Basket
header_sigarmy.jpg
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
flag_blakes.jpg
Actualités A la rencontre de Gerry Blakes

A la rencontre de Gerry Blakes

On a rarement vu quelqu’un d’aussi impatient de rejoindre le terrain. A peine les tests médicaux terminés, Gerry Blakes était déjà au Rhenus avec sa femme pour prendre possession des lieux en attendant le feu vert du staff médical. Une fois celui-ci reçu, il n’a pas fallu attendre beaucoup de temps pour le voir en tenue et sur le parquet du Rhenus. Mais en attendant, il a arpenté de fond en comble la salle afin de s’imprégner des lieux, « comme une sorte de rituel » glisse-t-il avant de débuter son interview. Même très pressé de rechausser ses baskets, le nouveau joueur de la SIG Strasbourg a accepté de répondre à quelques questions pour mieux le connaître.

F.T : Comment vas-tu ? On te sentait très impatient de reprendre l’entraînement ?

G.B : Ça va très bien. Je suis heureux d’être là mais oui effectivement j’ai hâte de retrouver le terrain

F.T : Et comment va ta blessure à la main ?
G.B : Aucun problème de ce côté. Ce n’était pas trop grave. J’avais besoin de quelques semaines de repos mais je suis apte à 100%. Aucun souci à ce niveau.

F.T : Pourquoi avoir choisi de rebondir à la SIG Strasbourg ?
G.B : Strasbourg a une longue et importante histoire dans le basket européen. Beaucoup de très bons joueurs sont venus jouer ici et je pense que j’ai une belle opportunité dans ma carrière en signant ici. Je n’ai pas encore parlé de vive voix avec le coach mais il est déjà venu me voir jouer plusieurs fois par le passé. Déjà quand je jouais en Suède il m’avait vu et on pourrait dire que le début de notre connexion a débuté là.

F.T : Qu’est-ce que tu connais de l’histoire de notre club ?
G.B : Comme je l’ai dit, il y a eu pas mal de très bons joueurs qui sont passés ici. Je pense par exemple à AJ Slaughter. Vous avez joué beaucoup de finales et participé à l’Euroleague en y gagnant des gros matches.

F.T : Un mot à propos de tes nouveaux coéquipiers. Tu connais bien Gabe…
G.B : Evidemment on se connait bien. On a joué pendant deux ans dans des Universités voisines (Arizona State et Arizona University) et on a grandi à L.A. On est de la même année, on s’est côtoyé très longtemps. On est très proche, ça fait plaisir de le retrouver et de jouer avec lui. Je connais aussi un peu Thomas Scrubb car j’ai joué contre lui et nous avions un peu discuté, mais les autres non. Je vais apprendre à les découvrir.

F.T : Qu’est ce que tu connais du Championnat de France ?
G.B : Je sais qu’ici ça court beaucoup. Il y a beaucoup de rythme mais aussi beaucoup de changements de rythmes. Il y a beaucoup d’athlètes et je trouve que ça colle plutôt bien avec mon style dans le jeu donc je suis impatient de jouer et voir ce qu’on va faire.

F.T : Et justement, si tu devais te décrire en tant que basketteur ?
G.B : Je suis un arrière mais je peux jouer sans soucis sur les deux positions 1 et 2. Maintenant cette question de poste, à mes yeux, n’a plus autant de sens que par le passé. Dans le basket moderne il faut savoir s’adapter au jeu et pas l’inverse. Un meneur doit pouvoir être décalé au poste 2 et un arrière doit savoir aussi donner le tempo et monter la balle. C’est ma philosophie en tout cas.

F.T : Quelles sont tes ambitions en venant ici ?
G.B : Honnêtement ? Apporter du changement. Bien évidemment c’est une grosse opportunité pour moi mais ça doit être aussi une opportunité pour l’équipe de progresser. Nous devons avancer tous ensemble pour finir très fort la saison et aller accrocher les Playoffs. Je suis un compétiteur, on doit être compétitif. Je veux gagner, tout le temps. Donc, mes ambitions ? Gagner !

F.T : Un mot sur toi en dehors du terrain ?
G.B : Je vais avoir un bébé prochainement. Je suis quelqu’un qui est très famille et j’aime rire…
NDLR : Gêné il se tourne vers sa femme qui prend la parole… C’est un professionnel dans le travail mais en dehors du terrain c’est l’homme le plus drôle que je connaisse : c’est un véritable comédien. Mais c’est un professionnel, un bosseur, c’est un homme bien sincèrement.