Basket
header_neutre.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
novgorod.jpg
Actualités Playoffs#5 BCL 20/21 : Novgorod-SIG Strasbourg Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

EPIQUE ET MAGISTRAL !

Après la victoire la semaine passée face à l’AEK Athènes, les SIGmen s’étaient offert une petite bulle d’oxygène en BCL, en conservant une chance de rejoindre le Top 8. Mais, pour y parvenir, les deux derniers matches de Playoffs se révèlent cruciaux. Premier stop en Russie pour affronter le leader invaincu du groupe : Nijni Novgorod. Un match… et quel match(!) de nos joueurs qui ont su faire fi d’un retard de 14pts pour renverser les Russes sur leur parquet aux termes d’une 2ème mi-temps épique : 87-97. Une victoire magistrale qui offre à nos joueurs une finale dans une semaine face à Ankara, dont le vainqueur rejoindra le Final 8 ! ON A HÂTE !

La SIG Strasbourg avait du mal à mettre en place ses systèmes en début de match. Offensivement, rien n’était simple et défensivement on tentait de répondre au mieux à l’intensité des Russes. Sans surprise, la partie était dure et après 5’ c’est bien Nijni Novgorod qui menait : 9-5. À peine ce petit avantage pris et les locaux essuyaient déjà leur 5ème faute d’équipe. Strasbourg en profitait pour passer un 0-7 qui faisait du bien (9-12, 5’45). Les deux collectifs prenaient leurs marques et les paniers s’enfilaient les uns après les autres. Forts de leur force, les locaux enchaînaient les rotations et la qualité de leur jeu n’en pâtissait pas. Nos SIGmen n’arrivaient pas à juguler les attaques des Blancs et Noirs mais, fort heureusement, nous étions très adroits. Le temps avançant, personne ne tirait réellement son épingle du jeu. Ainsi, la SIG Strasbourg après 10’ jouait les yeux dans les yeux avec leurs hôtes et la balance était à l’équilibre à la Fin du 1er quart-temps : 24-24 (éval : 31-23).

Leo Cavalière scorait à peine revenu sur le terrain, mais Kasey Shepherd commençait à monter en température et la conséquence était sans appel : 7-0 en 1’10. Ainsi à 31-26 coach Tuovi prenait un temps mort pour tenter de casser la dynamique russe. Le problème était que Vorontsevich mettait en exergue son immense talent. Présent dans tous les compartiments de jeu, il alimentait la machine Nijni Novgorod qui, malgré ce temps mort, avançait sans trembler. Autant dire que le début d’hémorragie à +10 (36-26, 13’30) commençait à salement faire peur et, peu importe la stratégie, coach Tuovi enchaînait direct avec un second temps-mort. Celui-ci avait de meilleures conséquences car Strasbourg scorait à 2 reprises derrière, et la guerre tactique montait aussi d’un cran quand le coach local prenait à son tour un autre temp-mort (36-30, 14’). La soufflante passée à ses joueurs, ceux-ci revenaient avec leur défense très haute et oppressante et Astapkovich&Co géraient leur avance qui montait à 12 unités à 4’ de la pause : 46-34, 16’. Le niveau de Novgorod n’était pas loin d’être exceptionnel et le tsunami offensif que l’on subissait était incroyable. Le gap prenait des allures de fossés (+14 à la 18ème) et l’armada Russe signait une période magistrale (22/30 – 73% - à la pause) en passant 33pts à Strasbourg, qui ne pouvait que mesurer les gros dégâts à la Mi-temps : 57-45 (éval : 73-44).

Malgré les 57pts encaissés, il était encore possible d’espérer un résultat positif. Problème, même si Brandon ramenait notre équipe à 9pts (59-50, 21’), notre défense était en galère en ce début de période et, pour un collectif si bien huilé comme celui de Nijni Novgord, c’était du pain béni : 63-50, 12’. Mais le jeu strasbourgeois était différent dans ce quart. Plus posé et plus sérieux nos joueurs commençaient à prendre confiance. Et à qui profitait cette confiance ? Brandon « sniper » Jefferson. Le meneur de la SIG Strasbourg venait de mettre le micro-onde en route pour passer en une fraction de seconde de bon à …INCANDESCENT ! Il nous gratifiait de 15 pions dans le quart-temps, dont quatre primés, d’une autre planète pour ponctuer un 0-13 qui remettait l’équipe à égalité (63-63, 26’15) : dingue ! Temps mort obligatoire pour coach Lukic qui ne s’attendait pas à un tel réveil.  Son équipe finissait mieux, mais la grosse défense strasbourgeoise venait de faire la différence et notre équipe avait toutes ses chances en mains à 10’ du buzzer. Fin du 3ème quart-temps : 72-69 (éval : 88-75).

Déjà très en vue à la fin de la péridoe précédente, Dré montrait l’exemple des deux côtés du terrain et c’est lui qui maintenait l’espoir. En effet, notre capitaine était sur tous les fronts et c’est lui et lui seul qui donnait du répondant à Nijni Novgorod en ce début de période. Nous grapillions petit à petit : -4 (77-73), -3 (79-76), -2 (81-78), -1 (81-80)… ALLEZ MESSIEURS ! Les SIGmen n’abdiquaient pas et c’est avec le cœur que la SIG Strasbourg commençait à faire douter les Russes quand Ish marquait un improbable 3pts à 11 mètres pour nous faire passer devant à 4’52 de la fin : 81-83 ! Mais quelle équipe que cette cuvée 2020/21 de la SIG Strasbourg ! Le renversement de situation était épique, magique, voire même culte, tant la machine Russe était en panne séche alors que le rouleau compresseur strasbourgeois se muait en broyeuse impitoyable ! Le 2-18 des Alsaciens (81-91, 37’45) tuait les espoirs de Russes abasourdis, groggy…KO DEBOUT ! Le money time n’y changerait plus rien et finalement notre équipe réalisait un exploit pour s’imposer sur le SCORE FINAL de 87-97 (éval : 102-111)

LES STATISTIQUES DU MATCH : ICI
Mais quelle 2ème mi-temps mes amis ! En remportant celle-ci 52 à 30 et en mettant les barbelés en défense, les SIGmen ont effacé ce soir un débours de 14pts pour faire chuter Nijni Novgorod sur ses terres. Une victoire en imposant son style qui lui est si propre. C’est au pied du mur que les guerriers savent réagir : nos joueurs sont de cette trempe bon sang ! Brandon Jefferson (24pts) a sonné la révolte au retour des vestiaires et allumé la mèche qui a fait exploser les velléités Russes. Un improbable 3pts de Ish (14pts-6rbs-3pds-4ints) a permis de faire la bascule en tête et captain Dre (13pts-6pds-3rbs) a mis le couvercle sur la marmite dans le dernier quart. Mais il n’était pas seul car bien aidé par Bonzie Colson et JB Maille par exemple. Une victoire magistrale de la SIG Strasbourg qui profite de la défaite de l’AEK Athènes pour redevenir maître de son destin dans cette compétition pour jouer sa qualification pour le Final 8 dans une semaine au Rhenus face à Ankara ! Quelle équipe : on en redemande !
F.T.

Légende

 

groupe_k.jpg