Basket
header_neutre.jpg
stradim_banniere_400x1333px2021.jpg
stradim_banniere_400x1333px2021.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
colson_peristeri.jpg
Actualités [20/21] BCL #4 : Peristeri-SIG Strasbourg Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

​Avec le cœur !

Auteurs d’une première mi-temps de qualité, les SIGmen ont du s’arracher pour résister au retour de Peristeri. Mais, finalement, avec le cœur et un très gros shoot de Brandon Jefferson à 12 secondes du terme, la SIG Strasbourg boucle 2020 avec une victoire (76-79) et se rapproche un peu plus de la qualification pour le tour suivant en BCL. Vivement 2021 !

Coup dur au moment du coup d’envoi. En effet, coach Tuovi devait se passer de Yannis Morin blessé (plus d’informations à venir). Le début de match se jouait dans la peinture, Ish puis Ebuka scoraient : 2-4, 2’. Les Grecs ne trouvaient pas la mire et Strasbourg en profitait par l’intermédiaire d’un Wainright inspiré pour prendre le large (2-9, 4’). Notre équipe déployait un jeu plaisant, mais surtout très sérieux. Et comme, en prime, la défense de Péristeri opérait des choix assez cavaliers, comme passer sous le porteur d’écran et laisser le champ libre à Jefferson à 3pts, la SIG Strasbourg menait bien sa barque : 6-15, 6’. Le chrono progressait et, alors qu’on semblait se diriger vers une fin de quart tranquille pour les SIGmen, les deux dernières minutes étaient catastrophiques. Pertes de balle, rebonds échappés, précipitation et autre approximation livraient sur un plateau un 10-0 aux Grecs qui arrivaient en tête à la Fin du 1er quart-temps : 18-17 (éval : 21-20).

Le retour sur le parquet voyait Bonzie Colson monter en température. Auteur de deux triples, juste après un premier de son pote Ish, l’homme à tout (bien) faire de la SIG Strasbourg permettait à son équipe de repasser devant : 20-26, 11’30. En face Vasilopoulos était en réussite. Grâce à lui, les locaux grapillaient petit à petit leur retard. Mais Bonzie et captain Dré montraient l’exemple. En effet, même si Peristeri égalisait à 6’30 de la pause, les SIGmen restaient dans la course : 29-34, 15’. Dominante dans la bataille du rebond, la SIG Strasbourg, malgré sa rotation courte s’en sortait très bien. La défense était vraiment de qualité et en attaque le jeu déroulait. D’ailleurs le 4-13 en la faveur des Alsaciens était l’illustration parfaite de la maîtrise strasbourgeoise. Rejoignant les vestiaires avec 10pts d’avance, et un duo Wainright (15pts à 3/4 à 3pts -3rbs) – Colson (11pts) qui trouvaient bien leurs marques dans le jeu du coach Tuovi. Mi-temps : 33-43 (éval : 36-52).

Avec seulement 4 pertes de balles, une belle domination dans la peinture (18rbs à 13 pour les SIGmen), une belle fluidité en attaque et une défense globalement cohérente, cette équipe faisait plaisir à voir.

Vous parlez défense ? Le retour des vestiaires était un exemple du genre. En verrouillant à triple tour et en mettant des barbelés sur la route des Grecs, Strasbourg effectuait trois premières minutes du feu de Dieu. Un 2-12 du plus bel effet donnait 20pts d’avance aux SIGmen qui imposaient leur style, leur envie et leur intensité sans autre forme de procès : 35-55, 23’. Peristeri laissait passer l’orage mais la giffle était violente. Néanmoins, attention à ne pas tomber dans la facilité ! Alors que tout roulait, le jeu strasbourgeois se délitait et il n’en fallait pas plus pour voir Peristeri se frayait un chemin dans la brèche (parfois béante) ouverte dans la défense de Maille & Co. Un 13-2 encaissé par l’équipe de Lassi Tuovi redistribuait les cartes (52-59, 28’). Fort heureusement Bonzie Colson stoppait l’hémorragie, mais la déferlante grecque continuait et la belle mécanique strasbourgeoise venait brusquement de se gripper, provoquant un retour de Peristeri à 6pts à la Fin du 3ème quart-temps : 58-64 (éval : 65-75).

Il n’allait pas falloir craquer ! Hélas le début de l’ultime quart n’était pas rassurant et confirmait que Steven Gray et les siens avaient pris l’ascendant sur leurs visiteurs du soir. Un 4-0 hyper rapide mettait les locaux à 2pts de SIGmen qui déjouaient. DeAndre Lansdowne trouvait miraculeusement la mire à 3pts au buzzer des 24sec et Colson faisait ce qu’il pouvait, mais petit à petit Peristeri grapillait encore. Le souffle de Harrow était ressenti dans les nuques strasbourgeoises et, à 5’ du buzzer, la crispation était à son comble : 68-70, 35’. Coach Tuovi remettait alors Leo Cavalière sur le parquet et la défense de la SIG Strasbourg reprenait un peu de consistance. Malgré le retour des locaux, nos joueurs mettaient du cœur à l’ouvrage, montrat qu’ils ne voulaient pas abdiquer ! Le numéro 4 offrait même 5pts d’avance à l’équipe à 2’15 de la fin (71-76, 37’45) mais Steven Gray nous claquait une 2ème mi-temps de fou ! Affichant un triste 2pts à son compteur à la pause, il émargeait au final à 18 après un missile à 3pts à 43 secondes de la fin qui mettait les deux équipes à égalité : 76-76, 39’17. DINGUE ! Il n’allait pas falloir trembler. Mais question sniper au sang froid la SIG Strasbourg avait aussi de quoi faire avec Brandon ‘‘assassin silencieux’’ Jefferson. Très en retrait jusque-là, le lutin mystifiait son défenseur à 12 secondes de la fin, lui offrant un petit retour de rein comme cadeau de Noël en avance, pour nous planter un triple de derrière les fagots qui faisait bondir tout le monde : +3 et 12sec à jouer. Incroyable ! La dernière action de Peristeri n’allait rien donner et pour finir, avec le cœur et les tripes la SIG Strasbourg s’imposait sur le Score final de 76 à 79 (éval : 83-88).

Une victoire qui conforte l’équipe en tête du groupe E (3V/1D), lui permettant de voir la qualification pour le tour suivant lui tendre les bras… Mais ça c’est une autre histoire dans laquelle nous aurons le temps de nous plonger en 2021. Place maintenant à la trêve de Noël après 3 victoires consécutives en décembre qui montrent très clairement que cette équipe progresse.

Les statistiques du match : ici
F.T.
 

groupe_e.jpg