Basket
header_sigarmy.jpg
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
lauriane_dolt.jpg
Actualités Merci et bonne continuation Lauriane !

Merci et bonne continuation Lauriane !

C’était un secret bien gardé. Lauriane Dolt, en fin de contrat, a informé il y deux mois et demi, les dirigeants et ses plus proches collaborateurs de son souhait de tenter une nouvelle aventure. Après 12 années à œuvrer pour le club, Lauriane quitte donc le club et, pour l’occasion, a donné une interview… la dernière… pour la SIG Strasbourg.

Ce n’est jamais simple de se séparer de ses joueurs lorsqu’on est coach au centre de formation. Ça l’est encore moins lorsque la saison s’achève aussi brutalement que cette année. Le 31 mars dernier le communiqué de presse de la LNB l’écrit noir sur blanc : ‘‘le championnat Espoirs est définitivement arrêté’’. Pour Lauriane Dolt, plus que n’importe quel autre coach Espoirs, la décision est brutale car, à ce moment précis, peu de gens sont au courant qu’elle avait pris la décision deux mois avant de s’arrêter à la fin de cette saison.

Pourquoi ? Lauriane nous éclaire : « J’ai vraiment envie de voir autre chose, soit de découvrir un autre domaine professionnel soit de découvrir un autre club. Je pense que dans une vie, il y a plusieurs vies. Je suis quelqu’un de curieux de savoir ce que peut me réserver mon avenir donc je me laisse tenter ». Le cercle très restreint des informés a gardé cela sous l’éteignoir jusqu’à cette annonce. Néanmoins Lauriane a opéré cette sortie de façon très franche et honnête en informant les principaux concernés : « J’ai prévenu fin janvier une partie du club. Le premier était Olivier Weissler car c’est quelqu’un de très important pour moi. C’était un moment fort en émotion. Je l’ai invité à manger pour lui annoncer. Il ne s’y attendait pas du tout. Il était à la fois content et triste, c’était perturbant. Ça fait 12 ans que je suis au club, à travailler en direct avec lui. C’est un peu difficile mais c’est comme ça. Après j’ai informé Jérôme Rosenstiehl et le président Martial Bellon. Personne n’a cherché à me mettre des bâtons dans les roues ou quelque chose comme ça. Dans l’ensemble, passé la surprise, ça a été bien accueilli ».

Lauriane avait mis ensuite au courant également quelques collègues et amis. Et ce qu’elle a pu constater c’est ce sentiment de surprise, les rares fois où elle en a parlé. Mais à l’évocation de cela, elle tient à préciser : « Je suis surprise qu’autant de gens soient surpris. Même si je suis bien au club, bien avec mes collègues, je pense que dans la vie parfois il faut avancer. Je tiens à dire que la SIG Strasbourg ne met aucun frein, vraiment ! C’est moi et uniquement moi, j’ai vraiment besoin de renouveau. Je pense que c’est le moment ». Et pourtant, au regard de la fin de saison prématurée, cette sortie devient pour le moins …bizarre. Lauriane ne le cache pas « que la saison et ma carrière à la SIG Strasbourg se finissent comme ça… ça me laisse un petit goût amer. Franchement, sur le coup, j’ai été un peu anéantie par la phrase du communiqué de la LNB ‘‘championnat Espoirs terminé’’. Ça a été un choc. Alors bien évidemment la santé passe en premier ! Il faut faire le nécessaire pour endiguer cette crise sanitaire. Je ne contesterai jamais la décision de la Ligue. C’est normal ! Mais, naïvement, j’avais envie de croire que la saison allait reprendre. Mon côté compétitrice en a pris un coup. J’avais lancé des défis à certains de mes collègues et j’avais envie de les relever, comme le trophée du futur dont je parlais beaucoup à mes joueurs. C’est sans doute la plus grande frustration de ma carrière mais c’est comme ça, c’est la vie ».

Lauriane est une femme qui relativise les choses et va de l’avant. Bien sûr cette fin de saison et de ce cycle avec la SIG Strasbourg laissera une petite trace indélébile en elle. Mais Lauriane est aussi quelqu’un qui avance. Ce qui peut être pris parfois de l’extérieur comme un trait de caractère négatif, mais elle a appris à faire fi du regard des gens : « Je sais que souvent on me prend pour une fille un peu hautaine parce que j’ai un peu du mal à aller vers les autres, mais c’est en fait une forme de timidité. Même si, quand on me connait, on se dit « ce n’est pas possible, elle n’est pas timide », je n’aime pas être mise en avant. Je suis plutôt du genre à mettre des œillères et tracer dans ma bulle sans regarder ce qui se passe autour de moi ». L’un des premiers rebonds aurait dû être les championnats d’Europe avec l’équipe de France U18, mais ceux-ci ont été annulés : « Quand on sait comment s’est fini la saison Espoirs, je m’étais dit que j’allais me rattraper avec l’équipe de France… En fait non. Mon futur en équipe de France dépendra de mon choix de carrière après ». Ses choix et opportunités, pour le moment, elle ne souhaite pas en parler. Néanmoins tous espèrent que la suite de sa carrière sera aussi forte en émotion que celle passé à la SIG Strasbourg.

