Basket
header_sigarmy.jpg
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
boris_dallo_ldlc_asvel.jpg
Actualités LeadersCup 2020: 1/4 de finale ASVEL-SIG Strasbourg Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos

​La montagne était trop haute

Pour son entrée dans l’édition 2020 de la Leaders Cup la SIG Strasbourg, tenante du titre, avait à faire face à un gros morceau de notre championnat avec LDLC ASVEL. Et clairement, la montagne était trop haute puisque les Villeurbannais ont su mettre les coups d‘accélérateur nécessaires dans ce match pour creuser par deux fois l’écart et au final s’imposer 91 à 72 face à une SIG Strasbourg trop diminuée.

Le moins qu’on puisse dire c’est que le début de cette rencontre était très loin d’être sexy niveau basket. Balles perdues, pieds en touche, chutes et autres erreurs émaillaient les premiers instants. Le score était donc très maigre, mais Thomas Scrubb sortait les muscles et le 0-9 de la SIG Strasbourg, au nez et à la barbe, des joueurs de LDLC ASVEL, permettait de prendre un petit avantage : 3-9, 4’30. Les Villeurbannais réagissaient, mais Gabe York plantait un énorme tomar, juste avant de délivrer un caviar pour Parakhouski, qui sortait un quart-temps de bonne facture : 8-12, 6’. Strasbourg faisait la course légèrement en tête et coach Tuovi en profitait pour ouvrir son banc. Les joueurs de coach Mitrovic saisissaient l’occasion pour refaire leur retard et même égaliser à 16sec de la fin de la période… Mais Quentin Serron sortait un fade-away à 0 degré au buzzer, pour donner deux petits points d’avance à son équipe. Fin du 1er quart-temps : 17-19 (éval : 15-27).

Livio Jean-Charles sonnait la révolte au retour sur le parquet et très vite Antoine Diot, exemplaire dans ce match lui prenait le pas pour afficher d’ailleurs déjà 12pts après 12’. Cela permettait à son équipe de prendre les devants (25-21, 12’). Les SIGmen se donnaient mais tout devenait difficile et on sentait le début de la mise en route du rouleau compresseur villeurbannais qui imposait petit à petit son jeu. Fort heureusement les Blancs manquaient quelques tirs tous cuits et, à la 15ème minute, le retard n’était que de 6pts contre les Strasbourgeois : 30-24, 15’. Mais c’était au tour d’Adreian Payne de mettre le nez à la fenêtre. Avec 10pts à son actif en un claquement de doigt, LDLC ASVEL s’envolait au score après un 12 à 2 en 4’ : 38-26, 17’. Ce run se transformait même en claque puisque les Alsaciens, pourtant à 1 petit point à 13’, bouclaient la mi-temps en encaissant un 21 à 8…Dur contre-coup après 13 minutes pourtant correctes. Mi-temps : 46-32 (éval : 57-38).

Les SIGmen affichaient un visage conquérant au retour des vestiaires et Scottie Reynolds se démenait pour montrer l’exemple. Dans tous les coups, il permettait à la SIG Strasbourg de grapiller son retard pour revenir à moins de 10 points : 51-43, 23’30. Rihards Lomazs et Gabe York s’échangeaient quelques ‘‘politesses’’ à base de trash talking, et c’est logiquement que les deux hommes se voyaient sanctionnés d’une faute technique. Gabe montrait qu’il n’avait pas prévu de se laisser marcher dessus. Il faut dire que nos joueurs jouaient de nouveau les yeux dans les yeux et les Rhodaniens ne parvenaient plus à prendre le dessus. Damien Inglis faisait preuve d’une énergie exemplaire et grâce à lui Strasbourg restait en vie : 58-48, 26’30. Hélas l’ancien SIGman Antoine Diot punissait une SIG Strasbourg dont il trouvait certainement que les velléités n’avaient que trop duré. Et comme en prime Theo Maledon récitait son basket, LDLC ASVEL ponctuait la période sur un piquant 12-0 en 3’. Fin du 3ème quart-temps : 70-47 (éval : 82-52).

Ce nouveau run sonnait comme un coup de grâce pour une SIG Strasbourg qui acusait le coup. Effectif réduit contre effectif à rallonge, difficile d’imaginer un quelconque retournement de situation et le temps passant nous donnait raison. Le match n’avait d’ailleurs plus grand intérêt puisque les protagonistes n’arriveraient plus à changer le momentum. L’écart atteignait même 27 points à 4’30 du buzzer (82-55) et le garbage time n’avait alors jamais aussi bien porté son nom car les derniers instants voyaient même l’écart remonter malgré les lancers-francs obtenus en fin de match. SCORE FINAL : 91-72 (éval : 104-85).
 

F.T.