Basket
header_sigarmy.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
nicola_alberani_et_martial_bellon.jpg
Actualités ​Tournés vers l’avenir

​Tournés vers l’avenir

Ce jeudi 18 juin, le Président du Directoire Martial Bellon a officiellement présenté à la presse Nicola Alberani, le nouveau Directeur Sportif de la SIG Strasbourg. Les deux hommes ont ainsi pu entrer plus en détail dans ce que sera le nouveau visage sportif du club.

En préambule Martial Bellon a tenu à rappeler le cheminement des événements : « l’année dernière j’avais annoncé que le club allait se structurer en recrutant un directeur sportif. Le poste avait d’abord été proposé à Vincent Collet qui l’avait refusé en septembre dernier. Depuis cette date, nous avons beaucoup consulté, à la fois des Directeurs sportifs en France mais aussi à l’étranger. Nous en avons rencontré un petit nombre. Nous avons échangé avec Nicola une 1ère fois en décembre, nous nous sommes revus en février et nous avons décidé de l’engager en avril ». De son côté, Nicola Alberani n’a pas tardé à se mettre au travail. Avec déjà 5 recrues le nouveau directeur sportif, en collaboration avec le coach Lassi Tuovi, n’a pas perdu de temps.
N. Alberani : « Nous avons une idée précise de ce que nous voulons »
Au demeurant Nicola Alberani a d’abord voulu poser les bases : « Je suis ici pour construire un nouveau programme sportif. Nous sommes partis avec une idée très précise pour l’équipe et dans la construction du roster. Heureusement, Lassi et moi avons la même vision du basket, la même conception des choses. Nous souhaitions repartir d’une page blanche. La saison dernière, il y avait de bons joueurs, mais ceux-ci n’avaient pas ce que nous recherchions pour notre groupe. Ce qui est important pour nous c’est le contexte. Nous avons une idée précise et nous voulons prendre les joueurs qui entrent dans ce cadre. Nous pensons que ceux qui sont là sont les meilleurs possibles pour nous. Je suis très heureux de nos premières signatures car ils étaient nos premiers choix. Ils sont tous très motivés, en phase ascendante dans leur carrière et ont la dureté mentale que nous recherchons dans le jeu. De plus ce sont de bonnes personnes ! »

Fait nouveau pour les suiveurs du club, le recrutement avance vite et à l’évocation de ce point le Directeur Sportif répond : « je suis heureux que le club m’ait donné rapidement les moyens d’être agressif sur le marché. Nous n’avons pas le 1er budget de Jeep Elite mais nous connaissons notre budget et nous avons pu nous positionner très vite sur nos joueurs. Je suis très heureux des recrues et les cinq viennent avec la même idée : Strasbourg est le bon endroit pour continuer leur carrière. Nous avons une idée très claire pour la suite de la construction de l’équipe mais le marché bouge constamment. On ne peut pas dire ce qu’on va faire, mais je pense que si on a l’opportunité on va peut-être recruter un JFL supplémentaire (Joueur Formé Localement). Nous aimerions avoir plus de JFL que de JNFL mais il faut suivre le marché ». Par ailleurs aujourd’hui le canevas global est très clair et annoncé sans équivoque : « l’idée c’est d’avoir un roster avec neuf pros plus Jayson et Essome. Nous allons leur donner l’opportunité de montrer leur valeur. Mais ce sera à eux de saisir cette occasion ».

Des idées claires et structurées sur lesquelles Martial Bellon tient à donner une illustration très précise du travail de son nouveau duo. « En avril, Lassi et Nicola nous ont remis la liste des JFL disponibles. Ils nous ont dit quelles étaient leurs trois priorités et ce sont les trois que nous avons signés en premier. Début mai, ils ont établi une liste de 50 joueurs étrangers, 10 par poste. Sur chaque poste ils ont indiqué deux ou trois priorités. Depuis deux mois et demi ils travaillent sur cette liste. C’est un travail organisé avec un scouting très important ». Bien malin celui qui arrivera à tirer des informations au Directeur Sportif et la seule chose qu’il accepte de consentir est : « nous avons dans l’idée d’avoir deux meneurs et deux pivots qui auront la valeur de joueurs titulaires » et ajoute avec une pointe d’humour « je pense qu’il n’y a jamais assez de meneurs et jamais assez de pivots dans une équipe ». Même si cela est très clairement prématuré la question a été posée : quel avenir pour cette équipe ? De ce côté le discours est empli de retenu, ce qui est naturel. Néanmoins Nicola Alberani glisse « il faut aller en Playoffs et je serai déçu si ce n’est pas le cas. Après, si nous y sommes je suis persuadé que les autres équipes auront des problèmes face à nous. Ça c’est mon objectif personnel ».

