Basket
header_site_matchjoueurs.jpg
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
flag_parakhouski2.jpg
Actualités A la rencontre de Artsiom Parakhouski

A la rencontre de Artsiom Parakhouski

Artsiom a passé avec succès les examens médicaux et rejoindra ses coéquipiers à l'entraînement ce jeudi. En attendant la validation de son contrat par la Ligue et la BCL, notre nouveau pivot est venu passer un peu de temps au Rhenus pour s'entraîner et découvrir son nouveau cadre professionnel.

 

F.T : Avant de commencer, éclaire-nous sur la prononciation de ton prénom. Comment faut-il t’appeler ?

A.T :  A chaque fois, c’est dur pour les personnes de prononcer mon nom ! C'est [ Artchiom Pararoski ]. Le k ne se prononce pas. Mais tout le monde dit "Parakhouski,"  ou "Parakovski ". Je ne fais plus vraiment attention à ça. Si c’est pareil ici, ce n’est pas grave ! On peut m’appeler « Art » ou « Arti » pour que ce soit plus simple.

FT : Comment vas-tu ?
A.T : Je me sens bien. C’est la première fois que je viens jouer en France. C’est tout nouveau pour moi car je ne suis jamais venu. J’ai hâte de découvrir Strasbourg. C’est une nouvelle expérience pour moi.
 
F.T : Pourquoi avoir accepté le défi de la SIG Strasbourg ?
A.T :   Tout d’abord, c’est pour le coach Vincent Collet. C’est un bon coach et je voulais intégrer son équipe pour voir comment il peut m’aider à m’améliorer. Il m’a appelé directement pour me dire qu’il aimerait que je rejoigne l’équipe et j’ai beaucoup apprécié. On a pu discuter avant que j’arrive et c’est un bon signe pour moi. De toute ma carrière, je ne me souviens pas qu’un coach m’ait appelé directement. Strasbourg est un grand nom dans le Championnat français et le club a joué l'Euroligue, l'Eurcocup et participe à la Basketball Champions League depuis longtemps. Tous les clubs ne peuvent pas dire qu'ils sont européens tous les ans. C’est une nouvelle expérience et je suis ravi de pouvoir découvrir le Championnat français.
 
F.T :  Connais-tu certains de tes nouveaux coéquipiers ?
A.T : Je ne connais pas beaucoup de joueurs français. J’ai entendu parler d’Ali Traoré et je connais un peu Scottie Reynolds. Je vais découvrir le reste de l'équipecette semaine.
 
F.T : Qu’est-ce que tu connais du basket français et de son Championnat ?
A.T : Je sais que c’est un Championnat très athlétique. Je prends ça comme un véritable challenge. En France, les pivots n’ont pas le même gabarit ni le même jeu que moi. Je vais tout faire pour m’intégrer au mieux.
 
F.T : Justement, ton style de jeu peut sembler en décalage avec notre Championnat. Est-ce que c’est un handicap ou une force selon toi ?
A.T : C’était mon inquiétude et j’en ai fait part au coach quand on s’est parlé. Il a compris. Il y aura peut-être un temps d'adaptation, mais ça ne m'inquiète pas. Je vais jouer une fois contre un pivot très rapide, la fois suivante un plus dur. A moi de trouver le bon équilibre dans mon jeu. 

F.T : Le coach dit souvent que cette équipe manquait de maturité. L’arrivée de Scottie Reynolds a apporté en partie cela, est-ce que tu penses pouvoir aider l’équipe à ce niveau ?
A.T : Pour le moment, je viens d’arriver et ma principale préoccupation est d’apprendre à connaîre tout le monde, comprendre les systèmes et les attentes du coach. Comme Scottie a apporté de la maturité, je vais le soutenir dans ce sens là et l’aider. Le leadership viendra mais ça peut prendre du temps. Je partagerai avec plaisir mon expérience avec les joueurs qui en ont besoin.
 
F.T : Quels sont tes objectifs personnels et collectifs pour cette saison ?
A.T : Je sais que Strasbourg a été cinq fois en finale du Championnat. Mon ambition est qu’on gagne le Championnat, mais pour le moment c'est un objectif encore lointain. Quoiqu'il en soit, pour y parvenir, on doit donner le meilleur match après match. Je vais faire de mon mieux pour aider l’équipe à atteindre cet objectif.
 
F.T : Pour finir, parlons un peu de toi. Quelles sont tes passions, quel genre de personne es-tu en dehors du terrain ?
A.T : Je suis un mec plutôt calme. J’aime bien visiter, découvrir de nouvelles choses. J’ai beaucoup voyagé durant ma carrière, mais je suis un gars très posé. Ma femme et ma fille vont venir me rejoindre bientôt.
 
F.T : Est-ce que tu comptes tester la gastronomie française ?
A.T : Bien sûr ! J’ai entendu parler des bons vins ici. Même si je ne bois pas beaucoup, ça m’intéresse de goûter les vins célèbres français. Et bien entendu les fromages et les « croissants » (en français dans le texte) . C’est un des mots que je connais en français ! (rires)