header_sigarmy.jpg
stradim_banniere_400x1333px2021.jpg
stradim_banniere_400x1333px2021.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
maille_paris.jpg
Actualités [21/22]#25 : SIG Strasbourg - Paris Présentation Résumé Statistiques Photos Vidéos

​Comme un goût amer…

Après la très belle qualification pour la Finale de la Coupe de France, la SIG Strasbourg retrouvait son Rhenus et son public dans le cadre de la Betclic ELITE et d’un match face à Paris Basket. Hélas un retour gâché par une défaite (82-87) consentie dans les deux dernières minutes à cause d’un 0-13 en 1’50 qui a tué le match et tous les efforts fournis avant…

Les SIGmen avaient un peu de mal à trouver du rythme en début de rencontre. Les jambes étaient peut-être un peu lourdes après un week-end chargé. L’engagement était là, ne vous y trompez pas, mais l’adresse était famélique. Leo Cavalière s’imposait pourtant dans la peinture offrant 2 fois plus de tirs à notre équipe qu’à Paris, mais le 1/9 après 4’ nous pénalisait méchamment : 2-7, 4’. Le problème était aussi que même quand les SIGmen retrouvaient un peu d’adresse pour recoller, les arbitres se montraient un peu dépassés par les événements. Une ou deux décisions avaient le mérite de réveiller tout le monde et vraiment mettre la machine SIG Strasbourg en route ! Ainsi, un 9-2 avec Leo comme pétard ambulant nous portait et le collectif strasbourgeois retrouvait une belle allure : 13-10, 6’30. Ce brave Leo nous sortait un quart de mastodonte avec 4pts et surtout 7rbs et toute l’équipe se mettait au diapason pour boucler la période en boulet de canon. Donnant une leçon aux Parisiens dans la bataille du rebond (15-7 après 10’), impactant et débordant d’envie, l’équipe bouclait le quart sur un buzzer beater de Dre Lansdowne à 8m pour prendre 4pts d’avance. Fin du 1er quart-temps : 21-17 (éval : 25-16).

Après 5’ nécessaire pour se mettre en marche, on sentait vraiment notre équipe prendre ses marques et imposer son jeu. Paris n’arrivait pas à stopper l’équipe de coach Tuovi qui récitait ses gammes avec facilité. Et, quand un 10-0 à cheval sur les deux périodes leur tombait sur la tête, Kyle Allman et sa bande ne pouvaient que constater les dégâts : 28-17, 13’. Temps-mort Paris et temps-mort payant. Celui-ci réussissait à galvaniser nos adversaires qui revenaient un bien meilleur visage et Juhann Begarin and Co mettaient un peu plus l’allant à leur basket qui était jusque là assez brouillon. Il était temps et surtout cela rééquilibrait les débats car les deux équipes jouaient de nouveau les yeux dans les yeux : 34-29, 16’. Lassi Tuovi sentait le vent tourner et prenait à son tour un temps-mort plus que nécessaire pour rappeler à l’ordre ses hommes car Paris prenait très clairement trop ses aises et, à 1’50 de la pause Begarin redonnait l’avantage aux siens (34-36, 28’10). Au final, ce sont bien les Parisiens qui finissaient fort pour rejoindre les vestiaires en tête. Mi-temps : 38-40 (éval : 39-39).

Les débats venaient vraiment de s’équilibrer et surtout Paris profitait de chaque espace pour faire fructifier son avance (40-47, 21’30). Heureusement, la SIG Strasbourg comptait dans ses rangs quelques pompiers de service pour éteindre le début d’incendie. Avec patience et sérieux l’équipe de coach Tuovi laissait Allman et son équipe prendre confiance pour mieux tuer dans l’œuf leur velléité. Kam Taylor, Ike Udanoh ou encore Matt Mitchell mettaient leur bleu de chauffe pour passer un 11-4 des plus plaisant et ainsi remettre l’église au milieu du village : 54-51, 26’45. De son côté Leo cavalière était déjà en double-double avec 10pts et 12rbs à la fin du quart, mais le show était hélas assuré par les arbitres qui nous gratifiait de décisions incroyables. Les deux coachs en payaient l’addition en écopant chacun d’une faute d’une faute technique, même si le coup de sang de coach Prat aurait pu mériter bien plus... Bref, passons. Ne donnons pas plus d’importance qu’il n’en faut à tout ceci car, à l’approche du dernier quart, tout était encore à faire. Fin du 3ème quart-temps : 63-60 (éval : 69-58).

Décidemment, Leo Cavalière nous claquait son match de la saison. Grace à lui l’équipe ne lâchait rien et sa hargne, son abnégation et son fighting spirit nous faisaient du bien pour prendre le large à 7’ du buzzer : 72-66, 33’. Mais Paris n’abandonnait pas et à la sueur de leur front les visiteurs nous rappelaient qu’ils étaient toujours là au point de souffler toujours dans la nuque d’une SIGArmy bouillant comme une cocotte-minute prête à exploser (72-71, 34’45). Mais JB Maille se montrait extrêmement précieux dans deux côtés du terrain. Il se démenait d’une force incroyable et grâce à lui, l’équipe se donnait un peu d’air quand il distillait un caviar à Jordan Howard qui marquait deux points à 2’ de la fin: 82-74, 38’. Mais soudain le ciel tombait sur la tête de nos SIGmen. Le ciel peut-être pas, mais les fautes c’était certain. Avec 8 fautes à 2 contre la SIG Strasbourg dans le dernier quart difficile de pouvoir lutter à armes égales. Le money time avait d’ailleurs un goût très amer car 4 coups de sifflets dont 3 incompréhensibles permettaient à Paris de réaliser une remontée incroyable. Ainsi le 0-13 en 2’ était fatal et tous les efforts consentis avant étaient anéantis par une fin de match qui laissait sans voix bon nombre de personnes… SCORE FINAL de 82-87 (éval : 92-83).

statsestrepro.png
Si la SIG Strasbourg a pu compter sur un binôme Cavalière/Maille de feu, dominante comme jamais dans la peinture avec 27 rebonds offensifs, difficile de lutter avec un tel écart aux fautes : 28 à 15 contre les SIGmen… Sans parler des 32 lancers francs tombés en conséquence sur nos têtes… On aurait beaucoup de choses à dire, mais le plus important est d’aller de l’avant malgré cette défaite qui fait mal à la tête car l’équipe de coach Tuovi ne méritait pas ça…
F.T.

Légende