Basket
header_sigarmy.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
thomas_scrubb_monaco.jpg
Actualités [19/20] JeepELITE#17 : SIG Strasbourg-Monaco Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos

​Pas si ridicule

On leur promettait un calvaire sans nom. En accueillant Monaco avec simplement sept pros la SIG Strasbourg ne semblait pas peser bien lourd. Mais, même s’ils se sont inclinés, les SIGmen ont montré un beau visage et se sont donné pour bousculer le leader du championnat. Malgré l’ampleur du score final (82-98) l’équipe n’a pas été ridicule, loin de là ! La reconstruction de l’équipe va se poursuivre mais ce premier match à domicile de 2020 avec un effectif si court laisse entrevoir des jours meilleurs.

Malade, Damien Inglis ne pouvait prendre part à ce match face à Monaco. C’est donc en effectif très réduit que Strasbourg accueillait une Roca Team qui avait tout d’un véritable rouleau compresseur. Et pourtant nos SIGmen faisaient mieux que résister. Affichant une belle envie, les joueurs de Vincent Collet donnaient du répondant à l’armada monégasque et, après 4’, c’est bien la SIG Strasbourg qui était aux commandes : 12-7, 4’. Avec déjà 6rbs à son actif, Boris Dallo était un beau symbole de la combativité affichée. Mais Monaco était bien évidemment dans son match malgré tout et Dee Bost montrait la voie à son équipe qui répondait avec un 0-6 pour reprendre la tête (14-16, 6’20). Décidemment nos joueurs montraient de belles choses et se battaient férocement en défense pour y répondre avec un joli 7-2 en 1’ en déployant un très beau basket : 21-18, 8’. HéIas, ce sont bien les visiteurs qui finissaient fort pour faire la bascule en tête après 10’. Fin du 1er quart-temps : 21-25 (éval : 23-32).

Sans surprise rien n’était offert aux SIGmen et il fallait se battre pour rester au contact. Mais quand il s’agit de mettre le bleu de chauffe Quentin Serron n’est pas le dernier. Sous l’impulsion de son énergie, Scottie Reynolds se mettait au diapason et les deux hommes offraient bien plus qu’une simple résistance à Monaco. Et quand les SIGmen revenaient à 32-33 à la 14’, coach Obradovic pétait un câble lors d’un temps mort incroyablement musclé pour recadrer son équipe. Son discours était entendu aux quatre coins du Rhenus alors qu’il entrait dans une colère monstre. Il ne s’attendait peut-être pas à voir son équipe bousculée ainsi… Et même si Paul Lacombe redonnait de l’air aux siens, les Alsaciens se donnaient sans compter pour recoller encore et toujours pour le plus grand plaisir du public : 37-38, 17’. Mais Norris Cole sortait de sa boîte pour remettre la tête à l’endroit de la Roca Team et comme, en prime, quelques décisions arbitrales étaient pour le moins étonnantes et unilatéralement en faveur de Monaco, le 0-9 qui tombait du ciel faisait mal. Celui-ci amenait l’écart dans des proportions injustes : 37-47, 19’. La Bronca tombait des tribunes mais qu’importe, le mal était fait et Strasbourg était mené de 7pts à la pause. Mi-temps : 42-49, 20’ (éval : 49-63).

Une belle partie de manivelles avait lieu au retour de la pause. Les deux équipes se rendaient coup pour coup mais le problème à ce petit jeu c’était surtout que Monaco gardait le lead : 51-56, 23’. Avec Cole à la baguette les visiteurs posaient leur jeu et cela leur permettaient de reprendre neuf longueurs d’avance mais Thomas Scrubb était sérieux. A l’image du reste de l’équipe le Canadien se donnait sans compter pour souffler dans la nuque des joueurs de coach Obradovic : 58-63, 26’. Mais la machine monégasque était bien huilée et chaque petite erreur se voyait être payée cash. Ainsi deux systèmes parfaitement exécutés apportaient le plus grand écart du match : 58-68, 27’. Ali Traoré apportait bien sa contribution (7pts en 1’10) mais la fatigue se faisait sentir dans cette fin de quart qui était dominée par la Roca Team qui bouclait toujours en tête. Fin du 3ème quart-temps : 67-76 (éval : 77-98).

Cette fatigue logique au regard de la dépense d’énergie et de la courte rotation était confirmée dès le retour sur le parquet. Monaco passait la surmultiplié et le 2-7 en 3’ avait tout l’air du coup de massue de trop : 69-83, 33’. Coach Collet prenait un temps mort pour faire souffler ses hommes et proposer des solutions mais tout devenait trop difficile à l’image de ce tir ouvert à 3pts de Thomas Scrubb qui se voyait manquer de puissance. Le travail de sape des visiteurs faisait son œuvre et le temps passant l’issue du match ne faisait plus d’illusion hélas (71-87, 35’). Quel dommage car nos joueurs venaient de montrer un très beau visage en termes de combativité. En effet, même si tout n’était pas parfait, l’équipe s’est battue et a clairement posé des problèmes au leader du championnat. Thomas Scrubb s’est montré exemplaire (15pts-5rbs-4pds-2ints), Ali Traoré a fait le taf (19pts-7ftsp) ou encore Scottie Reynolds s’est appliqué à bien mener son équipe (10pts-8pds), sans oublier l’abattage des deux compères Boris Dallo et Quentin Serron, mais la montagne était trop haute. Revenu à 12pts à 3’ du buzzer les SIGmen ont subi la furia d’un collectif monégasque bien en place (6 joueurs à 10pts ou plus) pour finalement s’incliner sur le SCORE FINAL de 83 à 98 (éval : 98-124).

F.T.