header_sigarmy.jpg
stradim_banniere_400x1333px2021.jpg
stradim_banniere_400x1333px2021.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
1170x547dre.jpg
Actualités ​[Grand format] : la parole est au capitaine

​[Grand format] : la parole est au capitaine

A deux jours du match aller du quart de finale de Basketball Champions League face à Holon, la parole est donnée au capitaine DeAndre Lansdowne.

Ce dimanche, à peine rentré de Cholet, il était de ceux qui n’ont pas hésité à chausser une paire de basket pour aller réciter ses gammes sur le parquet du Rhenus. Exemplaire sur et en dehors du terrain, DeAndre Lansdowne a très vite fait la bascule après la victoire face à Cholet, pour se concentrer sur le quart de finale de BCL face à Holon. Le shooting terminé, il s’est posé avec coach Tuovi afin d’anticiper l’analyse vidéo de son futur vis-à-vis et plus globalement du choc à venir : un véritable stakhanoviste du travail.

Entre lecture de philosophie et soin avec notre kiné, Captain Dre a pris le temps dans sa routine plus précise d’une montre Suisse pour livrer son sentiment au moment d’aborder ce face à face avec l’Hapoel Holon.

"Il faut profiter et vivre ces instants"

F.T : Petit retour sur le match face à Cholet. Une victoire acquise au forceps… 
DeAndre Lansdowne : « Cholet est l’équipe en forme de la ligue. Il était sur une très belle série de victoires. Le coach avait prévenu, ce match allait avoir un air de Playoffs. On savait qu’ils n’allaient jamais abandonner, peu importe qu’on mène de 15pts. Aucune victoire n’est promise à l’avance. Nous avons gagné, mais nous avons aussi perdu ce type de match. Nous n’avons pas abandonné nous non plus. Nous avons mis de bons tirs pour rester dans le match et Jordan a mis un gros tir pour l’emporter ».

F. T : Un petit mot sur le retour de Yannis. Cela rééquilibre un peu le jeu de l’équipe.
D. L : « C’est mieux de l’avoir dans l’équipe. Le coach nous demande de jouer très agressif en défense, de mettre du rythme, de ne pas ralentir. C’est mieux d’avoir Yannis en plus avec nous. Il se sent de mieux en mieux et le montre match après match et ça se voit dans son jeu : au rebond, en transition, sur des layups faciles et dans l’intensité de ses dunks. On sent qu’il est de plus en plus à l’aise dans le jeu. Quand il sera revenu à 100% physiquement, il sera encore plus dominant. Nous avons confiance en lui ».

F.T : Parlons de ce quart de finale face à Holon. Quel est le premier mot qui te vient en tête ?
D.L : « FUN ! Sans réfléchir, c’est le premier qui me vient. On va jouer dans une salle avec une grosse ambiance, contre une très bonne équipe, lors d’une série éliminatoire dans une Coupe d’Europe. Il faut profiter et vivre ces instants. C’est un honneur pour nous d’être de retour parmi les 8 meilleures équipes de BCL … ».

F.T : … c’est également le cas pour Holon qui atteint aussi pour la 2ème année de suite les quarts de finale…
D.L : « Oui, les deux clubs y font leur retour et les deux ont à cœur de se racheter après avoir perdu lors du dernier Final 8. Ils avaient perdu en quart et nous en demie. Nous voulons aller au Final 4, nous voulons gagner. Une chose est certaine, nous ne sommes pas là sur un coup de chance ou par hasard, sûrement pas deux ans de suite. Mais ce n’est pas une finalité. Le défi commence réellement maintenant et ça nous en avons conscience ».

stradim

F.T : Holon a l’avantage du terrain et a gagné 7 de ses 8 matches à domicile en BCL…
D.L : [il coupe] « Chaque équipe veut gagner à domicile, mais aucune équipe n’est imbattable à domicile ! Il ne faut jamais oublier ça. Une chose est simple et claire, pour être une bonne équipe tu dois savoir protéger ton parquet, mais si tu veux vivre une belle saison, tu dois aussi savoir gagner à l’extérieur. On garde ça à l’esprit depuis le premier match de la saison dernière ».

F.T : Est-ce qu’on peut dire qu’au regard de tout ce qui est arrivé cette saison, blessures, départs, Covid, retours, absences, cette équipe s’est forgé un gros mental ?
D.L : « Il est certain que cette saison est loin d’être calme. Nous avons traversé beaucoup de moments compliqués, mais nous nous sommes construits en tant qu’équipe au travers de toutes ces épreuves. Nous sommes une équipe avec un collectif très soudé. On se dit les choses, personne ne se cherche d’excuse, on avance tous ensemble et on traverse les périodes compliquées ensemble. Tout le monde a le même état d’esprit et un objectif commun. Ça se ressent sur le terrain. Nous avons confiance les uns envers les autres, c’est une de nos plus grandes forces ».

"nous devons pouvoir nous regarder en face et se dire : on a tout donné"

F.T : L’équipe semble être en mission pour aller chercher une qualification pour le Final 4…
D.L : « Nous sommes unis, de plus en plus à l’aise et au diapason avec ce que le coach nous demande. On est concentré sur ce qu’on veut. On est parfois fatigué, il y a des petites blessures par ci par là, en championnat la course pour les playoffs est serrée… Il y a pleins de facteurs qui jouent sur le scénario de la saison, mais le plus important c’est de toujours avancer sans se cacher derrière des excuses. Nous jouons tous les matches pour les gagner, peu importe qui est en face, peu importe la compétition, peu importe les joueurs disponibles. C’est notre travail, nous avons signé pour ça. On nous dit parfois : « mentalement vous devez être fatigués par l’enchaînement des matches », je n’ai qu’une réponse à donner : on a signé pour ça ! Rien n’est facile et il ne faut pas s’arrêter à ça. A la fin de la saison nous devons pouvoir nous regarder en face et se dire : on a tout donné, on a fait une bonne saison. Est-ce que nous sommes en mission ? Oui nous le sommes, mais pas uniquement sur ce quart de finale ».

F.T : Quelles sont les clés de ce quart de finale selon toi ?
D.L : « C’est une série au meilleur des trois matches. Il faut garder en tête que tout est possible. Que tu gagnes ou que tu perdes le premier, il faut avoir en tête que le deuxième sera encore plus dur. Chaque match est un « do or die ». Mais le premier est important pour montrer ce qu’on est capable. Nous n’avons jamais joué contre eux, nous allons les découvrir, mais nous savons que nous ne devons pas leur offrir la possibilité de prendre confiance après ce premier match avant de venir au Rhenus. Nous devons jouer notre basket et se donner les moyens de gagner dès le premier match, de le contrôler. Et si nous perdons, il ne faut pas leur laisser l’opportunité d’emmagasiner trop de confiance avant le match retour ».

F.T : Pour finir un mot pour les fans ?
D.L : [en Français] « ALLEZ LA SIG ! » … « C’est un honneur pour nous de mettre ce maillot, porter les valeurs de ce club et représenter Strasbourg en Europe comme nous essayons de la faire. Le public nous pousse, nous transcende … Je n’ai rien de plus à dire que « ALLEZ LA SIG ! » ».
 

Légende