RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
conf_presse_luca_banchi.jpg
Actualités ​A l’aube d’une nouvelle ère

​A l’aube d’une nouvelle ère

Ce jeudi 17 novembre la SIG Strasbourg a organisé une conférence de presse durant laquelle a été introduit le nouveau coach Luca Banchi lors d’un point sur l’actualité du club tenu par Martial Bellon et Nicola Alberani.

 Les médias sont venus nombreux afin de rencontrer le successeur de Lassi Tuovi sur le banc de la SIG Strasbourg. Après 123 matches sous nos couleurs, les résultats ont amené le club à statuer sur ce changement et le Président Martial Bellon est revenu une dernière fois sur ce sujet : « ce sont toujours des moments difficiles. Avec Lassi les choses se sont globalement bien passées car c’est quelqu’un de bien. Il a acté avec nous qu’il était préférable de cesser notre collaboration à ce stade. C’est la raison pour laquelle, et ce n’est pas un effet de style ou de la langue de bois, nous nous sommes mis d’accord pour stopper notre collaboration. Au-delà des derniers résultats qui ne sont pas bons, nous n’oublions pas que nous avons passé de bons moments avec Lassi à ce poste ». D’ailleurs, une chose est claire, la SIG Strasbourg n’est pas un club qui ‘consomme’ beaucoup de coaches.

Le Directoire a demandé à Nicola Alberani d’explorer le marché en France, en Allemagne, en Espagne et en Italie.  Après analyse des profils disponibles à ce moment de la saison, le choix s’est porté sur Luca Banchi. La suite a été très rapide, ce qui n’est pas sans déplaire au Directeur sportif Nicola Alberani qui commente « Je suis très content d’avoir Luca à la tête de l’équipe. C’est un coach très expérimenté avec un niveau de basket très élevé. J’avais déjà essayé de travailler avec lui sans réussir. Je pense qu’il va beaucoup apporter à l’équipe et au club ». Il est certain que la venue d’un coach comme Luca Banchi est à la fois un honneur et une opportunité énorme pour la SIG Strasbourg, mais le coach est aussi très heureux : « la SIG Strasbourg est un club reconnu. J’ai eu la chance jouer contre ce club par le passé et également de voir la manière dont il a grandi et ce qu’il a fait de bien. Que la SIG Strasbourg pense à moi est une vraie chance et belle opportunité pour moi ».

L. Banchi : "Je suis très conscient de la situation et de l’ampleur de la tâche"
Si son CV parle de lui-même, il est tout de même intéressant de connaître un peu la vision du principal intéressé : « Venir à la SIG Strasbourg est une opportunité très excitante. Je n’ai jamais coaché en France. J’arrive dans un nouvel environnement avec des personnes que je n’ai jamais rencontrées avant. C’est un vrai défi. Je suis très conscient de la situation et de l’ampleur de la tâche. Je vais essayer d’apporter mon expérience à l’organisation pour impulser un nouveau départ ». Un nouveau départ, voire même un départ tout court car, comme tout le monde le sait,  la SIG Strasbourg est au point mort en France avec une seule victoire en huit matches.
Voilà une situation que le nouveau coach a totalement pris en compte : « Nous sommes dans une situation face à laquelle nous devons trouver une réponse ! Une réponse qui doit vite arriver, de manière agressive tout en apportant la bonne énergie qu’il y a à tirer de la situation d’urgence dans laquelle nous nous trouvons. C’est quelque chose qui dépend de moi, mais c’est aussi de la responsabilité des joueurs d’avoir conscience de la situation dans laquelle se trouve le club dans son ensemble, mais aussi pour nos fans ». Un discours clair de la part du tacticien italien et qui a d’ores et déjà une idée très claire du chemin à suivre pour « sortir de cette position très inconfortable. Il faut trouver la solution tous ensemble en étant conscient qu’il y a toujours une raison si on en est là. Mon travail est de comprendre cette équipe, faire ressortir le meilleur de chacun au sein de l’organisation afin d’élever le niveau de performance et gagner des matches. A ce moment un regard global sur la situation nous fait dire que ça ne va pas, mais ça ne doit pas nous empêcher d’être digne de porter ce maillot. C’est quelque chose qui doit changer ».

