Image
keene_roanne.jpg
12 fév 23 - Interviews

M. Keene : "il faut que ça change"

Retrouvez les réactions du coach Luca Banchi et de Marcus Keene à l'issue de la défaite face à Cholet.

Marcus Keene : « Je suis énervé. On leur a offert trop de paniers à 2pts. Défensivement, ok il y a la fatigue, mais ça n’a rien à voir. On s’est mis tout seul dans cette position. Que ce soit ce match ou celui d’avant face à Jérusalem, on n’est pas capable de les conclure.

Il nous a manqué des choses, mais on a surtout manqué d’autres choses durant ces matches. Quand on est dans le dur il ne faut pas abandonner et continuer à se battre, encore et encore, pour revenir. Il nous reste un match avant la trêve pour changer ça… Nous devons changer ça !

On est que huit pros. C’est un état de fait, mais que ce soit clair, comme le dit le coach tout le temps, cela ne sera jamais une excuse. On a gagné des matches par 15 ou 20pts d’écart avec cette équipe, et là nous perdons de deux et l’autre soir de un. Oui nous sommes fatigués, mais peu importe le nombre de joueurs. Nous sommes 7 ou 8, mais nous avions la possibilité de gagner ces deux matches et nous n’avons pas su le faire.

A nous d’être plus agressifs si on veut changer. Chacun essaye d’être meilleur match après match, mais il faut qu’on en fasse encore plus car en défendant comme ça et en lâchant 92pts c’est quand même sacrément difficile d’espérer gagner ».

Luca Banchi : « Sans même revenir sur le score, je pense à l’approche du match. On a essayé de rendre ce combat collectif en une bataille personnelle et ce n’est pas ce qu’il faut faire dans une situation d’urgence comme nous nous trouvons. J’attends de chacun qu’il apporte plus pour aider l’équipe, mais ce soir nous avons 3 joueurs qui jouent plus de 30min et pour moi c’est un très mauvais signal. Cela montre que, quelque part, tout le monde n’a pas conscience de ce qui est nécessaire dans la situation dans laquelle nous nous trouvons. Nos adversaires marquent trop, il faut plus contrôler le tempo. Dans un match comme celui-là et contre une équipe comme celle-ci, il est sans doute mieux de ne pas parler de l’écart de points à la fin du match, mais plus de ce qu’on a fait ou plutôt de ce qu’on n’a pas fait pour emmener le match dans la bonne direction. Ce soir nous avons perdu notre identité. Je sais que c’est difficile de manager les énergies de chacun quand on a un tel calendrier, mais j’ai besoin que tout le monde donne plus que ce que j’ai vu.

C’est très frustrant car on n’utilise pas cette situation d’urgence comme une opportunité. Si certains ont envie d’être heureux en rentrant chez eux heureux en disant on a perdu de peu contre la 3ème meilleure équipe du championnat, malgré la situation, c’est leur problème. Moi je suis très frustré car si c’est ça que certains retiennent, je ne peux pas le changer. Mon travail c’est d’utiliser les armes que j’ai pour répondre face à l’adversité.

Comme lors du premier match Patton a été dominant. On le savait, mais il aurait aussi fallu faire un meilleur travail autour avant de pointer du doigt les pivots. Si la balle ne fait qu’entrer encore et encore dans la défense, c’est compliqué pour les intérieurs de contrôler la raquette. Je ne cible personne, car je pense qu’il faut se partager les responsabilités dans cette défaite. C’est une évidence qu’on souffre face à des joueurs aussi grands et athlétiques, mais c’est le même problème à toutes les positions, du meneur jusqu’au pivot. Ce ne sera jamais une bonne excuse si quelqu’un dit ça…Ce ne sera jamais une excuse pour moi.

Nous devons nous battre avec nos armes et avec les joueurs présents et il est temps, après ces défaites, de comprendre qu’il faut trouver une solution intelligente face à nos problèmes. C’est difficile d’être lucide quand on joue autant de minutes dans un match, c’est vrai, mais on est passé à côté dès le début. Quand on voit les 30pts que l’on marque durant le 1er quart-temps… On ne se met clairement pas sur le chemin du succès comme ça. Ce ne doit pas être ça notre identité de jeu. On sait qu’on n’a pas le nombre de joueurs pour jouer un basket aussi rythmé durant 40min. Nous devons jouer un basket plus intelligent et pas un basket spectacle.

Tout le monde a besoin d’être conscient de l’effort collectif nécessaire et chacun doit élever son niveau pour maintenir le niveau de l’équipe. Je sais que les gars font un travail formidable car nous faisons face à cette situation folle avec nos blessés depuis très longtemps. Il faut tout le temps s’adapter, jouer sur des postes qui ne sont les leurs et c’est comme si nous devions retrouver notre alchimie à chaque match…Et ce n’est pas simple de réaliser de bonnes choses dans ce genre de situation d’urgence. Peu importe, il ne faut pas penser à ce qu’on en peut pas maîtriser et se concentrer pour essayer de contrôler le match, contrôler le rythme et surtout saisir le meilleur de l’opportunité qui est face à nous ».
 

Légende