RESERVATION PSH / PMR
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Yoolabox.com
equipe_ostende2.jpg
Actualités [23/24] BCL#3 : SIG Strasbourg - Karsiyaka Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

​Impossible n’est pas Français ?

Ce mercredi 15 novembre, la SIG Strasbourg accueille l’autre club invaincu du groupe E de Basketball Champions League, le Pinar Karsiyaka. Coup d’envoi à 20h d’un match ô combien difficile face au favori du groupe et l’un des prétendants déclaré au Final 4 de la compétition.

La donne

Ce troisième et dernier match de la phase aller de saison régulière de BCl va donc voir les deux équipes invaincues du groupe E s’affronter. Vainqueurs deux fois à domicile, Pinar karsiyaka a su faire respecter sa loi su son parquet et arrive en Alsace en étant porté par une belle attaque (87pts en moyenne toutes compétitions confondues). Côté strasbourgeois, c’est avec un effectif largement touché par les blessures, mais motivé afin de poursuivre la belle série en cours de 5 victoires de rang sur la scène européenne, que l’on aborde cette rencontre. Face à l’un des candidats affirmés pour le Final 4, favori indiscutable de ce match, les SIGmen devront réaliser un exploit pour rester invaincus. Mais impossible n’est pas Français, non ?

Le Chiffre

3… Les deux clubs ont remporté leurs deux premiers matchs de Basketball Champions League. Lapalissade par excellence : une des deux équipes passera à 3 victoires et 0 défaite demain soir. Un petit événement peu importe le vainqueur. En effet, Pinar Karsiyaka n’a jamais gagné dans l’histoire de la compétition ses trois premiers matches et côté strasbourgeois ce n’est arrivé que lors de la 2018/19 de gagner les 3 premières rencontres. Un événement pour l’un, voire un exploit pour l’autre en fonction du gagnant à venir.

L’adversaire

C’est une équipe taillée pour tracer tout droit vers, à minima, les quarts de finale, que la SIG Strasbourg accueille. Incertitude concernant le roster à venir, la star et meilleur marqueur du club, Erick Mc Collum sera-t-il du voyage ? Blessé il y a 15 jours face à Darussafaka, l’ex MVP de l’Eurocup est en passe de revenir. Un poison pur et simple tant le talent de ce joueur d’exception est dingue. Mais qu’importe, depuis son absence le club a signé un 3/3 toute compétitions confondues en étant portée par un trio Jaylon Brown, Kelan Martin et Vitto Brown de feu. Trois énormes joueurs qui apportent scoring, sécurité, talent, passing game et sang-froid.

Et quand on sait que derrière un ailier fort Darrun Hilliard qui peut claquer du triple double à tout instant ou encore le jeune Vernon Carey qui fut drafté en NBA en 2020 après seulement un an à l’Université et qui se montre très convaincant pour sa première saison en Europe. Notons encore la présence de Kenan Sipahi qui, même s’il n’a que 28 ans, a l’expérience de l’Europe, Euroleague, Eurocup, BCL, depuis maintenant 10 ans avec des clubs comme le Pinar mais aussi Tofas, le Fener ou encore Besiktas. Sa science du jeu en fait un formidable passeur.

Ajoutez à toutes cette troupe des joueurs locaux qui se donnent sans compter et sans demi-mesure pour leur maillot et vous obtenez le profil parfait d’un roster aussi long d’impressionnant pouvant dominer n’importe qui se présente sur son chemin.

La Parole à coach C

SIG : Entre les blessures et les nouveaux joueurs, difficile de trouver une assise défensive…

M.C. : « On doit s’adapter à la structure de l’équipe. Je suis coach, pas magicien. J’aime beaucoup la défense, je fais beaucoup travailler la défense, plus que l’attaque, mais ce n’est pas que la tactique qui compte mais aussi la structure de l’équipe. Quand on a des postes 5 qui ne sont pas en forme ou quelqu’un qui n’a jamais été un grand défenseur c’est difficile. Face à une équipe comme Chalon, qui a pris des gros shoots dont il a été difficile de se remettre dans les deux premiers quarts-temps, on aurait pu mieux défendre, mais dans les limites de l’équipe ».

SIG : Le club est dans le dur, mais le travail continue…
M.C. : « C’est mieux de vivre un début de saison comme ça plutôt qu’une fin. Au début, il y a des possibilités de changements et d’adaptations, contrairement à la fin où tu te retrouves dos au mur. On travaille beaucoup, on a augmenté la pression sur le travail. je ne m’attends pas à mettre 60 points à Karsiyaka demain car ça ne pourra pas être réglé en moins d’une semaine, mais on va devoir montrer une progression, ça c’est sûr. Nysier Brooks sur le poste 5 ce n’est pas Léo cavalière. Il faut faire des adaptations ».

SIG : Autant dire que jouer Karsiyaka relève d’un sacré défi…
M.C. : « Demain ce sera difficile avec une équipe très bien construite face à nous. Si en plus Mc Collum rejoue c’est même presque impossible de jouer contre Karsiyaka. Il ne faut pas se mentir. Nous avons la fierté de jouer contre eux. Nous avons conquis le fait de pouvoir jouer cette Basketball Champions League, nous avons déjà gagné deux matches, c’est bien, mais demain ce sera vraiment très difficile. C’est Karsiyaka en face. Mettre la pression sur mes joueurs sur ce match serait stupide et je ne suis pas stupide. Ils sont favoris et nous outsiders ».

 

renault_clio_sig-1170x500.jpg

 

Légende