Inutile de se cacher, le club est en crise. Mais inutile non plus de tomber dans un défaitisme exacerbé, car les solutions existent et même dans la plus mauvaise des situations il y a quelque chose dont on peut se mourir. Ce jour coach Banchi a voulu montrer la voie. « Il ne faut pas jeter ou tenter d’enfouir l’énergie qui émane d’une crise. Bien sûr nous sommes dans une position inconfortable. En revanche je sais qu’il y a une énergie, une puissance qui nous pouvons explorer et utiliser afin de devenir de meilleures personnes, de meilleurs joueurs et une meilleure équipe ». Bien évidemment la sampiternelle question des objectifs est rapidement apparue, mais à ce sujet le Président Martial Bellon est très clair : « Il faut sortir de la zone rouge le plus vite possible et une fois ce sera fait, nous verrons dans quelles circonstances on peut se fixer comme objectif. Mais il faut y aller pas à pas ».

N. Alberani : "on a fait des erreurs"
Inutile donc de se projeter trop loin, la réalité se situe aujourd’hui avec un match à gagner dès samedi face à Fos, tout en continuant à corriger cette équipe. D’ailleurs, sur ce point, Nicola Alberani est très transparent : « On a fait des erreurs. Aujourd’hui il manque des choses à cette équipe et nous sommes entrain de les corriger. J’aimerai pouvoir parler du futur, mais aujourd’hui seul le présent compte et c’est : nous sommes derniers et nous méritons d’être derniers. Il faut être honnête ». Paul Lacombe a remplacé Jamarr Sanders, Kaspers Berzins est arrivé en tant que pigiste de Ike Udanoh et il y a le sujet Stan Okoye… Sur ce point le Directeur Sportif est clair : « Je pense que nous devons trouver la meilleure solution pour lui et pour nous. Pour le moment il ne fait pas partie du programme du club. On regarde le marché c’est vrai, mais nous attendons de voir aussi quelles sont les capacités de cette équipe selon Luca pour prendre une direction définitive ».
Et d’ailleurs, en parlant de direction, quelle est celle que le coach souhaite donner à cette équipe qu’il prend en cours de route ? Comme chaque coach, il a sa vision du jeu et ce qu’il préfère, mais sa réponse est surtout riche en humilité du haut de sa grande expérience. Voilà bien une chose appréciable au moment de reprendre les rênes de l’équipe : « l’expérience me permet de dire que, dans la situation dans laquelle je suis, je dois d’abord m’adapter aux joueurs que j’ai. Je peux apporter mes idées, mais chaque équipe est différente. Honnêtement, aujourd’hui notre priorité est que cette équipe retrouve la confiance afin de regagner tout en trouvant la meilleure option pour être performante. Peu importe la manière ou le style de basket qu’on proposera, il faut qu’on soit performant, pour créer une vision et une direction communes : enchaîner des victoires ».
L. Banchi : "jouer en faisant les bons efforts est à mes yeux non négociable"
Voilà bien un discours très conquérant et nous n’en attendions pas moins de sa part. Ses premiers entraînements ont d’ailleurs permis de voir à quel point l’intensité était au-delà des habitudes, mais le premier concerné est bien Luca Banchi quand il s’agit de parler de ce qui compte vraiment à ses yeux : « mon équipe doit avoir un bon état d’esprit défensivement, jouer en faisant les bons efforts et ce dernier point est à mes yeux non négociable. Il y a des fondamentaux qui permettent de construire une équipe mentalement et structurellement : tout le monde doit faire des efforts en défense, peu importe les objectifs du club, tu ne peux pas [il insiste], TU NE PEUX PAS, être compétitif si tu ne fais pas toujours plus d’effort. En attaque il est important de partager le ballon. Le partage est donc quelque chose d’inconditionnel des deux côtés du terrain et qui doit caractériser le « ensemble ». Il faut se sacrifier les uns pour les autres et que ce sentiment de sacrifice sur le terrain soit partagé de tous ».

Ainsi, que personne n’en doute, le club dans son ensemble à conscience de l’urgence dans laquelle il se trouve. Inutile d’être frustré de la situation, c’est tous ensemble et avec vous la #SIGarmy, que nous saurons trouver l’énergie qui nous fera avancer. Et, la réponse sur le terrain viendra, car comme le conclue le nouveau coach, « il n’y a pas 10 chemins possibles : il faut travailler encore plus dur, jouer en ensemble et partager le fait qu’on doit se sacrifier les uns pour les autres. Je suis ici pour une chose et une seule : engranger des victoires ». Rendez-vous dès samedi à 20h pour la pose de la première pierre de la nouvelle maison SIG Strasbourg !