Image
udanoh2_monaco.jpg
12 déc 21 - Résumé de match

Même pas peur !

Après un mois sans match au Rhenus, les SIGmen ont retrouvé leur antre et leur public. Venu en nombre, la #SIGArmy était proche des 6000 supporters pour voir ce choc face à l’ogre monégasque. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils en ont eu plein les yeux car les SIGmen ont dompté la Roca Team au terme d’un match de haute volée remporté 99 à 90. Un ogre ? Même pas peur !

Sans Leo Westermann, Jerry Boutsiele, Rob Gray restés en principauté et avec Will Thomas et Mike James en civil sur le banc, la Roca Team avait tout de même très fière allure au coup d’envoi. Côté strasbourgeois, ce match était le dernier du shooteur Tony Crocker qui finissait sa pige à l’issue de cette rencontre. Ce sommet de Betclic ELITE débutait avec Monaco qui ouvrait le score, mais qu’importe le 0-5 d’entame les SIGmen répondaient présents et sous l’impulsion de Yannis Morin et Matt Mitchell, la SIG Strasbourg prenait les commandes : 10-9, 3’30. Les deux équipes offraient de belles prestations et le spectacle était plaisant même si les arbitres avaient un peu trop tendance à s’inviter au buffet. Les trois anti-sportives en un quart-temps, on s’en serait bien passé…Bref, après 7’, nos joueurs jouaient les yeux dans les yeux avec les visiteurs et cela faisait plaisir à voir (20-20, 7’). Archi dominatrice au rebond, 16 à 4 en faveur des SIGmen, la SIG Strasbourg avait de la g***** et le public était ébloui par les 10 minutes que venait de produire leurs protégés qui faisaient la bascule en tête grâce à un 8-2 dans les derniers instants. Fin du 1er quart-temps : 28-26 (éval : 33-27).

Quelle belle machine que celle que Lassi Tuovi mettait en avant avec cette équipe. Seulement deux balles perdues en 10’, que demander de mieux ? Bien évidemment, rien n’allait nous être offert car cette Roca Team n’était pas venue non plus avec les mains en haut du guidon. Néanmoins, notre agressivité était au diapason de l’enjeu et le temps passant, les Alsaciens faisaient la course en tête : 38-33, 14’30. Vous voulez une illustration de cette agressivité ? Demandez à Alpha Diallo ce que ça donne quand Yannis Morin vient vous postériser avec une violence dingue ! Le pivot strasbourgeois nous sortait une très bonne 1ère mi-temps (8pts-6rbs) et à 4’ de la pause nous étions dans les clous : 42-38, 16’. Les efforts fournis étaient conséquents et la fin de mi-temps voyait les conséquences de cette fatigue se faire sentir dans les jambes de Dre Lansdowne et sa bande. Monaco de son côté ne levait pas le pied et le 4-11 qui suivait piquait et permettait aux visiteurs de croire qu’ils allaient rejoindre les vestiaires devant…Mais c’était sans compter sur John qui plantait une belle banderille au buzzer pour égaliser ! WAOUH ! Mi-temps : 49-49 (éval : 53-50).

Le retour de la pause était tout simplement sublime. Les SIGmen sautaient à la gorge de Monégasques qui étaient KO debout ! Un 8-0 appelait un temps-mort de coach Mitrovic et faisait exploser les 6000 spectateurs, mais rien n’y faisait les visiteurs avaient la tête sous l’eau mes amis. Dans une salle qui ne demandait qu’à exploser, John Roberson les enfonçait encore un peu plus à la suite d’un 3+1 qui donnait 12pts d’avance au sien. Et que dire quand le run se muait en véritable gifle, oui messieurs dames : une gifle ! Un alley-oop de John pour Ike ponctuait un 19-2 en 4’40 qui était tout bonnement délicieux et le score n’en était pas moins : 68-51, 25’. Un second temps-mort était demandé à Monaco où le coach faisait connaître avec « délicatesse » son désappointement sur ce qui venait d’arriver… Le jeu s’équilibrait un peu plus mais l’intensité défensive des SIGmen ne diminuait pas et le score était toujours confortable à 2’ de la fin de la période : 74-60, 28’. Les derniers instants n’allaient pas changer la tendance car c’était bien la SIG Strasbourg qui menait à la Fin du 3ème quart-temps : 76-64 (éval : 90-61)

En revanche le début de l’ultime quart était plutôt glaçant. Monaco passait la seconde et la SIG Strasbourg était à l’arrêt. Impossible de concrétiser la moindre action et dans le même temps les Monégasques enquillaient pour venir souffler dans la nuque Mitchell & Co. Ainsi le 8-0 pour lancer le débat final relançait totalement le match et tout était à refaire : 76-72, 33’. Mais comme souvent John Roberson allumait une mèche à 3pts qui allait mettre littéralement le feu aux poudres. La réaction strasbourgeoise était magnifique car, dans son sillage, nos joueurs plantaient un run qui faisait du bien et qui ressemblait peu ou proue à une mise à mort de l’ogre monégasque : 91-76, 35’30. En effet, même si Monaco offrait les derniers soubresauts d’une bête à l’agonie (95-86, 38’), c’était bel et bien l’équipe de Lassi Tuovi qui allait l’emporter au terme d’un match énorme de qualité, d’envie, d’énergie, d’exemplarité. Qu’on se le dise, ils ne craignent personne : BRAVO MESSIEURS. SCORE FINAL de 80-69 (éval : 96-73).

Image
statsestrepro.png
Ce soir, le collectif l'a emporté face à une équipe de Monaco qui n'aura finalement jamais réussi à se mettre en bon ordre de marche. Impressionnante de bout en bout, la SIG Strasbourg a pu compter sur un John Roberson de feu (23pts-7pds), un Léo Cavalière héroïque (14pts-7rbs), un Matt Mitchell sérieux (16pts) ou encore un Ike Udanoh mort de faim (8pts-5rbs-3ints-2pds). Après avoir épinglé LDLC ASVEL à son tableau de chasse, les SIGmen font tomber l'autre favori dans un Rhenus en feu, montrant à la France du Basket qu'ils n'ont peur de personne!
 

Légende