header_sigarmy.jpg
stradim_banniere_400x1333px2021.jpg
stradim_banniere_400x1333px2021.jpg
RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
john_roberson_asm2.jpg
Actualités playoffs22_1/4F #3: Monaco-SIG Strasbourg Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Tombés avec les honneurs

Ce lundi 30 mai avait lieu le match décisif afin de départager la SIG Strasbourg et Monaco dans le cadre des quarts de finale des Playoffs 2022. Après la victoire des SIGmen à l’aller sur le rocher, la Roca Team avait rendu la monnaie de sa pièce aux Strasbourgeois en s’imposant au Rhenus au terme d’une prolongation Dantesque. Il a donc fallu une belle et ce 3ème match et une nouvelle fois une prolongation irrespirable pour au final accoucher sur une défaite tellement rageante de la SIG Strasbourg. Une défait et une chute les armes à la main qui sonne le glas de la saison…

Un peu d’histoire avant de commencer

Avant de débuter petit rappel historique. Lors des 20 dernières saisons ont eu lieu 30 matches #3 en quart de finale des Playoffs LNB. Le résultat est sans appel : 27 fois l’équipe à domicile s’est imposée ! Cela permet de prendre la mesure de l’exploit que représente une victoire des SIGmen. Mais tout est possible et la dernière défaite en date de l’équipe accueillant une belle en quart de finale a eu lieu en 2017 avec la victoire de l’ASVEL sur le parquet de … Monaco ! Signe précurseur du destin ? Nul ne peut le dire, mais une chose est certaine, voilà qui situe un peu plus l’exploit que serait une victoire strasbourgeoise en terre monégasque !

Le résumé du match

Belle agressivité de nos SIGmen en début de rencontre qui sautaient à la gorge de la Roca Team. Yannis Morin était incisif et nos shooteurs avaient réglé la mire, si bien qu’après 3’00 le score était sacrément flatteur, mais surtout mérité avec 11pts d’avance à notre actif : 2-13, 3’. Mike James sentait des fournis au bout de ses doigts, mais Matt veillait au grain et sa rage nous permettait de garder le cap (7-15, 4’). Monaco était hors-jeu et les locaux semblaient avoir perdu le Nord. Coach Obradovic n’aimait absolument pas la tournure que prenait les choses et le temps-mort qui tombait après 5’ était pour le moins musclé. Il faut dire que voir son équipe encaisser 19pts dans le laps de temps ne pouvait que lui déplaire : 9-19, 5’. Mais ses joueurs n’y arrivaient pas. Rien ne leur réussissait et le 3/13 de leur part après 7’ était tout simplement hideux… Mais on prend ! D’autant que dans le même temps les SIGmen passaient un 0-12 du plus bel effet pour atteindre 18pts d’avance : 9-27, 8’. La domination était totale et l’évaluation après 10’ résumait à elle seule la période avec un lunaire 7 à 40 pour la SIG Strasbourg qui menait largement à la fin du 1er quart-temps : 14-31 (éval : 4-40).

Attention à l’orgueil du Champion qui va forcément ne pas se laisser faire ! Clairement la leçon des 10 premières minutes ne leur avait pas plu et l’intensité montait de quelques crans en début de 2ème quart. D’ailleurs les contacts devenaient même vraiment limites et certains joueurs monégasques n’auraient pas volé une ou deux fautes de plus, mais bon… Qu’importe, la SIG Strasbourg ne se laissait pas impressionner ! Alors ok le score n’évoluait quasi plus, mais le chrono jouait pour l’équipe de coach Tuovi qui conservait une belle avance après 15’ : 19-38. Le passing game et l’agressivité de nos joueurs étaient incroyable. Leo et JB faisaient péter des câbles à Motiejunas & Co qui ne comprenaient pas ce qui leur tombait sur la tête : 23-42, 17’30. Les tentatives de déstabilisations étaient foison, mais Yannis Morin était remonté comme jamais et ses 11 points, 8 rebonds et 2 contres en 1ère période étaient magiques pour voir notre équipe atteindre les 20pts d’avance : 26-46, 19’. Au final, après 20min qui ressemblaient peu ou proue à un blow out comme on aime, les SIGmen étaient en démonstration sur le parquet du Roca Team en perdition à la Mi-temps : 29-48 (éval : 18-56).

