Basket
header_neutre.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
sig_post_1170x480itw_lansdown.jpg
Actualités ​[Grand format] : La parole est au capitaine

​[Grand format] : La parole est au capitaine

Nous sommes à trois jours d’un match face à Ankara qui, en cas de victoire, qualifierait la SIG Strasbourg pour le Final 8 de la Basketball Champions League. Un événement pour le club. Afin de commencer à faire la bascule vers ce choc, nous avons donné la parole au capitaine DeAndre Lansdowne qui est revenu sur la dernière victoire face à Nijni Novgorod avant de poser les bases du match à venir.

F.T : Un petit retour sur ce match à Novgorod, durant lequel nous avons vu deux équipes. Le jeu, les intentions, l’engagement, tout a changé au retour des vestiaires…
D.L : « Ce match est l’illustration de ce qui peut arriver au basket. Déjà, il faut rappeler que Novgorod est une très bonne équipe. Ces dernières semaines ils gagnaient tout, et avec la manière. En 1ère mi-temps, nous étions là, nous avions l’envie de gagner, mais personne n’était à la même page. Ce n’était pas un problème de concentration. Nous avons fait des erreurs, mais pas parce qu’on faisait n’importe quoi. Nous n’étions pas une équipe comme nous avons pu le montrer les dernières semaines. Nous sommes tombés dans des considérations individualistes au détriment du collectif. Personne n’avait de mauvaises intentions, que ce soit clair ! Simplement nous nous sommes égarés collectivement durant cette 1ère mi-temps ».

F.T : Quel a été le discours dans le vestiaire ?
D.L : « Nous l’avons reconnu, notre façon de jouer était terrible. Ok, nous avons scoré, mais surtout on n’était pas capable de les stopper. Ils faisaient ce qu’ils voulaient. La balle bougeait bien, on se faisait dominer sur pick and roll, ils avaient des lay-up faciles et en prime on ne défendait pas leurs tirs à 3pts… Contre l’une des meilleures équipes dans ce domaine en BCL ! Le coach a été clair : on est à 12pts, mais on n’a montré aucune intention de les stopper, aucune agressivité et surtout nous venions de montrer tout sauf notre vraie identité défensive ! Il n’y avait pas besoin de long discours. Nous avons vite pris conscience que ce qu’il fallait changer et en premier c’était notre agressivité. Comme je l’ai dit aux gars avant de revenir sur le terrain : « Peu importe qui va jouer mieux, qui va être très bon ou juste moyen, tout le monde sait qu’il doit être meilleur et donner plus en 2ème mi-temps ».

F.T : Une belle leçon pour la suite de la saison en quelque sorte ?
D.L : « Ces derniers mois nous gagnons les matches d’abord en étant très agressifs. C’est ce qu’on a vu en 2ème mi-temps. On sait qu’on peut scorer. Ce n’est pas sur cela qu’il faut se concentrer. Même dans un match avec un petit score, on sait qu’on pourra trouver des solutions offensivement, mais elles ne serviront à rien si on perd notre identité défensive ! [il répète] A RIEN ! Notre capacité à gagner repose sur une seule chose : notre capacité à défendre toujours plus dur. Les matches du style « do or die » vont arriver et il faudra se souvenir de ça ».

"le travail finit toujours par payer"
F.T : Un mot sur le coup de chaud de Brandon. Tu me disais avant que tu souhaites revenir sur son match…
D.L : « Brandon, est pour moi le MVP indiscutable de ce match. Je ne sais pas si tout le monde a conscience de ce qu’il a apporté des deux côtés du terrain. Bien évidemment il a pris feu en attaque avec ses 3pts, il était d’ailleurs incroyable dans ce 3ème quart-temps. Mais, en défense, il avait en face de lui Shepherd, qui est peut-être le futur MVP de la saison. Il finit à 8pts et fait sans doute un de ses plus mauvais match de la saison. Brandon était sur lui tout le temps ! Alors oui, il a scoré, mais il a défendu de plomb face à un des meilleurs joueurs de la compétition. Il l’a complétement dominé de A à Z. Il est spectaculaire quand il joue à ce niveau ».

