Basket
header_sigarmy.jpg
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
damien_inglis_orleans.jpg
Actualités ​D. Inglis : « C’est d’abord à nous d’agir ! »

​D. Inglis : « C’est d’abord à nous d’agir ! »

Après un long et éprouvant week-end, les joueurs de la SIG Strasbourg se sont remis au travail. Sous la houlette de leur nouveau coach, Lassi Tuovi, l’équipe doit rebondir afin de sortir de la spirale négative dans laquelle elle est plongée. A 48h du premier match avec son nouveau coach, Damien Inglis a répondu à une interview montrant que, lui comme l’équipe, comptent bien rebondir très vite et ne rien lâcher.

F.T : Tout simplement, comment ça va Damien ?

D.I : « Ça va. On relève la tête après un dur week-end pour nous joueurs de la SIG Strasbourg après cette nouvelle défaite et le départ du coach, mais aussi en tant que basketteur après l’annonce du décès de Kobe Bryant ».

F.T : Tu es très affecté par ce qui est arrivé. Je sais que tu avais eu la chance de le rencontrer…
D.I : (il coupe) « Pas la chance : l’honneur de le rencontrer ! C’est triste pour sa famille et ses proches mais aussi pour la famille du basket. C’était une source d’inspiration. Nous les joueurs des années 90/2000 c’est Kobe ! On n’a pas grandi avec Michael Jordan mais avec Kobe ! Je l’ai rencontré après ma draft quand j’étais blessé. J’étais à Los Angeles après mon opération. On était parti manger avec mon ancien coéquipier Giannis Antetokounmpo, et le coach Jason Kidd nous demande de passer le voir à l’hôtel et, quand on est arrivé, il était avec Kobe. Kobe a d’abord parlé avec Giannis et après il est venu me parler quand il a vu que j’avais le pied dans une botte et il me demandait ce que j’avais. J’ai eu l’impression de parler à… (il cherche ses mots les yeux dans le vide) … Une lumière ! En 30 secondes il m’a donné une tonne de conseil. Ça reste gravé dans ma tête et ce qu’il m’a dit fait partie de mon ADN de basketteur aujourd’hui ».

F.T : On peut te demander ces mots ?
D.I : « Il m’a expliqué que la blessure faisait partie du basket et des sportifs en général, mais que c’est durant ces périodes de blessures que tu définis le joueur que tu veux et va être après la blessure. Il a fini par une phrase qui m’a marqué : « Never settle for less ». En gros, ne te contente de rien. Je suis vraiment triste et touché par sa disparition… »

F.T : Revenons à l’actualité du club. Comment se relève-t-on après ce dernier week-end ?
D.I : « C’était un coup de massue pour tout le monde. Pour tout le monde c’est compliqué. Je ne parle pas que pour nous joueurs. J’ai conscience que c’est difficile pour les fans mais aussi les gens qui travaillent pour ce club. Mais la dure loi du sport fait qu’on doit revenir à l’entraînement, enchaîner et ne jamais abandonner. On fait confiance à notre nouveau coach. On essaye d’aller de l’avant car la saison n’est pas finie loin de là. Il faut continuer à travailler. On a l’amour du basket. Quand on arrive sur le terrain, malgré tout ce qui se passe autour, on est focus sur notre travail ».

F.T : Un mot sur Lassi Tuovi…
D.I : « Il ne va pas tout révolutionner. Il nous a bien précisé qu’après le départ de l’un des meilleurs coachs d’Europe, il ne va pas changer le basket entièrement. On va essayer de faire quelques petites retouches : jouer un peu plus vite, essayer de défendre différemment… On en est qu’à son 2ème jour. Il ne va pas changer le monde mais il va essayer d’apporter des petites retouches dans l’équipe ».

F.T : Vous avez discuté entre vous les joueurs assez longuement…
D.I : (il coupe) « On est resté plus d’une heure aux vestiaires à parler. Comme je l’ai dit, Lassi ne va pas faire la révolution. C’est d’abord à nous d’agir ! Ça doit venir de nous. On veut vraiment apporter ce changement pour le club, pour nous. On a à cœur de le faire. On va continuer à pousser pour ça ».

F.T : Le prochain match est sans enjeu sportif mais en revanche il y a autre enjeu plus important.
D.I : « Pour nous c’est un match à grand enjeu. Sportivement il n’y en a plus, en revanche cette rencontre doit être un match tremplin. Il doit nous aider à nous relancer avec notre nouveau coach et nos nouveaux systèmes ».

F.T : Car le plus gros enjeu arrive samedi à Pau…
D.I : « Samedi ce sera une nouvelle grosse échéance. Il n’y a qu’une chose à dire : il faut aller le chercher ! Il n’y a pas 10000 alternatives. Lietkabelis doit nous servir de tremplin pour Pau, regagner la confiance et surtout la joie. C’est ce qui nous manque le plus : la folie, la joie qu’on avait sur le terrain et qu’on a eu que par séquences cette saison : moi le premier. On doit se remettre en confiance, jouer, mais c’est clair : on ne va rien lâcher ! »