Il aurait été simple de lui demander quels joueurs ou quels moments l’ont marquée. Mais, ce qui la caractérise le mieux et aussi ce qui la rend la plus fière : « Ce qui me touche c’est de voir un grand nombre de joueurs avec qui on a encore des échanges. Je ne parle pas de ceux qui sont passés pro, avec eux c’est facile. Ce qui est dur pour nous, c’est de sortir le meilleur d’eux-mêmes et d’en faire des hommes. Si on prend la 1ère génération que j’ai eue, les 92 avec Axel Toupane, on a encore aujourd’hui un réel plaisir de se revoir. Peu importe ce qu’ils font professionnellement, c’est la même chaleur humaine quand on se revoit. Moi c’est ce plan humain dont je suis la plus fière ».

Le président du Directoire Martial Bellon : « Lorsque Lauriane m’a informé fin janvier, qu’elle ne souhaitait pas renouveler son contrat, j’ai été surpris mais j’ai vite compris qu’il s’agissait d’une décision mûrement réfléchie, tant sur le plan personnel que professionnel. Il faut donc la respecter. Je tiens chaleureusement à la remercier, pour son investissement au sein du club, mais aussi pour tous les jeunes qu’elle a formés depuis 12 ans. Non seulement elle a beaucoup progressé dans sa fonction, mais elle a apporté une fraicheur et un enthousiasme qui vont nous manquer.  
Outre son titre de champion de France des Espoirs en 2015, j’ai été très heureux pour elle qu’elle soit reconnue par ses pairs et par la Fédération en étant nommée coach adjointe de l’Equipe des France des U 18 en début d’année. Malheureusement, les circonstances ne lui permettront pas d’honorer cette sélection l’été prochain et je la sais très déçue. Lauriane laissera une très belle trace dans l’histoire du club et nous l’accueillerons toujours avec beaucoup de plaisir.
Bonne route Lauriane pour ta nouvelle vie ! »

Le directeur du Centre de formation Olivier Weissler réagit : « Lorsque Lauriane m’a annoncé fin janvier son souhait de stopper, j’ai compris la portée de cette annonce. Lauriane et moi sommes très attachés depuis toutes ces années. Nous avons tout vécu ensemble : sa progression, son évolution, des joies et des peines. Je suis quelqu’un à qui elle se confie très facilement. J’ai toujours fait attention : nous avions une relation professionnelle empreinte d’une réelle amitié. Nous avons passé beaucoup de phases ensemble, bonnes et mauvaises et l’amitié nous a toujours guidés en plus du professionnalisme. Lauriane est loyale : elle ne donne pas à tout le monde sa sensibilité et je sais que c’est très appréciable. J’ai toujours été là pour elle.
Ce qui m’a toujours enthousiasmé chez elle, c’est sa qualité de toujours vouloir se perfectionner à tout prix. La connaissant, avant de prendre sa décision, elle a pesé le pour et le contre. Je l’ai vue gagner en maturité et aujourd’hui plus que jamais et comme elle l’a toujours fait, elle veut choisir sa destinée.
Lauriane est une personne très organisée, c’est un maillon facilitateur de travail pour ses collègues. Les gens ne s’en rendent pas forcément compte aujourd’hui mais tout le monde s’en rendra compte après. Elle a formé beaucoup de jeunes, c’est juste dommage que la crise actuelle l’ait empêchée de finir en beauté. Je sais que nous allons rester en contact mais je lui souhaite le meilleur pour la suite de sa vie professionnelle et personnelle »
 

Ainsi, l’ensemble du club de la SIG Strasbourg est heureux et fier d’avoir côtoyé Lauriane durant toutes ces années et c’est non sans un pincement au cœur que tous lui souhaitent le meilleur pour son avenir. De son côté, Lauriane a tenu à remercier un certain nombre de personnes, non pas dans une interview écrite mais de vive voix dans une vidéo …
 
Merci pour tout, bonne continuation et le Rhenus sera toujours ta maison Lauriane !