stradim_banniere_400x1333px2021.jpg
stradim_banniere_400x1333px2021.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
annonce_g-curier_1170x547_2.png
Actualités ​A la rencontre de Gaylor Curier

​A la rencontre de Gaylor Curier

Il est la première recrue estivale de la SIG Strasbourg. Officialisé la semaine passée, Gaylor Curier arrive de Lille en ProB afin de (re)faire ses preuves dans l’Elite, après une première expérience écourtée. Partons à la rencontre du nouveau SIGman pour la saison 2021/22.

F.T : Salut Gaylor. Peux-tu te présenter s’il te plait ?

Gaylor CURIER : « Je suis un poste 3/2, athlétique et shooteur de métier. J’ai le sens du combat, du devoir et du spectacle. J’aime beaucoup interagir avec le public. Je suis capable de shooter de très loin et dans des positions incongrues… Mais ce sont surtout les valeurs que je recherche qui comptent pour moi : le combat ! »

F.T : Parle nous un peu de ton recrutement…
G.C : « La chose qui est revenue le plus souvent dans le discours de Nicola c’est le rapport humain et c’est ce qui m’a plu. Je suis un basketteur mais je ne joue pas au basket pour juste jouer au basket. Il y a plus important que ça. Et ce que Nicola m’a décrit comme projet : un groupe solidaire et combatif avec des joueurs qui s’entendent bien et bossent tous vers le même objectif. Le côté humain et agréable dans la vie de tous les jours, sont les deux points sur lesquels il a insisté. C’est comme ça que je fonctionne ».

F.T : Tu connais déjà certains joueurs du groupe il me semble ?
G.C : « Je connais Leo du centre de Formation à Pau. Quand j’étais espoir, il était cadet. J’ai beaucoup côtoyé JB Maille sur le terrain en ProB. C’était la petite rivalité entre Rouen et Orléans. Je connais Yannis sur et en dehors du terrain, car mon meilleur ami est pote avec lui. Enfin, Ike Udanoh et DeAndre Lansdowne m’ont envoyé un petit message pour m’accueillir, mais eux je les connais…au travers de la télé [rire] ».

F.T : L’année dernière, un des points forts était l’entente, l’unité du groupe…
G.C : [il coupe] « ça se voyait ! J’ai vu pas mal de matches et encore plus quand Thomas Hieu-Courtois est arrivé. On voyait une bande de potes sur le terrain : autant les réactions du banc que sur le terrain, tout le monde allait dans le même sens. Le basket reste un jeu donc autant le faire en s’amusant avec des potes, c’est plus efficace et rend le travail plus agréable. Quelque chose pour lequel je mets un point d’honneur tous les jours : j’ai le sourire. Je suis quelqu’un de très ouvert. J’ai hâte de connaître les personnalités de chacun ».

F.T : Cette saison est un retour dans l’ELITE pour toi, après un premier passage écourté.
G.C : « La BCL et la Betclic ELITE sont des compétions prisées et prestigieuses. Ça fait plaisir de remettre un pied en Betclic Elite. J’ai hâte de prendre la mesure du championnat, d’apporter ce que je sais apporter. Je n’ai pas envie de changer en tant que joueur ou de personne pour montrer quoi que ce soit. Je vais essayer de rester le même, de faire ce que je faisais en ProB, mais un cran au-dessus, en essayant d’être aussi efficace ».

F.T : Ta première expérience à Orléans en Jeep ELITE t’a marqué...
GC. : « c’était une expérience un peu frustrante. J’avais pas mal bourlingué et je découvrais la Jeep ELITE et comme j’ai déjà dit, j’avais l’impression d’avoir une tablette de chocolat dans les mains et au moment de croquer dedans on me l’a enlevé. Il y a eu beaucoup d’excitation à l’idée de jouer un cran au-dessus et …je n’ai pas eu le temps. C’était frustrant car je pense avoir un profil adapté à ce niveau. Je suis quelqu’un d’athlétique, je vais beaucoup au rebond offensif. Je sais que je peux coller dans ce type de jeu qui est différent de la ProB. J’ai hâte de m’y mettre ».

F.T : Cette saison sera aussi ta première sur la scène européenne. Un mot sur la BCL ?
G.C : « Ça m’excite. Je suis un fan de basket et les noms des clubs présents me parlent. C’est prestigieux. Y être associé c’est super gratifiant. Je suis un compétiteur, que je joue contre un club de Betclic ELITE ou contre Tofas Bursa je vais jouer avec la même envie, à 4000% ! J’ai conscience qu’il y aura des attentes autour de nous, mais on fait ce métier pour ça. Je trouve que c’est plus intéressant d’être dans cette position où l’on est dos au mur, on n’a pas le droit à l’erreur car tout le monde nous attend et veut nous faire sauter la tête ».

F.T : Cette signature est aussi synonyme de retour en Alsace pour toi…
G.C : « C’est une petite fierté. Quand j’étais à Souffel, on avait joué la SIG Strasbourg en présaison. J’étais invité par Rodrigue Beaubois et je venais voir les matches. C’était le gros club à côté et du coup c’est une vraie fierté de revenir et de passer dans le club phare. C’est une région qui m’a beaucoup plu. Je me suis fiancé à Schiltigheim, le marché de Noël, tout est magnifique. C’est ma ville préférée en France ».

F.T : On est obligé de te poser la question. Est-ce que tu as parlé avec Brandon Jefferson avant de signer ?
G.C : « C’est le premier à qui j’ai écrit quand j’ai signé ! On a partagé des choses fortes ensemble. On a gagné des playoffs ensemble en ProB. On a partagé des moments difficiles aussi ensemble. On a connu une période durant laquelle on était diminués physiquement et on se soutenait pour passer au-delà de la douleur et gagner des matches et c’est ce qu’on a fait. Ça créé des liens à vie. J’ai galéré la saison dernière et Brandon a toujours été là à me soutenir ».

F.T : Pour finir, quelles sont tes ambitions ?
G.C : « Je suis du genre à ne me mettre aucune limite. Je suis persuadé de pouvoir apprendre encore énormément de choses, être un joueur qui progresse année après année. J’ai toujours eu de grandes ambitions, je veux aller très haut dans ma carrière, mais je ne brûle aucune étape. Cette année je suis à Strasbourg, j’ai envie de gagner un maximum de matches et, ce dont j’ai envie également, c’est de retrouver les moments d’échanges avec les supporters. Cette année, ça nous a vraiment manqué ».

Articles liés: 
Toutes les actualités