Image
lansdowne_monaco.jpg
15 Mar 22 - Présentation

​Dantesque !

Une victoire importante en BCL, suivie par un déplacement chez un ogre du championnat 48h plus tard : voilà le programme du début de semaine de nos SIGmen. Vingt-quatre heures après Szombathely et vingt-quatre heures avant Monaco, ce mercredi 16 mars à 19h, petit point d’étape.

Il y a 24h la SIG Strasbourg a empoché une victoire importante face à Szombathely. Un 3ème accessit dans le Top 16 de la BCL obtenu aux forceps ! En effet, un incroyable trou noir entre la 25ème et la 35ème minute a bien failli galvauder les efforts consentis auparavant. « On est passé très prêt de mériter une défaite, mais d’un autre côté, quand tu joues pour obtenir ta qualification pour le Top 8, il ne faut pas s’attendre à ce que les choses soient faciles » commente plein de lucidité coach Tuovi. Heureusement, l’équipe a su trouver en Kam Taylor un ‘go to guy’ d’une solidité à toute épreuve pour éviter le naufrage intégral, arracher la prolongation et enfin verrouiller la victoire.
Szombathely validé …
A ce sujet le capitaine DeAndre Lansdowne, lui aussi exemplaire, ne tarie pas d’éloges concernant le joueur prêté par le Maccabi Tel-Aviv : « Kameron a fait un très bon job. Il nous a permis de rester dans le match et d’aller en prolongation. C’est un très bon élément pour l’équipe. Dans le dernier quart-temps, Falco a commencé à jouer très physique, mais on a plusieurs armes pour répondre à ce genre de situation. Et à ce titre, hier, Kameron a une nouvelle fois été très consistant dans son jeu, mais toujours au service du collectif ». Aujourd’hui, plus que jamais, dans ces moments difficiles, il est de toute manière très claire que, même si la lumière a été sur Taylor lors du dernier match, il n’y a pas de star dans cette équipe. Ce groupe fait preuve d’une résilience et d’une abnégation hors norme : la star c’est l’équipe !

Certains diront que les joueurs se sont rendus les choses difficiles. OK, soit. Mais en grand adapte de philosophie le capitaine aborde les choses autrement : « C’était un bon match avec des hauts et des bas. On a joué un basket très collectif en 1ère mi-temps, après on s’est fait peur, mais l’équipe a continué à se battre. C’est la philosophie de ce groupe de ne jamais abandonner, de ne jamais penser qu’un match est perdu ou gagné. Ce n’était pas du beau jeu pendant 45 minutes, mais il nous fallait une victoire pour se rapprocher du Top 8. C’est chose faite ». Un pragmatisme que complète le coach avant de faire la bascule sur le prochain match : « On ne se plaint pas et on ne cherche pas à être plaint. Chaque jour est un nouveau jour, chaque match un nouveau. Je pense que nous traversons une période clé de notre saison. Si on ne baisse pas la tête, si on se bat et si on est fier de chaque victoire on avancera. Inutile de se demander si on pleurera plus tard, car on ne sait pas de quoi demain sera fait. On se doit d’être concentré sur nous même, le match en cours et, entre les matches, sur la prochaine échéance. Bien évidemment ce n’est pas simple, mais ce sont aussi dans des périodes comme celle-ci que le collectif se soude encore plus ».

… Monaco dans la foulée !
On ne sait pas de quoi demain sera fait… Peut-être pas totalement puisque, demain, ce mercredi 16 mars, l’avenir s’écrira sur le rocher monégasque, qui n’a d’ailleurs plus l’air depuis longtemps d’un rocher mais plus d’une montagne. Le programme des SIGmen est clairement Dantesque, mais en prime voici que ce présente une Roca Team qui fait peur à l’Europe entière. Vous pensez qu’on en fait trop ? Allez dire ça au champion d’Europe en titre, l’Anadolu Efes qui vient d’en prendre 22 ! En 2022 en Euroleague, l’équipe princière affiche un ratio à faire pâlir bon nombre de clubs avec 8 victoires en 11 matches. En championnat, on est grosso modo sur les mêmes standards. Cette équipe marche sur ses adversaires, dicte son rythme, sa physionomie et concasse quand elle le souhaite. Des chiffres il y en aurait à la pelle pour résumer sa supériorité, quand bien même les hommes de coach Obradovic ne sont ‘que’ 2ème du championnat. Rien que le fait de pouvoir pianoter entre 16 joueurs depuis le début de la saison est un luxe rare…

Cette équipe monégasque impressionne et surtout elle a l’habitude d’avoir un calendrier colossal. Le capitaine DeAndre Lansdowne sait que la priorité avant cette rencontre sera en premier lieu la récupération. « Le match contre Falco était très physique donc, le plus important, c’est que chaque joueur récupère et qu’on soit tous en forme. On enchaîne avec un match face à une très bonne équipe de Monaco. Ce sera un grand défi !». Un propos confirmé par son coach : « il faut qu’on soit d’abord physiquement prêt à jouer un match très physique. On n’a pas le temps de préparer un plan de jeu super précis, donc il faudra se reposer sur les qualités intrinsèques à notre groupe. Rien n’est simple, c’est certain, mais cette équipe aime jouer et a montré à plusieurs reprises qu’elle sait se battre et qu’elle n’abandonne jamais ».

Ça personne n’en doute ! Autant tout le monde est assez lucide pour prendre la mesure de l’adversaire à venir et de la difficulté de ce qui se présente devant nous, autant tout le monde a maintenant compris : cette équipe ne lâchera jamais rien, qu’importe qui se présente face à elle et qu’importe le calendrier ! Le Dantesque ne fait pas peur à DeAndre Lansdwone et son armée !
 

Image
udanoh2_monaco.jpg