Basket
header_sigarmy.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
sigtv_classics_champion_de_france_2005.jpg
Actualités Revivez le titre de 2005 !

Revivez le titre de 2005 !

12 juin 2005 / 12 juin 2020… Le calcul est aussi simple que le souvenir semble encore frais dans bon nombre de mémoires. Ce vendredi 12 juin la SIG Strasbourg fêtera les 15 ans de son titre de Champion de France. Pour l’occasion, SIGTV vous propose trois jours spéciaux pour revenir sur ce sacre historique, avec bien évidemment la rediffusion en intégralité de la finale ce vendredi 12 juin 2020 à 20h ! #SIGARMY A VOS AGENDAS !

Le cadre

Avant ce 12 juin 2005 et le sacre sur le parquet de Paris Bercy il a fallu batailler pour mériter sa place en finale. Dès les quarts de finale, Afik Nissim et ses potes ont dû écarter le double champion de France en titre : Pau-Orthez. Les Palois se sont présentés forts d’une équipe pléthorique de douze pro, dont Laurent Foirest, Thierry Gadou, Artur Drozdov, Mire Chatman ou encore Sacha Giffa, recruté pour ces play-offs. Et pourtant, c’est bien la SIG qui allait se qualifier. En effet, après avoir réalisé la bonne affaire en ne s’inclinant que d’un point lors du match#1, à Pau (69-70), les SIGmen allaient terrasser le champion trois jours plus tard dans un Rhenus en ébullition (88-75) d’un Afik Nissim, en état de grâce, (27pts en 20 minutes à 5/6 à 2pts, 3/3 à 3pts et 8/8 aux lancers-francs), les Palois n’avaient pas existé.  Les highlights d'Afik en vidéo -> ici

En demi-finale, c’est l’ASVEL qui se présentait. C’est avec le plein de confiance que Girard annonçait : « Le seul objectif c’est de gagner. Il faut se dire que nous sommes capables de l’emporter ici et là-bas ». Le champion terrassé, la SIG ne voyait pas pourquoi elle ne parviendrait pas à enchaîner ; même face à l’armada rhodanienne. Mais comme le titra la presse : « Cette équipe est magique ! ». Lors de la seconde mi-temps du match#1, la SIG offrait un récital exceptionnel. Menés d’un point à la mi-temps (43-44), les joueurs de la SIG étaient revenus avec d’autres intentions. Avec Fajardo, Palmer et McCord en guerriers ou encore un Ricardo Greer, ils firent exploser les Verts. Limités à 26pts en seconde période, les joueurs d’Erman Künter voyaient la magie alsacienne s’imposer de 18 points : 88-70 avec en point d’orgue un dunk de Ricardo sur Besok entré dans l’histoire. +18, un écart trop conséquent, même pour l’ASVEL. Vainqueurs (inutiles) du match#2 (85-77) les Villeurbannais laissaient filer les SIGmen vers la finale ! Revivez cette 1/2 finale en intégralité -> ici

Une finale, ça ne se joue pas, ça se gagne”, clamait Eric Girard au soir de la qualification de la SIG Strasbourg pour la finale. Une finale, et quelle finale ! Qui aurait pu pronostiquer une telle affiche en début de saison. Exit les cadors manceaux, palois et lyonnais, « l’innovante » finale propose un derby de l’Est ou “La finale de New-York” comme en rigolait le Nancéen Tariq Kirksay. En effet, six joueurs présents étaient estampillés « East Coast » : les frères Greer, John McCord et Sharif Fajardo côté SIGmen; Maurice Bailey et Tariq Kirksay au SLUC. Et c’est devant 14 400 spectateurs que Strasbourg et son « gang of New-York » allaient entrer dans la légende ! Mais ça nous y reviendrons…

LE PROGRAMME DE LA SEMAINE

Mardi 9 juin : Parole aux acteurs
SIGTV donne la parole à deux anciens qui racontent leur finale de 2005 et cette formidable saison 2005
 
Mercredi 10 juin : Afik le magnifique
Retour en images sur la performance exceptionnelle d’Afik Nissim face à Pau-Orthez en quart de finale
Jeudi 11 juin : L’ASVEL explose au Rhenus

Retour sur le match #1 de la demi-finale remportée dans un Rhenus en ébullition.

Vendredi 12 juin : CHAMPIONS !
15 ans plus tard, jour pour jour, nous vous proposerons deux documents exceptionnels :
  • Revivez en vidéo l’inside de la semaine précédent la finale, aux côtés de Jeef Greer, Ricardo Greer et Sharif Fajardo.
 

 

  • A VOS AGENDAS ! Rendez-vous à 20h pour revivre, dans les conditions du direct, en intégralité cette finale historique.