Basket
header_sigarmy.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
gabe_york_boris_dallo_ccrb.jpg
Actualités [19/20] JeepELITE#17 : SIG Strasbourg-Monaco Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos

​Révolte, fierté et combativité exigées !

Après la déroute à Manresa il y a 48h, la SIG Strasbourg est de retour dans sa salle pour son 1er match de 2020 à domicile, ce samedi 11 janvier à 20h, face à un ogre du championnat : Monaco

Un nouveau coup de bambou est tombé sur la tête de beaucoup de monde mercredi soir après la défaite à Manresa. Perdre n’est en aucun cas quelque chose d’acceptable. Perdre fait aussi partie de notre sport. Mais ce qui fait mal c’est surtout la manière. Le spectacle offert en Espagne est très clairement de ceux dont on ne veut pas se souvenir. En effectif réduit et sans bonnes intentions, l’équipe a essuyé une déconvenue assez piquante.

Les maux sont là et le staff est toujours sans réponses fermes et positives d’un potentiel remplaçant à Jerai Grant : « Sans relâche, autant qu’on prépare les matches, on cherche le joueur intérieur. Mais d’une façon globale on est dans une phase de réorganisation et ça aggrave notre situation actuelle. Quand il y a réorganisation, forcément il y a déstabilisation et ça se ressent. Au-delà de la défaite de mercredi, notre comportement n’était pas satisfaisant, surtout en 2ème mi-temps. Dans la difficulté, on est fragile. On a des comportements qui ne sont pas satisfaisants ». Vincent Collet qui d’ailleurs confie concernant la potentielle recrue : « Elle est indispensable ! Mais au-delà de ça il faut imaginer notre reconstruction. On a un certain nombre de choses qu’on envisage par rapport à nos insuffisances. Dans les joueurs que l’on a souhaité avoir, on a eu des refus parce que notre proposition n’était pas suffisante. Et il y a des joueurs qu’on aurait pu avoir mais on ne veut pas juste ajouter quelqu’un. On veut quelqu’un qui soit un vrai ancrage dans notre raquette. On veut que ce soit un joueur solide. On a des pistes. On en a privilégié une mais qui malheureusement pour le moment ne se concrétise pas. On va sûrement devoir rebasculer sur une autre. Franchement ça aurait été très bien. Il a le profil : athlétique, dynamique, polyvalent, il pouvait jouer sur les deux positions 5 et 4. Il aurait vraiment pu changer la donne. Il était prêt à venir mais il joue ailleurs et ça complique les choses ». Dur dur donc, mais le staff ne lâche pas l’affaire et travaille d’arrache-pied pour remodeler l’équipe le plus rapidement possible.

Car, il est clair que, faire la langue de bois, serait mal venu. Certains de nos joueurs n’affichent très clairement pas le niveau escompté. Et il est clairement attendu mieux au moment d’accueillir une équipe Monégasque qui a de quoi faire peur à tout le monde. Première de la phase aller avec 15 victoires en 17 matches, l’équipe de coach Obradovic impressionne, même si sa dernière sortie en Eurocup cette semaine n’était pas très réussie : « Monaco a fait un excellent match contre Villeurbanne dimanche mais ils ont plutôt manqué leur rentrée en Eurocup, même si Galatasaray c’est du solide. Pour eux, ce n’était pas vraiment un très bon match. On va voir leur réaction ».  Et il est certain que si cette machine se met en route il y a de quoi avoir peur. « Ils ont trois arrières exceptionnels : Norris Cole qu’on ne présente pas et qui est pour moi le meilleur joueur du championnat, Dee Bost qui n’est pas loin derrière, Clemmons a été souvent sous-estimé mais qui est un très fort joueur de un-contre-un et défenseur féroce. Après on connait Paul et son hyperactivité, Ouattara qui est un danger public et les intérieurs qui ont beaucoup d’abattage et de valeurs athlétiques. C’est une équipe hyper complète avec un niveau d’intensité encore supérieur à celui de l’ASVEL ».

Les joueurs de la Roca Team se présentent au Rhenus avec une cohésion d’équipe qui fait trembler la Jeep® ÉLITE. Meilleure défense de France avec seulement 70pts encaissés par match, Dee Bost et sa bande font preuve d’une solidité hors norme, ce que complète coach Collet : « face à ce type d’équipe, si tu n’affiches pas de cohésion collective, de solidité, tu peux te faire concasser. Forcément il y a de quoi être inquiet. C’est l’équipe la plus dure défensivement du championnat, de très loin. Ils mettent une pression incessante sur la balle. Ils sont très rugueux. Il faut absolument que l’on soit nettement meilleur que ces derniers temps sur la rigueur offensive, à savoir les déplacements sans ballon, le fait de se passer la balle. Ce qu’on n’a pas du tout fait en 1ère mi-temps à Manresa. Ce n’est pas comme si je ne le demandais pas, on l’a encore redit. Mais est-ce qu’on va le refaire, c’est la grande question ». Il est clair qu’aujourd’hui l’équipe de Vincent Collet est dans le dur et selon lui, quand on est dans le dur, « il faut revenir aux fondamentaux. Ce sont d’abord les choses simples comme jouer ensemble ! Il n’y a personne qui va se sauver d’un éventuel naufrage. Il faut qu’on fasse tout ce qui est possible pour que cela n’arrive pas. On doit avoir pour objectif d’offrir la meilleure résistance possible. Quand tu pars avec cette idée-là, parfois tu as beaucoup mieux qu’une simple résistance ». ‘L’idée’… approche intéressante puisque le mal du soldat strasbourgeois semble être aussi et surtout mental. Quasiment deux mois sans gagner au Rhenus : intolérable messieurs. Chassez ce doute et affichez révolte, fierté et combativité !