M. Bellon : « nous sommes toujours vivants ! »
Parallèlement à l’équipe qui se construit le Président est aussi revenu sur la période extrêmement difficile que le club traverse en subissant de plein fouet les conséquences économiques de la crise liée au COVID-19. « Nous allons perdre beaucoup d’argent, plusieurs centaines de milliers d’euros. Nous sommes dans une activité, comme beaucoup d’entreprises, très touchée d’un point de vue économique, mais plus que d’autres dans la mesure où, nous allons générer zéro euro de chiffre d’affaire de fin février à fin septembre. Nous avons souscrit un Prêt Garanti par l’Etat, mais je pense pouvoir dire que, si le gouvernement n’avait pas mis en place le chômage partiel, nous ne serions plus là aujourd’hui, il n’y aurait plus de club, comme c’est le cas malheureusement pour beaucoup d’entreprises ».  De plus il ajoute : « On ne peut pas annoncer aujourd’hui un montant définitif pour nos pertes, car la LNB a clôturé la saison il y a peu. Nous avons écrit à nos abonnés et partenaires depuis. Si tout le monde se montrait solidaire, en abandonnant au club le CA lié aux 6 matches non joués, nous perdrions 300 000 € et à l’inverse si tout le monde demandait à être remboursé ou un avoir sur la saison prochaine, nous pourrions perdre 1 million. La vérité se situe entre les deux, peut être aux alentours de 700/800 000 euros… c’est-à-dire à la hauteur de nos fonds propres… que nous avions patiemment accumulés depuis 2010 et qui, en trois mois, ont disparu. Mais nous sommes toujours vivants ! Nous sommes sur une phase de reconstruction du club et il conviendra de consolider nos fonds propres rapidement. Pour la saison 2020-2021, nous avons élaboré un budget en baisse et surtout une masse salariale en forte diminution qui est d’un million d’euros nets, soit -30 % par rapport à la saison précédente et –40 % il y a deux ans ».
N. Alberani : « Le point clé pour nous sera d’être agressifs sur le marché »
Partant de cet état de fait, quels sont les points clés, outre ceux que l’économie va dicter, qui serviront de guide au binôme Alberani/Tuovi ? Sur ce point Nicola Alberani reprend la parole : « Le premier critère de notre recrutement est la personnalité des joueurs… C’est peut-être aussi le deuxième et le troisième ! Après nous cherchons de la dureté mentale et des joueurs qui comprennent l’importance d’être ici à Strasbourg. Avec Lassi nous partons dans l’idée de développer un basket plus physique qu’athlétique. Nous souhaitons nous différencier des autres clubs. Quand tu n’es pas le premier budget de l’élite, il faut avoir une idée forte pour la stratégie globale. Le point clé pour nous sera d’être agressifs sur le marché. Lassi vous présentera son idée plus en détail à la rentrée ».

Pour finir, le sujet de l’Arena a conclu cette conférence de presse. Un sujet sur lequel le président Bellon a tenu à rappeler que « quatre banques ont donné leur accord, que toutes les collectivités ont délibéré, que la Banque des Territoires (groupe CDC) a donné son accord pour participer au capital et que toutes ces institutions ont émis la même condition suspensive, que nous partageons : avoir le prix définitif avant de lancer les travaux. Ce qui est normal car le budget actuel (41,5 M€) est le résultat des études d’avant-projet qui avaient permis de déposer la demande de permis de construire il y a 18 mois… Le permis est définitif depuis le mois de décembre2019. La dernière collectivité à avoir délibéré positivement était l’Eurométropole, le 27 novembre dernier. Elle s’était engagée, entre autres, sur une avance de trésorerie de 700 000 €. Cela avait été également le cas également de la Région et du Département qui ont, depuis de nombreux mois, versé leur avance. A l’heure qu’il est, cette avance délibérée n’a pas été versée. Donc, depuis 7 mois, en dehors de la période COVID, nous n’avons pas pu poursuivre le projet parce qu’il nous manque ces 700 000 €. Nous attendons que le président de l’Eurométropole signe la convention financière qui avait été jointe à la délibération de son conseil de communauté. A vrai dire, nous ne comprenons pas les raisons pour lesquelles cette partie de la délibération n’a pas été exécutée. »