Le retour des vestiaires allait être particulièrement scruté. Nul doute que Monaco allait sonner la révolte. Les premiers instants étaient très clairement de cet acabit. Les locaux mettaient une grosse pression sur nos SIGmen qui ne trouvaient plus le chemin des filets : 36-50, 22’30. Le match n’avait plus du tout la même physionomie et le momentum changeait de côté face à la tornade monégasque qui chahutait violement une SIG Strasbourg dans les cordes. Lassi Tuovi le sentait tout autant que nous et prenait un temps-mort pour donner de l’air à ses joueurs qui étaient en apnée devant le retour des Blancs : 39-50, 23’30. Tout était clairement plus difficile. Toutes les actions étaient une guerre de tranchée et surtout Montiejunas se réveillait pour nous faire mal… très mal. Le bucheron lituanien était dans tous les coups et grâce à lui Monaco repassait sous la barre des 10pts : 48-55, 26’30. Attention à ne pas prendre l’eau trop longtemps car cette Roca Team n’allait pas se gêner pour nous couler sans vergogne. Fort heureusement Amine et Gaylor gardaient leurs esprits et à 2’ de la fin du quart, l’équipe conservait un petit avantage : 50-60, 28’. Cette entrée de Gaylor Curier faisait un bien fou car, une fois l’orage passé, la SIG Strasbourg conservait 11pts de marge à la Fin du 3ème quart-temps : 52-63 (éval : 40-72).

Après une première mi-temps tout feu tout flamme, le scénario devenait salement compliqué. L’intesité qui était déjà haute devenait immense au début du dernier acte : un vrai match de Playoffs. La qualité basket n’était pas des plus sexy et très clairement la SIG Strasbourg n’y arrivait plus du tout en attaque. Coach Tuovi cherchait des solutions et ce fut chose faite après 4’ sans marquer qui nous semblaient bien longues quand Matt Mitchell marquait ENFIN un lay up dans le trafic : 59-65, 36’. Quelle tension ! Se produisait alors un coup du sort incroyable. A 4’ de la fin Noua manquait un lay up offert, incroyable, mais Ike Udanoh qui foirait sa claquette dunk derrière, Lunaire ! Et ne parlons pas du triple en transition de ce diable de Mike James juste avant 2pts de Bacon pour voir Monaco repasser devant à 3’23 du terme : 66-65. MAIS NON ! Le money time allait être irrespirable. Mike James montait en température et derrière John Roberson lui donnait du répondant, mais John perdait aussi bêtement une balle en contre-attaque qui nous aurait fait tant de bien : 70-70, 38’. Quelle fin de match incroyable une nouvelle fois ! La Roca Team ne marquait plus et on pensait le plus difficile fait quand Yannis Morin donnait un avantage de 2pts à son équipe à 20sec du buzzer, mais devinez quoi !? Mike James était leur sauveur une nouvelle fois pour égaliser à 4sec de la fin et envoyer tout le monde une nouvelle fois en prolongation car la dernière action de John Roberson n’allait rien donner. Fin du temps réglementaire : 72-72 (éval : 64-80).

Epique mais surtout irrespirable une nouvelle fois ce match ! Matt débloquait en premier les compteurs, mais Will Thomas allait sur la ligne. Heureusement il en oubliait un en route et derrière Yannis Morin monstrueux assurait à son tour aux lancers : 73-76, 42’. Un vrai combat de gladiateurs que cette belle ! Diallo et James faisaient repasser les leurs aux commades (77-76) et Yannis assurait pour garder de l’espoir, mais Montiejunas s’imposait au pire des moments pour nous. Ainsi à 81-78 à 53sec de la fin tout semblait cuit et d’autant plus quand Leo manquait une claquette seule sous le panier. John nous ramenait à 1pt à 11sec de la fin, mais ce dernier effort n’allait servir à rien car au final c’était bel et bien Monaco car la dernière action et la pénétration de Howard faisait pschitt… SCORE FINAL : 82-80 (éval : 73-88).
 

statsestrepro.png

Clap de fin pour ce quart de finale et cette saison... Une fin un peu dure à accepter à chaud au regard de l’investissement de notre équipe. Nos garçons n’ont jamais lâché et ont fait honneur à notre maillot. On regrettera quelques actions manquées, des choix parfois discutables ou encore de ne pas avoir réussi à mutualiser sur une première mi-temps de feu... Mais, malgré la douleur de cette défaite, n’oublions pas le chemin parcouru. Toute la France du basket promettait deux claques sèches à notre encontre, mais finalement ce sont les armes à la main que l’équipe est tombée. Merci pour votre investissement les gars.

F.T.

 

58165_sig_merci_1170x547.png