Basket
header_sigarmy.jpg
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
lassi_tuovi_conf2.jpg
Actualités [19/20] BCL #13 : Lietkabelis-SIG Strasbourg Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

​L. Tuovi : «Je ne serais pas là si je ne croyais pas en ce groupe»

Après un week-end très agité le jeu reprend ses droits. Avant de s’envoler pour la Lituanie, direction Panevezys, pour affronter le BC Lietkabelis (18h), le nouveau coach de la SIG Strasbourg, Lassi Tuovi, apporte sa vision avant ce match de BCL sans enjeu sportif mais pas sans pression non plus.

Début de semaine un peu particulier par les SIGmen et la SIG Strasbourg. Au sortir d’une dixième défaite consécutive, la 20ème en 33 matches officiels, les dirigeants du club ont décidé que Lassi Tuovi prenait la place de Vincent Collet sur le banc en tant qu’entraîneur principal. Neuf années fructueuses ayant permis d’écrire quelques-unes des plus belles pages de l’histoire de notre club dont le nouveau jeune coach de la SIG Strasbourg sait que l’héritage n’est pas des plus simple à appréhender. Lui qui a appris la décision des dirigeants après leur échange avec Vincent Collet le dit sans détour : « On ne peut jamais dire que l’on s’attend à ce genre de situation. Personne n’est préparé. Certains sont choqués, d’autres sont tristes mais une chose est certaine, dans notre travail, le point positif dans ces moments-là, est que nous n’avons pas beaucoup de temps. Nous devons vite avancer, nous projeter ». Tout le monde le sait et c’est de notoriété publique, Lassi Tuovi voue un très grand respect à son prédécesseur. Inutile de chercher à lui arracher une quelconque réaction, le Finlandais ne dira rien.
« Un travail difficile qui ne peut venir que du groupe lui-même »
La volonté et le désir sont ailleurs aujourd’hui dans un club où la situation d’urgence dicte sa loi. Ainsi dès dimanche Lassi Tuovi a réuni les joueurs afin de leur parler un à un avec en préambule une intervention du Président Martial Bellon. Dans un Rhenus portant encore les marques sur le sol des joutes de la veille, l’ensemble des protagonistes ont échangé lors de conversations à cœur ouvert. « Nous nous sommes réunis dimanche soir afin de parler de plusieurs points et ce sur quoi nous allions travailler. Nous n’avons pas le temps pour penser ou réfléchir sur le passé. Dès lundi nous nous sommes mis au travail afin d’être concentré sur le prochain match » commente coach Tuovi à ce sujet.

Dans 48h sur le parquet du BC Lietkabelis les SIGmen en rangs serrés vont essayer de réagir pour stopper une spirale négative de 10 défaites pour tirer un trait sur le passé et reprendre un bon élan avant un match très important une nouvelle fois, à Pau, samedi. Au moment de s’envoler pour la Lituanie coach Tuovi résumé la situation et les leviers à activer dans un délai aussi court : « Je n’aime pas parler de ce qui vient d’arriver. Ça ne sert à rien car ça ne changera rien à la situation. En revanche dans un délai très court nous devons retrouver de l’énergie et je dirai de la joie et de l’enthousiasme. C’est de cela dont j’ai parlé en premier lieu aux joueurs dimanche. Nous n’avons pas le temps, dans un délai si court, de changer beaucoup de choses. Nous allons en changer quelques-unes, c’est certain, mais le plus important là, à court terme, c’est de retrouver la joie de jouer et avec plus d’enthousiasme. Ce n’est pas simple et il n’y a pas de tour de magie pour y parvenir. C’est un travail difficile qui ne peut venir que du groupe lui-même et c’est pour cela que nous nous sommes réunis dimanche ». Comme le disait Damien Inglis sur notre site il y a 24h, la solution viendra en premier lieu des joueurs. A eux, accompagnés du staff, d’être de nouveau tous ensemble comme cette équipe l’a déjà montré par le passé. Tout le monde a besoin de se sentir à l’aise dans son jeu et dans le jeu de l’équipe en sachant ce qu’on attend de lui. Et on ne cesse de le répéter la problématique est ‘‘simple’’ : regagner des matches !

« Je ne serais pas là si je ne croyais pas en ce groupe ! »

La tâche est ardue mais ne vous y trompez pas coach Tuovi y croit et ne le cache pas « Je ne serais pas là si je ne croyais pas en ce groupe ! Je suis intimement persuadé que nous pouvons faire quelque chose tous ensemble ». Il est clair qu’il connait ses joueurs et ses connaissances doivent permettre d’accélérer certaines choses afin de capitaliser sur les forces en présence. L’équipe est malade mais ce groupe est constitué de joueurs de talent et il suffit très certainement d’une petite étincelle pour redémarrer la machine même si celle-ci est souffreteuse. La pression est là et bien là et pour renouer avec la victoire, Lassi Tuovi concède : « Nous devons jouer avec plus d’énergie et selon moi tout démarre par la défense. La manière dont nous défendons défini le jeu que nous déployons derrière. Nous ne devons pas avoir peur de défendre et même de faire parfois des erreurs. Le plus important est que notre défense doit être en place et que les équipes que l’on affronte se disent c’est difficile d’attaquer face à leur défense ». Inutile de chercher à lui arracher toute information sur ce à quoi le jeu de l’équipe va ressembler il n’en sera rien. Le huis clos instauré lors des entraînements jusqu’à nouvel ordre en est la plus stricte illustration.  

Premier test face à Lietkabelis donc dans un match sans enjeu. Sans enjeu vraiment ? « Le match n’a pas d’enjeu sportif contrairement à celui de samedi à Pau. Mais nous ne pouvons pas attendre samedi pour changer des choses. Nous allons en Lituanie en ayant la pression car c’est un nouveau départ et nous devons mettre des choses en place en vue de samedi. Lietkabelis joue pour se qualifier en plus. Nous devons jouer à fond pour respecter l’adversaire, les enjeux et le basket. Ce match doit nous motiver pour arriver avec plus de confiance à Pau mais surtout afin de stopper cette série de défaites ! ». Voilà un discours clair et net. Quand bien même le groupe ne comptera pour cette rencontre que huit pros qui seront complétés par Essome Miyem et Jayson Tchicamboud amenés forcément à apporter par touche leur pierre à l’édifice à reconstruire, la SIG Strasbourg recherche un nouvel allant. « Dans une situation comme la nôtre aujourd’hui, avoir une rotation courte peut être une bonne chose. Je ne parle pas à long terme mais là, dans l’immédiat, cela peut permettre aux joueurs de jouer et ainsi de se créer l’opportunité de montrer ce qu’ils peuvent apporter à l’équipe ». Aucune excuse ni passe-droit ne leurs seront offerts par leur nouveau coach qui a posé ses nouvelles règles et qui lâche avant l’embarquement : « Nous avons besoin de réagir ! ». Coup d’envoi demain à 18h.

 
Articles liés: 
Toutes les actualités