Basket
header_sigarmy.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
ishmail_wainright.jpg
Actualités I.​Wainright : « Mon objectif ? Gagner, tout le temps ! »

I.​Wainright : « Mon objectif ? Gagner, tout le temps ! »

Pour bien commencer la semaine nous vous proposons de découvrir un peu plus l’hyperactif Ishmail Wainright. « Ish » n’a pas fini de nous surprendre et cette petite interview en est la preuve avant son arrivée à Strasbourg à la fin de l’été.

F.T : Pour les gens qui ne te connaissent pas, peux-tu te présenter en tant que basketteur ?

I.W : Je m’appelle Ishmail Wainright mais les gens peuvent m’appeller Ish (ndlr : prononcez « ICH »), c’est plus simple. Je suis un ailier qui peut évoluer sur les postes 3 et 4. Aucun soucis, je m’adapte en fonction de ce que le coach attend de moi, en fonction de la physionomie du match et de l’adversaire.

F.T : Avant de parler de ta carrière professionnelle, revenons sur l’université. Tes stats n’étaient pas ronflantes mais tu étais un titulaire indiscutable. La concurrence était rude ?
I.W : Effectivement. A l’université je n’avais pas pour rôle de scorer. J’avais un sacré nombre de coéquipiers qui pouvaient le faire. Isaiah Austin, Brady Heslip, Taurean Prince, Royce O’Neal, Johnathan Motley, Al Freeman…Et beaucoup d’autres gars. Il faut comprendre que tout était hiérarchisé. J’avais un rôle et je m’y tenais. Les stats ne disent pas tout. Mon but était d’être le meilleur dans mon domaine. Je me suis assuré de faire ce que personne d’autre ne faisait et d’être le meilleur dans mon rôle. J’aurai pu marquer plus, c’est certain, mais ce n’était pas ce que je recherchais. Nous étions un collectif et je restais dans mon rôle.

F.T : Après deux bonnes saisons en Allemagne tu as accepté de signer à Strasbourg. Pourquoi ce choix ?
I.W : J’aime ce que le coach et le staff sont en train de bâtir. Strasbourg est un club avec une histoire, une culture de la gagne et je voulais en faire partie. La ville est magnifique, les supporters sont incroyables. J’ai confiance dans le projet et le process qui se met en place étape par étape. J’avais la volonté de venir et j’en ai parlé avec ma famille au moment de prendre ma décision. Je suis persuadé que Strasbourg sera une nouvelle grande étape dans ma carrière professionnelle.

F.T : Qu’est-ce que tu connais du club ?
I.W : C’est un club qui veut gagner et son histoire est riche depuis plusieurs années maintenant. Plusieurs gars de ma ville natale ont joué ici. Michael Dixon et surtout Kyle Weems m’avaient déjà parlé de ce club et j’ai vu quelques matches quand ils jouaient ici et même après. Je prendrai le temps de mieux connaître la ville mais concernant le club je n’arrive pas dans l’inconnu. Je sais que la SIG Strasbourg est un club incroyable de par son histoire.

F.T : Qu’est-ce que tu penses de l’équipe qui est en train de se constituer ?
I.W : C’est fort ! J’ai déjà vu certains gars jouer et je connais les styles de chacun. Je pense qu’une fois le puzzle assemblé tout ira parfaitement. J’ai joué contre Wes Clark plusieurs fois en AAU (ndlr : AAU pour ‘Amateur Athletic Union’. Un programme de développement de jeunes basketteurs aux USA). J’ai aussi joué contre Léo la saison passée. J’ai hâte d’apprendre à connaître tout le monde.

F.T : Quelles sont tes ambitions personnelles à court et long termes ?
I.W : Je veux gagner, c’est mon objectif à court, moyen et long terme ! Je suis comme ça, je veux tout le temps gagner et pas simplement au basket. Peu importe ce que je fais, à quoi je joue, je veux gagner dans tout ! Et je sais que pour y arriver il faut que je sois le meilleur coéquipier possible, sinon nous n’y arriverons pas.  

F.T : Assez parlé du basketteur. Qui est l’homme Ishmail, ses passions, ses hobbies ?
I.W : Je suis papa de deux enfants : ma fille, Isabella Grace, a 4 ans et mon fils Kai Ishmail aura 2 ans en août. Sinon je suis un passionné de musique. J’aime faire des grands voyages en voiture pour partir à l’aventure. J’aime aller nager. Je vais très souvent à la piscine durant la saison. J’aime rencontrer des gens, apprendre de différentes cultures et découvrir de nouveaux plats à manger.

F.T : J’ai vu que tu as travaillé comme chauffeur livreur durant le confinement. Pourquoi cette initiative ?
I.W : [rires] Oui, tout est vrai. J’ai travaillé comme livreur pour Amazon. Durant le confinement, tout était fermé et moi j’ai besoin de rester actif. Je me suis investi dans ce job et j’ai bossé mon cardio en montant et en descendant les escaliers à chaque livraison. Je ne suis pas quelqu’un qui aime rester chez lui et ne rien faire. Je me suis donc dit que je devais mettre à profit la situation pour découvrir un autre emploi et j’ai eu cette idée. Ça m’a permis aussi d’avoir une petite rentrée d’argent. C’est clair que c’est très différent mais c’était une expérience très enrichissante. Ce n’est pas un job que j’aimerai faire toute ma vie mais, sincèrement, j’ai pris du plaisir à découvrir un autre monde, une autre façon de travailler et je n’en retiens que du positif.

F.T : Quel est ton programme cet été ?
I.W : Je serai à Kansas City. Je m’entraîne avec ma coach personnel (ndlr : @imanikfit sur Instagram) du lundi au samedi. Elle est incroyable ! Je vais prendre le temps d’aller voir ma fille qui vit à Houston, j’ai hâte de la revoir, et passer du temps avec mon fils. Je vais prendre de petites vacances aussi. Je n’en ai jamais vraiment pris et j’aimerai aller à la plage ou prendre un vol pour visiter un pays… mais bon, c’est clair que la situation cet été pour voyager est vraiment pas la bonne… Je déteste ce Corona Virus [rire]. Mais pour être honnête, cet été pour moi, le plus important est de beaucoup m’entraîner et passer du temps avec les gens que j’aime, autant de temps que possible avant de repartir pour de nouveau 8/10 mois… vers une nouvelle saison que j’attends avec impatience !

 

Articles liés: 
nicola_alberani_et_martial_bellon.jpg
Jeep Elite

​Tournés vers l’avenir

Ce jeudi 18 juin, le Président du Directoire Martial Bellon a officiellement présenté à...
Toutes les actualités