Image
photo_logote_sitemonaco.jpg
16 Mar 22 - Résumé de match

​Ils méritaient tout sauf ça !

La SIG Strasbourg affrontait ce mercredi 16 mars la Roca Team de Monaco en match avancé de la 24ème journée de Betclic ELITE. Une rencontre que tout le monde savait compliquée au regard du calendrier et surtout des absences dans les rangs strasbourgeois. Mais, fidèle à ses valeurs, notre équipe s’est donnée sans compter. Repoussant dans les cordes Monaco, la SIG Strasbourg n’a hélas pas réussi à repartir du rocher avec une victoire, faute à un improbable buzzer beater de Dwayne Bacon à 10m après prolongation : CRUELLE DÉFAITE. ILS NE MÉRITAIENT PAS CA !

Toujours privée de Yannis Morin et de Jaromir Bohacik, la SIG Strasbourg devait composer également sans Jordan Howard pour ce match. C’est donc avec seulement 7 pros que l’équipe de coach Tuovi débutait cette rencontre. Néanmoins les premières minutes étaient à l’avantage des SIGmen qui profitaient de la maladresse locale pour prendre un avantage de 6pts que peu de monde attendait : 0-6, 2’45. Monaco trouvait enfin le chemin des filets après 3’, mais nos joueurs jouaient crânement leur chance face à des monégasques en dilettante : 5-11, 4’30. Coach Obradovic prenait immédiatement un temps-mort car à tous les coups, lui non plus ne s’attendait pas à une telle entame. Petit break salvateur pour la Roca Team car derrière la machine se mettait en marche et la sanction était sans appel avec 13-4 en 4’ qui permettait à Dwayne Bacon de prendre confiance et de donner l’avantage à son équipe : 18-15, 8’30. Fort heureusement, Gaylor réglait la mire à 3pts et ses 2 primés permettaient de rester à hauteur à la Fin du 1er quart-temps : 21-21 (éval : 21-26).

Egalité après 10’, voilà quelque chose qui faisait plaisir au regard des circonstances. Cette équipe joue avec un cœur et une envie de malade et le début du 2ème acte le confirmait. Alors que la défense de Monaco se montrait un peu laxiste nos joueurs eux étaient extrêmement sérieux en déployant un jeu séduisant. En fer de lance de notre attaque, Gaylor Curier avait la main chaude. Avec déjà quatre paniers à 3pts dont un magnifique 3+1 après 2’ dans la période, il permettait à l’équipe de prendre le large : 23-30, 12’. Mais attention, en face ce n’était pas n’importe qui. Relevant le curseur de l’agressivité, les locaux prenaient à la gorge les SIGmen pour calmer leurs velléités qui n’étaient pas du gout de leur coach. Ainsi, sans attendre un 7-0 remettait rapidement les choses à plat (30-30, 14’). Mais si vous pensez que cela allait inquiéter Matt Michell & Co, vous vous trompez. Sans paniquer, très opportunistes et surtout très sérieusement, nos joueurs tenaient la dragée haute à Monaco qui était à 6pts de retard à 2’ de la pause : 34-40, 18’. Un écart qui allait encore un peu monter après un tir longue distance d’Ilan Pietrus. Mi-temps : 41-48 (éval : 40-60).

Une sympathique 64,5% de réussite, agrémenté d’un coquet 6/13 à 3pts, le tout saupoudré de 14 passes à la pause… La recette du collectif strasbourgeois était jusque là pour le moins goûteuse sur le parquet monégasque !

Tout le monde n’avait qu’une chose en tête au retour sur le parquet : attention au réveil de la bête blessée. Mais à la stupeur générale, les SIGmen faisaient encore grimper le curseur et, après 3’ de jeu, le 3-11 en faveur des Alsaciens, qui prenaient 15pts d’avance, faisait dégonder coach Obradovic lors du temps-mort qui suivait : 44-59, 23’. Les joueurs de Monaco avaient-ils réellement pris au sérieux notre équipe de guerriers ? Personne ne le savait, mais dans les faits, au-delà de tout commentaire ambiguë, force est de constater que cette SIG Strasbourg en effectif réduit était très séduisante et que la Roca Team ne trouvait pas la parade (53-67, 26’) … jusque-là ! Mais attention car, subitement, avec un Bacon très chaud (19pts à la 30’) Monaco passait la seconde. En effet, les locaux se rapprochaient, faisant de chaque action une piqûre de rappel aux SIGmen qui ne devaient pas lever le pied. La défense locale sortait les muscles pour boucler la période et notre équipe voyait une déferlante s’abattre sur elle pour finir ces 10’ sur un 15-4. Fin du 3ème quart-temps : 68-71 (éval : 75-88).

Attention, à ne pas s’effondrer ! La pause faisait du bien et on ne pouvait que constater une nouvelle fois avec quel cœur et quelle hargne cette équipe de la SIG Strasbourg se battait sans compter. Alors bien sûr, cette Roca Team regorge de talents indéniables, mais finalement, à 5’ du buzzer on ne pouvait qu’être fier de ce qui se produisait sous nos yeux ! Ce maigre avantage de 2pts, Ike Udanoh, Dre Lansdowne ou encore Kam Taylor, tous ils le défendaient bec et ongle : 76-78, 35’. Tout le monde était au rupteur, mais il était évident que peu importe le money time à venir l’équipe voulait faire honneur à nos couleurs. Matt Mitchell trouvait des failles dans la défense monégasque et à 3’ de la fin tout était encore possible : 83-82, 37’. Quelle tension ! Westerman, James et Diallo devaient s’employer pour garder ce maigre avantage car en face Matt prenait ses responsabilités pour nous maintenir à flot et à 40 secondes de la fin le temps mort monégasque avait des airs de vent de panique (87-86, 39’20). Le retour en jeu en était une illustration avec la perte de balle de Bacon, intercepté par Kam Taylor qui envoyait au 2+1 Ike Udanoh à 18sec de la cloche : 87-89, 39’42. Mais hélas Mike James se frayait un chemin dans la peinture pour égaliser à 7 de la fin avant que Taylor ne manque le tir de la gagne au Buzzer. PROLONGATION ! Fin du temps réglementaire : 89-89 (éval : 97-105).

Ike Udanoh était le premier à débloquer les compteurs mais hélas derrière deux fautes qui étaient sifflées dont une cinquième grandement discutable ! Monaco en profitait pour faire un 3/4 sur la ligne et remettre le lead un court instant, mais Matt Mitchell ne tremblait pas et à la 42ème Strasbourg était devant : 92-93. Dre assumait son rôle de capitaine à la perfection en trouvant des solutions à chaque coup de boutoir de Mike James. Le score passait de 100-99 à 100-101 puis 102-101 à 23sec du terme et les instants suivants étaient terribles ! Alors que Dre pensait avoir donné la victoire à son équipe à 1,7 secondes de la fin, Dwayne Bacon crucifiait au buzzer à 10m la SIG Strasbourg qui ne méritait pas ça ! SCORE FINAL : 105-103 (éval : 117-124).

Image
statsestrepro.png

Quelle tristesse… Au regard des tonnes de bravoure et d’envie déployés dans ce match, la SIG Strasbourg méritait tout sauf ça ! Une défaite au buzzer qui fait mal… Qu’importe les absents cette équipe se met le c** par terre et nous ne sommes pas désolés de le dire : les SIGmen auraient mérité l’emporter ! Messieurs, vous avez perdu, mais sachez-le : NOUS SOMMES FIERS DE VOUS !

F.T.

 

Légende