Basket
header_site_matchjoueurs.jpg
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
gabe_york_sassari.jpg
Actualités [19/20] BCL #12 : SIG Strasbourg-Sassari Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

​Si près si loin….

Un sacré défi se présentait aux SIGmen dans le cadre de la 12ème journée de Basketball Champions League. En manque de confiance à la suite d’une série de 8 défaites consécutives, la SIG Strasbourg accueillait l’un des prétendants au Final 4 de la compétition : Sassari. Après une entame manquée, les SIGmen ont montré du cœur pour revenir au profit d’une défense de zone qui a fait mal aux Italiens. Hélas cela n’a pas suffit car un petit trou d’air de 3’ à la fin du 3ème quart a coûté cher et finalement la SIG Strasbourg qui a couru après le score s’incline 83-88.

Si Damien Inglis ouvrait le score, c’est bien Sassari qui débutait tambour battant le match. Menant 2-8 à la 2ème minute, les Sardes déployaient un beau jeu collectif et se trouvaient des tirs ouverts qui faisaient mouche. Très rapidement, pour son 1er match au Rhenus, Artsiom Parakhouski affichait deux fautes et devait rejoindre le banc. Ali Traoré faisait son entrée et sa vista et son touché aidaient en attaque pour alimenter le scoring : 8-11, 4’. Mais sous l’impulsion d’un Michele Vitali en mode feu follet (6pts en 50secondes) et de ce diable de Marco Spissu, Sassari enfonçait le clou en plantant un 0-9 qui leur offrait 12pts d’avance : 8-20, 6’. Damien Inglis et Scottie Reynold tentaient de calmer tout ça mais rien n’y faisait. Le rouleau compresseur italien écrasait tout sur son passage et presque sans forcer Sassari assenait un très violent 0-8 pour boucler le quart avec 28pts au compteur. La défense de la SIG Strasbourg n’a jamais trouvé la solution et la domination aux rebonds des visiteurs était sans équivoque (8-12) pour leur permettre de mener à la fin du 1er quart-temps : 13-28 (éval : 11-38).

Les SIGmen tentaient de juguler le mal en passant en défense de zone au retour sur le parquet. L’efficacité n’était pas forcément à la hauteur des attentes du coach au début mais les efforts avaient le mérite de couper les allants de Sassari. Strasbourg se rapprochait tant bien que mal à 11pts (20-31, 12’30) mais Sassari ne baissait pas pavillon. Qu’importe, la zone se peaufinait et, petit à petit, Strasbourg parvenait enfin à bloquer Dyshaw Pierre et sa bande. Mieux même, la foudre tombait sur les têtes sardes qui ne comprenaient pas ce qui leur arrivaient quand Gabe York claquait deux tomars en contre-attaque et que Jérémy Nzeulie enflammait le Rhenus après trois triples. Le 17 à 2 en 3’30 était incroyable. A 37-38 à 2’30 de la pause, ce n’était clairement plus la même limonade ! Miro Bilan tentait de calmer tout ça, mais Gabe York (7pts en fin de quart) et plus généralement toute l’équipe venaient de retrouver un second souffle qui faisait plaisir à voir. Une bonne petite défense de zone des familles et ça repart ! Mi-temps : 42-46 (50-53).

Le retour des vestiaires était scruté pour ne pas subir un contre coup qui aurait fait tâche après tous les efforts déployés avant la pause. Les premiers instants semblaient rassurer. Mieux même, après un beau contre autoritaire de Parakhouski, Gabe York faisait exploser le Rhenus sur un triple plein d’audace qui permettait d’égaliser : 47-47, 22’. Mais en face, sans paniquer Dwayne Evans climatisait la salle en inscrivant 4pts en 1’ avant que l’inévitable Pierre coupe tout l’élan des SIGmen pour redonner 7pts d’avance aux siens : 49-56, 24’. Le début d’un nouvel écroulement ? Niente comme dirait nos « amis » du soir. Patiemment et avec application les Alsaciens réinstallaient leur jeu pour passer un 8-2 aux Italiens qui sentaient de nouveau le souffle de la SIGArmy dans leurs nuques : 57-58, 26’. Mais attention à ne pas baisser la garde ! En effet les 3’30 de fin du quart-temps voyait un tout autre scénario se dessiner. Un cinglant 1-10 repoussait la SIG Strasbourg à 10 longueurs. Mettant à profit les moindres erreurs des SIGmen, Sassari faisait un petit break à la fin du 3ème quart-temps : 58-68 (éval : 70-81).

Et comme en prime les Verts en Blancs étaient portés par une magnifique adresse à 3pts (14/30 à 7’30 de la fin), tous les efforts mis en avant ne parvenaient pas à trouver profit car Sassari récitait sa partition à merveille pour reprendre 14pts d’avance : 62-76, 33’. Le temps avançait inexorablement et il commençait à être difficile de trouver une issue positive. En effet, l’adresse derrière l’arc pour Sassari ne diminuait pas et de l’autre côté le jeu éprouvait de grosses difficultés à se déployer de nouveau. Gabe York maintenait l’espoir avec deux primés (70-79, 36’) et cet espoir gagnait les rangs du public quand la SIG Strasbourg se rapprochait à 7pts après un 11-3 qui nous maintenait en vie : 75-82, 37’. Le coach de Sassari prenait un temps-mort dans la foulée et celui-ci se révélait payant car son équipe finissait beaucoup mieux le match. Plein de maîtrise les Sardes muselaient Gabe York et son équipe qui ne reviendraient plus. Au final la SIG Strasbourg s’inclinait de 5pts sous les coups de boutoirs de Miro Bilan (15pts-8rbs), Dyshawn Pierre (17pts-12rbs) et surtout la magnifique adresse italienne à 3pts (16/49). SCORE FINAL : 83-88 (éval : 105-102).

Si près si loin une nouvelle fois. Une nouvelle défaite qui sonne le glas de la qualification pour les 1/8èmes de finale de la compétition, mais une défaite avec des motifs d’espoirs. L’équipe a montré de belles attitudes sur lesquelles il faudra mutualiser dès ce samedi, avec un match ô combien capital en Jeep® ÉLITE avec la réception d’Orléans. Le réveil de Damien Inglis (12pts-3rbs-7pds), l’apport offensif de Gabe York (21pts) et le retour sur le devant de la scène de Jérémy Nzeulie (11pts), sont trois des indicateurs que nous retiendrons individuellement, en plus de la prestation collective de meilleure facture, d’une équipe qui n’a jamais baissé les bras.

F.T.