c’est mauvais. Si tu réfléchis en te disant qu’après tu vas jouer Torun à la maison, ce n’est pas la bonne façon de faire. Il faut être concentré sur Ostende. J’ai trop vécu de moments où les gars réfléchissaient à la suite. Ça ne mène à rien de bon. On a perdu contre Nanterre ? Ok ! Pourquoi ? On bosse, on se prépare et on avance !

F.T : Jouer chaque match comme un match couperet en quelque sorte ?
S.R : C’est ce qui me plaît ! On doit avoir une mentalité « win or go home ! » tous les jours. C’est bien de voir l’équipe se mettre dans ce mode et ce sera encore plus intéressant de voir ce qui en découle comme résultat. C’est ça qui te permet de voir quelle mentalité à l’équipe.

scottie_reynolds.jpg