F.T : Parlons maintenant de l’avenir et ce match face à Turk Telekom ; le premier vrai « do or die game » de la saison.
D.L : « On veut se qualifier, un point c’est tout ! On était à 0/3 et maintenant nous avons l’opportunité d’aller au Final 8 : c’est la magie du basket ça (rire). Qui peut deviner ce qui va arriver ? Qui connaît l’avenir ? etc… Personne ! Il n’y a que la vérité du terrain qui parle ! On l’a dit il y a quelques temps, c’est un peu comme la March Madness. On avance, on ne retient pas le passé. Est-ce que c’est mathématiquement mort ? Non ! Alors continuons à travailler dur car le travail finit toujours par payer. On le voit aujourd’hui ».

stradim

F.T : La mentalité et l’état d’esprit de cette équipe sont souvent plébiscités. Vous le prouvez encore…
D.L : « Tu ne joues pas pour le nom au dos du maillot, mais pour celui qui est devant. Celui de derrière n’a de l’importance que si tu en donnes à celui qui est devant ! Tu joues pour ce maillot, pour une ville, pour un club, pour les gens qui y travaillent aussi bien le staff que ceux dans les bureaux. Il faut savoir jouer pour les bonnes choses. C’est en ayant ça en tête que tu ne lâches jamais et que tu te donnes l’opportunité de vivre quelque chose de spécial ».

F.T : L’équipe aborde ce match avec une belle confiance après de beaux résultats…
D.L : « Nous sommes confiants car nous savons quelle équipe nous pouvons être, mais nous avons les pieds sur terre ! Nous savons qu’il faudra encore monter notre niveau pour aller au Final 8. Nous sommes motivés, excités, à l’idée de jouer ce match. Peu d’équipes ont la chance de se retrouver dans ce genre de situation ».

" Le combat, ne jamais abandonner, c’est ça notre ADN. Il faut le garder pour ne rien regretter après"
F.T : On dirait que vous ne ressentez pas la pression…
D.L : « Je ne dirais pas ça comme ça. Il faut remettre les choses dans leur contexte. Après le tirage au sort, beaucoup de gens ne nous voyaient pas en mesure de nous qualifier. Une fois que Nijni Novgorod était qualifié, les discussions étaient de savoir si c’était Athènes ou Turk Telekom qui finirait 2ème. Personne ne parlait de nous ! On en discutait entre nous et on se disait : « ok, parfait, ne parlez pas de nous, on verra. Si nous gagnons, nous serons là aussi et on verra à ce moment-là ». Finalement c’est eux qui doivent se déplacer pour venir chercher leur qualification… Sauf que nous sommes là aussi et nous voulons nous qualifier ! Qui a le plus de pression ? Je ne sais pas, mais une chose est certaine, on a hâte de jouer ce match ! Nous nous sommes offert cette chance et nous voulons continuer ! »

F.T : En résumé les clés du match sont : agressivité, combativité, collectif et profiter à fond ?
D.L : « Exactement ! Il faut prendre du plaisir sur le terrain et à partir de là tout le monde va se battre de la 1ère à la dernière minute pour cette qualification. Il ne faut pas se mettre de pression inutile ; il faut rester dans ce qu’on sait faire, tout en élevant notre niveau à la hauteur que nécessite l’enjeu. Le combat, ne jamais abandonner, c’est ça notre ADN. Il faut le garder pour ne rien regretter après ».

F.T : Pour finir, est-ce que tu as un message pour les fans qui ne peuvent pas venir vous voir ?
D.L : « Je veux dire merci à tout le monde ! Nous avons reçu un nombre incroyable de messages de soutien, aussi bien en direct que via les réseaux du club. Nous sommes les premiers peinés de ne pas pouvoir jouer devant vous. Nous espérons vraiment que cela puisse arriver, mais ça nous ne le savons pas. Même si vous n’êtes pas au Rhenus, nous sentons votre soutien. Je veux vous dire de continuer à nous pousser, nous supporter, même devant votre écran, sur les réseaux sociaux. Croyez-moi, c’est quelque chose d’hyper positif et motivant. Merci ! »

 

Articles liés: 
novgorod.jpg
Coupes d’Europe

EPIQUE ET MAGISTRAL !

Après la victoire la semaine passée face à l’AEK Athènes, les SIGmen s’étaient offert...
Toutes les actualités